un concert incroyable dans « la ville la plus romantique du monde »

un concert incroyable dans « la ville la plus romantique du monde »
Descriptive text here

«Cela ressemble à un voyage aux États-Unis.» La remarque d’un spectateur à la Défense Arena jeudi soir résume bien le sentiment général. Dans la foule qui remplit la plus grande salle couverte d’Europe, on entend beaucoup d’anglais parlé avec un accent américain. C’est l’effet Taylor Swift. Sur les quatre shows parisiens de la mégastar américaine, qui lancent la partie européenne de sa tournée mondiale « Eras », 20 % des spectateurs viennent des Etats-Unis pour la voir.

Ils sont faciles à trouver dans le public. Ce sont les plus stylées, en robes de mariée, cow-girls à paillettes en Stetson, paysanne chic avec du lierre dans les cheveux, comme leur héroïne… Elles ne détonnent pas en entrant dans la salle immense et carrée comme un stade américain. Il est bondé comme jamais depuis ouverture en octobre 2017.

Des bracelets lumineux pour tous

Battus les Rolling Stones, Mylène Farmer, Pink… Ce jeudi soir comme les trois suivants, nous sommes 45 000 à attendre le retour de Taylor Swift, treize ans après son premier et dernier concert en … dans un Zénith de Paris alors pas tout à fait rempli . Mais tout a changé depuis. Et ces concerts parisiens sont les plus populaires de l’année.

A l’entrée, chacun reçoit un bracelet lumineux, comme dans les shows initiés par Coldplay. Les stands de merchandising sont pris d’assaut. Mais à 19h52, ils se vidèrent instantanément. Une horloge vient de lancer un compte à rebours de deux minutes sur l’écran géant installé dans la salle. Le concert – qui durait 3 heures 20 minutes au début de la tournée – a été annoncé à 20 heures précises à Paris. Ça commence à 19h54

Taylor Swift a ébloui le public parisien jeudi soir à la Défense Arena. LP / Fred Dugit

L’ouverture est magistrale. Une sorte de panache de paon surgit un à un du paravent et avance sur l’avant-scène qui fend longuement la fosse. Ils se rassemblent au bout, se penchent et se lèvent pour dévoiler la chanteuse en combishort rouge à paillettes. On a rarement entendu une telle clameur ! Les Swifties sont en larmes, les smartphones sont en bataille. On ne l’entend pas très bien sur la première chanson, “Miss Americana and the heartbreak prince”. La partition, jouée en live par six musiciens – assez rare pour être souligné – est trop forte. On n’entend pas non plus ses quatre choristes.

« Paris, enchanté. Tu vas bien ? »

Mais ses fans la voient. Elle est effectivement là. Et le son s’améliorera rapidement. Elle s’exprime très vite. Et en français. « Paris, enchanté. Tu vas bien ? Magnifique ! » Et elle enchaîne avec quatre chansons de son album « Lover », qu’elle a lancé à l’Olympia en 2019 lors d’un show case privé. Elle le rappelle et lui exprime toute sa joie de commencer sa tournée européenne à Paris, « la ville la plus romantique du monde ». « Paris bienvenue au Tournée des époques. Mon nom est Taylor.”

VIDÉO. “Que ne ferions-nous pas pour elle?” » : Ces fans campent avant le concert de Taylor Swift

Elle regarde longuement son public, presque à 360 degrés. «Je me sens puissante», sourit-elle en anglais cette fois, en embrassant malicieusement son biceps. Évidemment, son spectacle est disproportionné. Mais elle parvient à créer une proximité en chantant souvent au milieu de la pièce, sur des cubes qui se transforment au gré des tableaux.

«Cette tournée est la meilleure expérience de ma vie»

Le principe de la « tournée Eras » est de faire jouer l’intégralité de ses albums. Elle change leur séquence par rapport au début de sa tournée. Elle enchaîne assez vite sur « Fearless », son 2ème album moins connu , s’arrête plus longtemps sur « Red », celui du tournant pop, de ses premiers tubes connus en France, « Were are never ever getting back Together » et « All trop bien », qu’elle chante ici à la guitare acoustique seule dans une grande robe rouge et noire. “J’espère que ça vous plaira”, dit-elle. Vous êtes un public de rêve. Tu es tellement présente, je suis vraiment touchée. Honnêtement, cette tournée est la meilleure expérience de ma vie. »

Impossible de dévoiler tous les effets visuels et changements de tenues. Ici, elle disparaît sous l’avant-scène alors que la scène s’embrase d’un rideau de flammes et de lumières. Là, elle se produit devant sept cabines lumineuses avec ses quatorze danseurs. Après un ballet très romantique, au cours duquel elle se change, elle revient dans une grande robe de bal au milieu de projecteurs pointés vers le ciel.

Taylor Swift a changé de tenue à plusieurs reprises au cours d’un show de 3h15. LP/Frédéric Dugit

Lors de son tube « Blank Space », ses danseurs roulent sur des vélos fluorescents autour d’elle. Le chapitre consacré à ses splendides albums « Folklore » et « Evermore », enregistrés pendant la pandémie, est le plus beau et le plus poétique. Elle chante dans un véritable chalet forestier et joue sur un piano recouvert de mousse. Son visage, filmé en gros plan, est très expressif. Elle sourit, minaude, grimace, clin d’œil… comme si elle s’adressait à tout le monde.

A la fin de « Problèmes de Champagne », elle s’arrête pour regarder le public qui lui fait une longue ovation. Pendant deux minutes, une éternité dans un show pop, elle reste silencieuse, très émue. On lit sur ses lèvres « Je t’aime ». Puis elle dit en français : « Merci beaucoup. » Les bracelets lumineux font partie du spectacle et illuminent l’Arène de mille couleurs, en rythme. Mais pas besoin d’effets spéciaux sur “Shake It Off”, son plus gros succès, dans le monde et en France. Tout le monde fait la fête.

Spectacle de 3h15, 46 titres interprétés

Le nouvel album était également très attendu par les fans et il a occupé une bonne partie du show. Pour la première fois, elle interprète pas moins de sept titres du « Rayon des poètes torturés », qui bat des records de ventes et d’écoutes depuis sa sortie le 19 avril. Elle renouvelle ses thématiques avec des tableaux en noir et blanc, un lit blanc qui bascule, un intermède music-hall et des versions bien plus lumineuses et efficaces que sur disque.

Lors de la partie acoustique où elle interprète seule des chansons surprises au piano et à la guitare, elle offre évidemment à Paris son titre « Paris » sorti en 2022 sur « Midnights » et, après un plongeon saisissant sous l’avant-scène, termine en force avec son avant-dernier album. . En body bleu à paillettes, une jarretelle sur la cuisse, entourée de dix danseuses, elle incarne la leader sexy de la revue. Une autre facette de Taylor Swift. Le dernier.

“C’était une soirée inoubliable, merci Paris”, lance-t-elle devant le flamboyant “Karma”. Dernière communion pour la showgirl. ” Je t’aime tellement. » Le final est flamboyant, feu d’artifice, explosion de cotillons, elle salue avec ses danseurs puis, seule, envoie un baiser, disparaît sous la scène. Il est 23h09. Elle a chanté 3h15, interprété 46 chansons et conquis Paris.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La plus grande expérience d’horreur immersive
NEXT quatre moutons inscrits dans une école pour protester contre la menace de fermeture des classes