Faisant mauvaise impression, la FAE a réussi ! – .

Faisant mauvaise impression, la FAE a réussi ! – .
Faisant mauvaise impression, la FAE a réussi ! – .

La Fédération autonome de l’éducation (FAE) s’est jointe à la contestation de la loi sur la laïcité devant la Cour suprême en s’attaquant à la clause dérogatoire.

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) s’élève contre la décision du gouvernement Trudeau de ramener ses membres sur leur lieu de travail trois jours par semaine.

Les quatre centrales syndicales (CSD, CSN, CSQ et FTQ) émettent des réserves face à un projet de loi gouvernemental visant la sécurité des élus.

Le Syndicat de Champlain qui lésine sur la fourniture de ses états financiers à l’un de ses membres. Elle ira au tribunal pour les obtenir.

Ces événements ont de quoi donner une mauvaise image de plusieurs syndicats. Nous ne pouvons pas les classer dans la même catégorie. Certains postes sont peu judicieux, d’autres font mauvaise impression tout en étant motivants.

En eaux troubles

La contestation du projet de loi 21 par la FAE risque de se révéler une bêtise qui les suivra pendant longtemps.

On comprend que l’accent soit mis sur la clause dérogatoire dans la présentation du recours, car une contestation directe de la laïcité de l’État aurait été embarrassante pour cette fédération. Premièrement, la majorité des Québécois y sont favorables et rappelons qu’un exécutif de la FAE a renversé la décision d’un organisme plus large favorable à la charte des valeurs.

Comme plusieurs analystes, je suis loin d’être convaincu que leur appel ait fait l’objet d’un large débat dans leurs rangs. La FAE fait une erreur en voulant réduire les pouvoirs du Québec sans un mandat largement partagé. Si l’objectif est d’éliminer la clause dérogatoire, c’est voué à l’échec.

J’ai tendance à croire qu’après 22 jours de grève, qui ont donné des résultats mitigés, la fédération cherchait un nouveau combat qui ferait oublier les pérégrinations avant les vacances.

L’AFPC tente de rattraper ce qu’elle n’a pas obtenu lors des négociations concernant le télétravail. Il devrait plutôt engager un dialogue pour évaluer ses impacts sur la productivité, sur l’équité entre les travailleurs et sur la santé mentale de ses membres.

Des appréhensions justifiées

Par rapport au projet de loi visant à assurer la sécurité des élus, je ne crois pas que les quatre centres prônent la violence à leur encontre. C’est l’application qui pourrait être faite de cette loi qui inquiète. En infligeant des amendes à tout le monde, la liberté d’expression pourrait être restreinte.

Quant à l’obtention des états financiers de son syndicat ou au processus laborieux imposé pour les consulter, les explications du président de Champlain étaient valables compte tenu de la concurrence ou de l’affaiblissement des organisations syndicales.

Champlain est mon syndicat d’origine. À l’époque, le rapport du vérificateur était déposé et présenté aux assemblées des délégués. Toutefois, le contrôle souhaité par Harper sur les syndicats a rendu les organisations plus prudentes dans la diffusion de leurs états financiers.

Avoir une mauvaise apparence ne signifie pas se tromper.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les Jeunes Caquistes proposent d’interdire les réseaux sociaux aux moins de 16 ans
NEXT Communauté du Triangle Évolutionnaire | Fraude pyramidale à 100 000 $ : condamnée à 15 mois de confinement à domicile