vers un assouplissement des contrôles sur les opérations agricoles

vers un assouplissement des contrôles sur les opérations agricoles
vers un assouplissement des contrôles sur les opérations agricoles

LE corps de contrôles, services de l’Etat et agriculteurs picards se sont retrouvés cette semaine dans une ferme laitière à Belloy-sur-Somme. L’objectif de cette réunion était de dialoguer, d’expliquer en quoi consistent les différents contrôles et d’échanger sur les détentes qui pourraient être amenés à ces contrôles.

Après le crise agricole Au début de l’année, le Premier ministre Gabriel Attal avait promis fin février de mettre en place un « contrôle administratif annuel unique » et a demandé à l’inspection d’envisager d’assouplir les contrôles sur les opérations agricoles.

Pour continuer à bénéficier Aide européenneles éleveurs peuvent subir différents types de contrôles effectués par différents organismes de contrôle et parfois en la même année : pharmacie vétérinaire, bien-être animal, produits phytosanitaires. Si la réglementation n’est pas respectée, les aides sont supprimées. “On a toujours la peur du contrôle”, explique Olivier Thibaut qui anime la rencontre dans sa ferme de Belloy-sur-Somme. “La difficulté, c’est de connaître toutes les normes, elles changent tout le temps”, précise-t-il.

Exemple de contrôle en pharmacie vétérinaire dans une ferme laitière à Belloy-sur-Somme, le 6 mai 2024. © Radio-France
Mélanie Kuszelewicz

A cela s’ajoute un fardeau administratif estime Quentin Porquier, producteur laitier à Tours-en-Vimeu et secrétaire général des Jeunes Agriculteurs de la Somme. “Il n’y a aucun lien entre les différents organismes de contrôle”, se lamente-t-il. “On nous demande tout un tas de papiers, que nous n’aurions pas besoin de fournir s’il y avait un lien entre les services”, soutient l’agriculteur.

Meilleure coordination des contrôles

Les services de l’État et le préfet de la Somme assurent remonter les demandes des agriculteurs au niveau ministériel et envisagent désormais d’organiser une meilleure coordination des contrôles. « Les agriculteurs nous ont dit qu’il était parfois harcelant de voir des organismes de contrôle défiler à des heures différentes. » note Emmanuelle Clomes, directrice de la direction départementale des territoires et de la mer.

L’objectif serait de limiter le nombre de contrôles. Mais « réduire à un chèque par an peut-être pas », ombre Emmanuelle Clomes. “Mais nous allons essayer de vraiment veiller à nous coordonner pour qu’une même exploitation ne subisse pas plusieurs inspections la même année”, promet-elle. La mesure doit être appliquée en septembre dans le département de la Somme.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV essayez les bains de forêt
NEXT « Il faudrait passer l’été sereinement… » Dans le Lot, les nappes phréatiques sont entièrement reconstituées