Captage et séquestration du carbone | Le Montréalais Deep Sky opte pour l’Alberta

Captage et séquestration du carbone | Le Montréalais Deep Sky opte pour l’Alberta
Captage et séquestration du carbone | Le Montréalais Deep Sky opte pour l’Alberta

Deep Sky se tourne vers l’Alberta – qui est en partie financée par le gouvernement du Québec – pour poser les bases de son ambitieux projet de captage et de stockage du carbone, a-t-on appris. La presse. La jeune entreprise assure qu’elle reviendra construire au Québec dans un avenir pas trop lointain.


Publié à 1h08

Mis à jour à 6h00

Après avoir confirmé l’information jeudi, le cofondateur et président du conseil d’administration, Frédéric Lalonde, a expliqué que ce sont principalement des raisons réglementaires qui ont poussé l’entreprise montréalaise à opter pour l’Ouest canadien.

« Une cartographie sismique a déjà été réalisée en Alberta et cette province dispose déjà de protocoles législatifs pour réglementer le stockage du CO.2 », explique-t-il, lors d’un entretien téléphonique.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Frédéric Lalonde est co-fondateur et président du conseil d’administration de Deep Sky.

Dans la région de Calgary, Deep Sky cherche à recruter, entre autres, un gestionnaire ayant « de l’expérience » en construction ainsi que des directeurs de chantier. Leur mandat : ​​superviser le développement « d’installations de capture directe de pointe dans l’air comme dans l’océan ».

Le démarrage de ce site pilote est prévu pour cette année, souligne M. Lalonde, qui est également co-fondateur de l’application de voyage. Trémieévalué à plusieurs milliards de dollars.

« Nous devrions recevoir une quinzaine de machines [de stockage du carbone], explique l’homme d’affaires. Les premiers devraient arriver vers octobre. Nous n’aurons ici ni le cadre législatif ni le portrait sismique. Le gouvernement du Québec travaille avec rigueur, mais il n’est pas encore en place. »

Encore au début

Deep Sky souhaite déployer les meilleures technologies de captage du carbone dans l’air et dans les océans avant de le séquestrer sous terre. L’objectif est d’éliminer le carbone atmosphérique par milliards de tonnes. Cette technologie doit encore faire ses preuves, notamment en termes de capacité à être déployée à grande échelle ainsi que de viabilité financière.

Investissement Québec (IQ) – le bras financier de l’État québécois – a contribué à hauteur de 25 millions à la ronde de 75 millions réalisée par Deep Sky l’automne dernier. L’opération a été menée conjointement par Brightspark Ventures et Whitecap Venture Partners. OMERS et le Fonds pour les technologies climatiques de la Banque de développement du Canada (BDC) y ont également participé.

Plus de la moitié des fonds proviennent de l’extérieur de la province. Ce seront des capitaux qui viendront de l’extérieur et serviront à construire en Occident. Nous ne sommes pas dans une situation où nous utilisons l’argent local pour construire ailleurs.

Frédéric Lalonde, co-fondateur et président du conseil d’administration de Deep Sky

Le gouvernement Legault est au courant des projets à court terme de Deep Sky. Dans un communiqué, le cabinet du ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, affirme que le Québec travaille à un « cadre réglementaire pour pouvoir s’assurer qu’il bénéficie de crédits d’impôt fédéraux sur le captage du carbone ».

« Les phases ultérieures du projet Deep Sky seront déployées au Québec », avance-t-on.

Actuellement, l’Alberta, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique sont les seules provinces où les dépenses liées au stockage du carbone sont admissibles au crédit d’impôt fédéral.

Cours toujours

Deep Sky demeure néanmoins actif au Québec. Il prépare le terrain pour savoir si le sous-sol québécois est propice à l’enfouissement du CO2. Pour le savoir, la jeune entreprise réalisera de l’imagerie sismique dans la région de Bécancour, au Centre-du-Québec. Ces tests devraient être terminés le mois prochain.

C’est la firme Géostack qui a été sélectionnée par l’entreprise de M. Lalonde. Les données seront proposées au monde universitaire, ajoute-t-il.

Deep Sky s’intéresse également à Thetford Mines. L’entreprise conjugue ses efforts avec Exterra Solutions Carbone, qui a développé un système de séquestration dans les résidus miniers pour éliminer le CO2.

Lire « Test d’acceptabilité important pour Deep Sky »

Deep Sky en bref

Co-fondée en 2022 par Frédéric Lalonde et Joost Ouwerkerk

Président-directeur général : Damien Steel

Investisseurs : Investissement Québec, OMERS Venture, Fonds de technologies climatiques de la Banque de développement du Canada

Siège social : Montréal

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les meilleurs tireurs au poignet de partout en Ontario se sont réunis à Sudbury
NEXT l’arrestation a contribué à la mort du jeune homme mais était légale, selon la cour d’appel