Réfugiée ukrainienne au Québec : reconstruire son nid un jour à la fois

Réfugiée ukrainienne au Québec : reconstruire son nid un jour à la fois
Réfugiée ukrainienne au Québec : reconstruire son nid un jour à la fois

Une Ukrainienne qui a fui la guerre il y a un an avec son fils de 14 ans pour s’établir au Québec recommence peu à peu à se sentir « chez elle », après avoir trouvé la référence dont elle avait besoin au YMCA.

Comme beaucoup d’Ukrainiens, Natalia Pavlenko a été déracinée de son pays et s’est retrouvée dans une terre totalement inconnue alors que la guerre faisait rage dans son pays.

Son arrivée au Québec n’a pas été facile et elle avait besoin de trouver un environnement dans lequel elle se sentirait à l’aise pour entamer ce nouveau départ.

«Je cherchais mon tout premier point de repère dont j’avais besoin pour me sentir chez moi», explique Natalia.

Celui qui habite désormais le quartier Limoilou a rapidement trouvé le YMCA dans le quartier voisin, à Saint-Roch. Elle se sentait attirée par cet endroit.

« Sans hésitation, j’ai décidé de devenir membre, poursuit-elle. J’étais convaincu que c’était l’endroit dont j’avais besoin pour m’épanouir pleinement dans ma nouvelle vie.

Natalia et son fils ont rapidement établi une routine autour du YMCA sans se soucier de l’argent, puisqu’elle a pu bénéficier d’une aide financière pour s’inscrire avec son fils.

Un véritable tremplin

Natalia considère le YMCA comme un « tremplin » vers sa nouvelle vie. Si elle veut avancer, elle apprécie l’énorme empathie dont font preuve toutes les personnes qu’elle rencontre dans son nouveau milieu de vie.

« Il y a une petite partie de ma maison que j’ai trouvée ici », observe-t-elle.

Entrevue avec Natalia Pavlenko, réfugiée ukrainienne, qui a bénéficié de l’aide du YMCA dès son arrivée il y a un an au Québec, le mercredi 8 mai 2024. STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUÉBEC

Elle se rend régulièrement à la salle d’entraînement du YMCA très tôt le matin. Elle rencontre souvent les mêmes personnes, ce qui a un effet positif sur sa vie.

«Cela a certainement créé des liens dans mon réseau social», souligne Natalia.

Le soutien financier que Natalia et son fils ont reçu au YMCA est possible grâce aux dons que reçoit l’organisme. D’ailleurs, le 14 mai sera la journée de clôture d’une campagne de financement historique pour le YMCA. Depuis 2017, près de 21 millions de dollars ont été récoltés, répartis sur près de 30 000 dons.

Ces dons serviront notamment à soutenir les jeunes dans leur cheminement de vie personnel et scolaire et à offrir des lieux accessibles à tous pour briser l’isolement grâce aux différents services disponibles dans tous les YMCA du Québec.

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return ; js = d.createElement(s); js.id = identifiant; js.src=”https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v3.2&appId=452833365068139&autoLogAppEvents=1″; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
#Canada

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Voici tous les festivals d’été gratuits à Montréal
NEXT L’ancien ministre libéral Yvon Picotte est décédé à l’âge de 83 ans