dans le Cantal, les propriétaires interdisent les chemins face aux mauvais comportements

Si les paysages du Cantal représentent un atout majeur du département pour le tourisme et l’économie, l’accès aux crêtes est extrêmement fragile. Face aux mauvais comportements, les agriculteurs sévissent, fermant l’accès à leurs parcelles. C’est l’inquiétude du moment au fond des gorges du Pas de Cère.

C’est l’une des plus belles images du Cantal. Un pont suspendu sur la Cère et une vue directe sur la falaise qui marque l’entrée des gorges, juste en amont de Vic. Plusieurs générations de Cantaliens et de touristes en ont profité mais il n’est pas certain que cette splendide photographie survivra au mois de juin.
Car pour accéder au site depuis le parking de Salvanhac, il faut longer un pré.

Des pancartes dégradées pour… critiquer la présence de moutons sur le territoire du Grand site du puy Mary dans le Cantal

Jusqu’à présent, une convention liait une famille et la communauté de communes de Cère et Goul en Carladès. Ils laissaient passer les promeneurs. Fini. Trop de soucis, alors qu’ils mettent vaches, veaux, chevaux et poulains au pâturage juste à côté. “Ils en ont marre des gens qui rentrent chez eux”, décrit Antoine Grichois, maire de Badailhac, qui a repris ces dernières semaines les négociations qui durent depuis près d’un an pour tenter de sauver l’été. Le risque de voir l’accès au Pas de Cère fermé par le bas est en béton. Il n’y a pas d’alternative à cet égard. Cela obligerait tout le monde à partir du sommet, depuis Thiézac, par un chemin damé, mais avec une pente très raide.

Pour éviter les accidents sur les crêtes, il va falloir apprendre à partager le Cantal…

« La communauté de communes s’appuie sur le site, c’est le phare de Vic-sur-Cère… mais il est très fragile », soupire l’élu. Aujourd’hui, il suggère aux propriétaires « d’entretenir, d’y consacrer du temps, de réparer au printemps, de mettre en place une signalisation, comme cela était initialement prévu. Il est évident que nous n’avons pas fait ce qu’il fallait faire. »

La hache pourrait tomber.

C’est toute la complexité des relations entre une communauté qui veut découvrir son territoire et des propriétaires qui sont chez eux…

Le problème ne concerne pas seulement la vallée de la Cère. Le GR400 a été détourné il y a quelques années, au dessus de Laveissière, dans le secteur du Puy de Seycheuse : les propriétaires d’un buron ne voulaient plus voir personne devant leur porte. «Cela vient d’une négligence de la part des randonneurs», regrette Pierre Marandon, responsable des itinéraires pour le comité départemental des randonnées.La sanction est immédiate, coûte plusieurs kilomètres et plusieurs centaines de mètres de dénivelé positif : l’itinéraire doit descendre de la crête jusqu’au fond de la vallée de l’Alagnon, puis remonter une fois la propriété dépassée. Une autre voie est à l’étude, moins chronophage, mais les dégâts sont là.

Un circuit de grande randonnée de 180 km sera accessible en 2025 au Carladès

« C’est une difficulté qui plane au-dessus de nos têtes, explique Pierre Marandon. Chaque fois que nous le pouvons, nous essayons d’éviter les conventions. » Il s’agit alors de rouvrir d’anciens chemins dont le tracé existe encore ou, s’il passe au milieu d’un pré, de proposer aux éleveurs de le déplacer le long de la clôture…

Garder le contact, la discussion ouverte, entre touristes d’un côté et agriculteurs de l’autre, n’est pas une mince affaire… En 2022, Julien Valet, alors berger de l’alpage du Puy Mary, avait installé une signalisation pour indiquer aux randonneurs où se trouvait le troupeau. . Déjà occupé à protéger les moutons du loup, il trouva ses pancartes marquées :

La montagne n’est pas à vous ! Affamer.

Laurent Bouscarat, directeur de Coptasa et d’Auvergne Estives, a également eu ce type de problème à gérer à Pradiers. Là, 1 200 hectares du Cézallier accueillent 2 500 vaches en été. Les prairies sont toujours accessibles à tous, mais les bergers sur place ont envisagé de les fermer après qu’un groupe de motards ait dispersé les animaux et causé des dégâts…Il est intervenu pour éviter l’écueil. « L’idée n’est pas de fermer les territoires », réaffirme-t-il. Les agriculteurs ne sont pas contre le tourisme. On se retient quand il y a un blocage, mais pour y arriver, il y a eu un mauvais comportement… »

Amende risquée en cas d’intrusion dans une propriété privée, assurance… Quelles sont les règles pour une bonne randonnée ?

Pour éviter les embouteillages, il se concentre sur l’éducation. « Il faut expliquer pour faciliter le multi-usage. C’est souvent un manque d’information : il faut tenir le chien en laisse, ne pas aller le caresser… » Ou tout simplement fermer une clôture après le passage.

« Le Cantal est une montagne habitée, rappelle Audrey Legallais, directrice du Grand site du puy Mary. Nous travaillons sur tout l’aspect agricole, sur le relationnel. Nous installons également des passages d’échelles autour des clôtures pour éviter aux randonneurs d’avoir à ouvrir un portail… »857b577866.jpgAuvergne estives propose une signalétique, basée sur ce qui se fait déjà, notamment dans les Pyrénées. Le réseau pastoral Auvergne-Rhône-Alpes fait la promotion du site pasto-kezako.fr, lancé cet automne, et qui explique simplement les comportements à adopter en montagne. « Nous formons des ambassadeurs, notamment auprès des offices de tourisme », assure Laurent Bouscarat. Contrairement à nous, ils sont en contact direct avec les touristes. »

Des petits gestes pour éviter qu’un grain de sable, mauvais comportement ponctuel parmi les 500 000 visiteurs du Grand site, ne se loge dans la machine. Si cela se produit malgré tout, il s’agit d’éviter de laisser la situation s’envenimer et de traiter le problème rapidement. « C’est notre rôle d’être sur le terrain, précise Audrey Legallais. L’idée est de proposer une alternative, avant d’arriver à un blocage. »

Car tout le modèle économique du tourisme estival cantalien repose sur cette relation fragile entre les agriculteurs qui entretiennent le paysage et ceux qui viennent en profiter…

Pierre Chambaud

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le LHC a-t-il la meilleure audience de Suisse ? – .
NEXT La Suisse réaffirme son engagement au sein du Conseil de l’Europe