quelles sont les perles rares du Nord-Isère ? – .

quelles sont les perles rares du Nord-Isère ? – .
quelles sont les perles rares du Nord-Isère ? – .

Quand on parle de biens atypiques, on pense souvent d’abord aux lofts, ces anciens commerces, sites industriels ou ateliers d’artistes, comme on en voit notamment à Paris, transformés en vastes espaces de vie ouverts.

Béatrice Rostaing, gérante de L’Immobilière Kathleen T. à Bourgoin-Jallieu, a vendu il y a tout juste un an à des Parisiens, d’anciens magasins généraux répartis sur trois étages dans l’hyper-centre de Bourgoin-Jallieu pour un montant de 300 000 €, mais avec travaux à prévoir.

Des biens uniques

« Un bien atypique, c’est d’abord une construction insolite, non standardisée, comme le loft. Mais il peut aussi s’agir d’une propriété historique avec du charme. précise-t-elle.

Lauranne Sarazin, directrice de l’agence Sixtine Immobilier à Bourgoin-Jallieu et Vernioz, s’intéresse depuis longtemps à ces biens convoités, car rares, qui racontent une histoire, qu’il s’agisse d’anciennes fermes rénovées, de domaines équestres, de châteaux, de manoirs, d’appartements. ou encore des studios rénovés par un architecte d’intérieur, des usines réhabilitées et même des lieux de culte !

« En 2022, nous avons vendu à Saint-Jean-de-Bournay une chapelle de 187 m² avec quatre chambres, qui appartenait à la famille depuis six générations. Au moment de signer, tout le monde pleurait, moi aussi ! »elle se souviens.

De l’émotion… C’est justement ce que recherchent les acheteurs, selon Romain Djerraf, conseiller immobilier chez Espaces atypiques dans le secteur de la Vienne : « Les clients recherchent de l’émotion, des biens uniques, qui correspondent à leur personnalité, leur façon de vivre. Matériaux, qualité architecturale, volumes, localisation, tout est scruté pour ces produits atypiques et souvent haut de gamme, car le diable est dans les détails. »

Nord-Isère, un secteur attractif

Ces propriétés « coups de cœur » parsèment le Nord-Isère, des hauteurs de Vienne à la rive droite près de Condrieu et les coteaux escarpés, de la cité médiévale de Crémieu à Bourgoin-Jallieu et La Tour-du-Pin, face aux Alpes et au Bugey. , via Saint-Chef ou Brangues, la ville de l’écrivain Paul Claudel.

« Il existe pas mal de lieux secrets atypiques, à l’abri des regards »note Audrey Iannone, agent immobilier chez CG Transactions à Bourgoin-Jallieu.

Un marché qui résiste

Face à la situation actuelle, ce marché de niche est relativement épargné par la crise et la flambée des taux d’emprunt intervenue en 2023.

L’essentiel du marché concerne les maisons, mais il existe aussi des appartements très prisés, au cœur de Vienne ou à Bourgoin-Jallieu, de style haussmannien avec de hauts plafonds, des moulures ou encore des appartements avec toit-terrasse. étage des immeubles récents.

Pépites

« J’ai vendu en deux jours un bel appartement au cœur de Vienne, près de la gare. On continue au rythme post-Covid, mais avec un marché qui revient progressivement à la normale, qui se rééquilibre, et des marges de négociation possibles. La demande est toujours forte, notamment de la part de la clientèle lyonnaise qui recherche avant tout une belle bastide en pisé sans vis à vis, avec calme et verdure. Nous avons de très belles pépites au-dessus de Vienne, dans les quartiers de Coupe-Jarret ou des Tupinières ou sur la rive droite du Rhône », explique Romain Djerraf.

Actuellement, trois résidences d’exception à Vienne sont à vendre à plus d’un million d’euros via l’agence Espaces atypiques.

Achat au comptant et apport personnel solide

L’année dernière, l’agence Sixtine Immobilier a vendu un château du XIXème siècle à des locaux.e siècle à Ruy en seulement 10 jours, au prix de 1 195 000 €.

« Pour financer l’achat de ce type de biens historiques, nous constatons de nombreux retraits de fonds d’assurance-vie ou des investissements risqués dans des montants attractifs. Comme un coffre-fort dans lequel on sait ce qu’il y a”analyse Lauranne Sarazin.

Une grange en ruine à Artas, reconstruite avec des matériaux prestigieux et entourée d’un magnifique jardin paysager, au prix de 649 000 €, a suscité cinq demandes en seulement trois jours après la mise en ligne de l’annonce.

La question des prêts

Ce profil d’acquéreurs, originaires de la région, de Paris ou même de l’étranger, ne souffre pas de problèmes de financement, dispose d’un budget solide même en ayant recours à un emprunt.

« Face à un bien immobilier haut de gamme, les gens ont un apport haut de gamme »observe Audrey Iannone. « 35 à 40 % des acheteurs achètent cash. Globalement, l’apport est plus fort depuis la hausse des taux des crédits, représentant souvent 50% du prix du bien »confirme Lauranne Sarazin.

Aux Espaces atypiques de Vienne, aucun refus de prêt n’a été signalé l’année dernière. Sur les six derniers mois de l’année 2023, les ventes au sein de L’Immobilière Kathleen T. ont toutes concerné des biens compris entre 600 000 € et 800 000 €, avec un versement en espèces ou un apport solide grâce à la vente d’un autre bien.

« Alors que les biens immobiliers entre 500 000 et 600 000 € souffrent et que les acheteurs peinent à obtenir des prêts, même avec des revenus très confortables » remarque Béatrice Rostaing.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Visite de presse annulée sur le site géothermique de Haute-Sorne
NEXT MONDE – Hischier double la mise : 2 à 0 pour la Suisse !