Des milliers d’objets de collection liés à l’histoire du Québec sont maintenant disponibles en ligne

Depuis son inauguration en 1992, le musée Pointe-à-Callière, ville d’archéologie et d’histoire de Montréal, a accumulé des milliers d’objets liés à l’histoire de la métropole et du Québec. Celles-ci, issues des collections ethnohistoriques de l’institution, ont été récemment mises en ligne. Près de 20 000 objets ont été rendus accessibles au public !

La mise en ligne des objets ethnohistoriques de Pointe-à-Callière (PAC) permet désormais à tous d’avoir accès aux riches collections du musée d’un simple clic. Ces collections d’objets ont été acquises et accumulées par PAC au fil des années grâce à des collectionneurs et divers donateurs. Ils sont tous directement ou indirectement liés à la mission du musée et « permettent de témoigner de l’évolution de Montréal comme carrefour d’échanges, sur les plans économique, politique, social et culturel », explique Katy Tari, directrice du musée. projet et directrice des Collections – Programmes et services publics au musée PAC.

Canapé ayant appartenu au chef patriote Louis-Joseph Papineau. Fabriquée en France à sa demande, alors qu’il était en exil à Paris, il rapporta la pièce à son retour au Canada.

© Pointe-à-Callière, Ville d’archéologie et d’histoire de Montréal

En entrevue, ce dernier précise qu’« il était important pour Pointe-à-Callière de mettre en ligne ses collections ethnohistoriques pour assurer leur diffusion auprès du public et de la communauté muséale. Le musée conserve des collections ethnohistoriques qui contiennent des richesses méconnues. Il était donc important de mettre en place les outils nécessaires à leur diffusion en ligne. Nous voulions que le site soit accessible, facile à consulter et incite à la découverte.

Ce projet de mise en ligne des collections du PAC a été rendu possible grâce au financement de Patrimoine canadien, via le programme d’aide aux musées. Au cours de ce vaste projet, divers chercheurs, historiens et partenaires se sont mobilisés. On peut désormais profiter du résultat de leurs travaux sur le site Internet du musée.

Objets divers, témoins de notre passé

Les amateurs d’histoire, les chercheurs ou simplement les curieux peuvent désormais découvrir les milliers d’objets mis en ligne de deux manières principales : thématiques ou chronologiques. Le regroupement thématique est divisé en neuf sections qui touchent différents aspects de l’histoire de Montréal : lieu de fondation de Montréal, patrimoine religieux, cultures autochtones, vie démocratique et politique, etc. Quant au regroupement chronologique, il va des origines autochtones à nos jours. , dont la Nouvelle-France, la Conquête et la Seconde Guerre mondiale.

Plusieurs tirelires font partie des collections du musée et témoignent de l’essor de l’épargne personnelle dans les premières décennies du XXe siècle.

© Pointe-à-Callière, Ville d’archéologie et d’histoire de Montréal

Comme l’explique Katy Tari, « les collections du musée sont très riches et variées, allant des objets de la vie quotidienne ou de la culture matérielle, aux meubles, livres rares, cartes anciennes, gravures, estampes et cartes des services postaux ». Parmi les nombreux objets remarquables qui composent ces riches collections, elle mentionne notamment « une importante collection relative aux grands magasins de Montréal, comme Dupuis Frères », une « imposante collection de cartes postales » ou encore de nombreuses « tirelires, qui témoignent de les petites économies avant l’arrivée des comptes bancaires personnels. L’homme politique Louis-Joseph Papineau est également bien représenté dans les collections du musée : « des meubles qu’il commanda à Paris alors qu’il était en exil et qu’il rapporta avec lui à Montréal, de la vaisselle qui lui appartenait, des pièces de vêtements, des lettres ou des documents officiels ainsi que des ainsi que des cartes postales le représentant, ou des photographies.


Plaque commémorative pour le Syndicat catholique et national des ouvriers d’atelier.

© Pointe-à-Callière, Ville d’archéologie et d’histoire de Montréal

Par ailleurs, sur les 20 000 objets mis en ligne par PAC, 1 000 bénéficient actuellement d’un contexte historique. Ils se situent dans une rubrique intitulée « Un objet, des histoires ». Pour Katy Tari, ces contextes permettent d’en apprendre davantage sur les objets que nous avons sous les yeux : « chaque objet recèle une histoire, même des histoires aux perspectives multiples. Pour les comprendre et appréhender leur richesse, ce contexte propose une découverte de l’histoire et une meilleure compréhension du passé et de l’objet que l’on observe, ce qui peut être très intéressant et pertinent, par exemple pour l’école de l’environnement.

Dans les années à venir, il est prévu d’augmenter le nombre d’objets bénéficiant d’un contexte historique. En attendant, les internautes curieux et avides d’histoire ont de quoi se mettre sous la dent !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le procureur annonce la garde à vue du coureur soupçonné d’avoir utilisé un vélo électrique sur les Routes de l’Oise
NEXT explorez ce joyau historique de Bretagne, commune non loin de Carnac et de la Trinité-sur-Mer