la police aura son quartier général sur le boulevard Saint-Joseph

Le bâtiment de 165 000 pi2 sera construit au 975 boulevard Saint-Joseph. Il regroupera la plupart des ressources techniques, physiques et humaines du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG). Les postes seront maintenus à Aylmer et Buckingham. Un stationnement extérieur de quatre étages sera également créé. La Ville devra acquérir le terrain qui appartient à Cominar par expropriation, ainsi que celui du 80, rue Jean-Proulx, à l’arrière, qui appartient au Groupe Heafey.

La conception des plans et devis du bâtiment qui bénéficiera de la certification environnementale LEED Or débutera cet automne. La démolition du bâtiment existant qui abrite entre autres le bowling Anik est prévue pour l’hiver 2026. Les travaux devraient débuter l’été suivant et l’ouverture pourrait avoir lieu au début de 2029.

>>>>>>

Le 975 boulevard Saint-Joseph abrite entre autres le bowling Anik. (Patrick Woodbury/Le Droit)

Les anciens commissariats des boulevards de la Carrière, à Hull, et Gréber, à Gatineau, seront vendus. Avec le produit de la vente, la Ville espère réduire la facture finale de 40 millions. En attendant, la Ville va emprunter 187 millions pour financer le projet. Il s’agit d’un recours important à l’endettement, mais le taux d’endettement par rapport au budget communal fixé par le ministère des Finances est toujours respecté.

Déblocage

Aucun élu ne l’a exprimé ainsi lundi, mais le départ précipité de France Bélisle a visiblement permis une avancée dans cet épineux dossier qui aura marqué le mi-mandat de l’ex-maire. Celui qui dirigeait Action Gatineau jusqu’à tout récemment, Steve Moran, et le président du conseil municipal, Steven Boivin, ont tous deux préféré souligner le rôle joué par le maire Daniel Champagne qui, dans le tumulte, a pris la tête de l’association. Ville en février. Les plus fervents défenseurs du projet défendu par l’ancien maire sont toutefois restés silencieux mardi lors des délibérations du conseil.

>>>>>>

L’ancienne maire France Bélisle a annoncé sa démission en février dernier. (Simon Séguin-Bertrand/Le Droit)

Steve Moran est revenu pour la première fois sur cette journée du 1er novembre 2022, où l’ex-maire a porté pour la première fois le projet de siège social à la table du conseil. Il s’agissait d’un projet de 170 millions de dollars à construire sur le site Guertin. Elle souhaitait une orientation favorable du conseil avant la fin de la journée.

« Le conseil a dit non, cela ne satisfait pas aux critères », se souvient-il. Il fallait se poser des questions sur ce qui était nécessaire et ce qui était souhaitable, sur le meilleur emplacement, sur la centralisation et sur les coûts. Nous avons posé ces questions depuis le début. Ce qui s’est passé, c’est que M. Champagne est arrivé en service. Nous avons ressenti une plus grande ouverture pour discuter des différentes options, tant à la mairie qu’au sein de l’administration. Le résultat aujourd’hui est que nous avons un projet dans lequel nous pourrons économiser 40 millions de dollars aux contribuables. C’est de l’argent que nous pouvons investir dans d’autres infrastructures nécessaires à Gatineau.

>>>>>>

Le président du conseil municipal de Gatineau, Steven Boivin. (Simon Séguin-Bertrand/Le Droit)

Steven Boivin a souligné que le conseil municipal «tourne autour du même pot depuis longtemps» dans la discussion concernant le siège social. “C’était à la fois une question d’infrastructures policières, mais aussi une question d’aménagement du territoire”, a-t-il expliqué. Les membres du Conseil avaient de nombreuses questions sur cet aspect. Ou? Comment? A quel prix ? Pouvons-nous le rendre plus petit ? Nous n’avons pas senti qu’il y avait une quelconque ouverture à cette réflexion. Le leadership qu’a apporté M. Champagne dans le dossier a permis de débloquer cette réflexion. […] Nous sommes partis du meilleur projet pour le SPVG, un grand projet de 183 000 pi2 sur le site Guertin, et nous sommes arrivés au meilleur projet pour Gatineau, un projet de 165 000 pi2 sur le boulevard Saint-Joseph, et le Site Guertin qui pourrait être mieux utilisé.

Mode d’écoute

Le maire Daniel Champage a indiqué s’être mis « en mode écoute » dès son arrivée à l’hôtel de ville. « J’ai réalisé que l’écart n’était pas aussi grand que je le pensais au départ », a-t-il noté. J’ai ressenti une réelle envie de la part de tous les membres du conseil de mener à bien ce projet.

>>>Le maire de Gatineau, Daniel Champagne.>>>

Le maire de Gatineau, Daniel Champagne. (Patrick Woodbury/Le Droit)

M. Champagne, qui a été président du comité exécutif dans l’administration Bélisle, a évité, mardi, de s’appesantir sur la gestion passée de ce dossier au conseil. “Il faut revoir ce que nous avons vécu, il faudra certainement faire une autopsie”, a-t-il déclaré. Il a également refusé de préciser si, à son avis, le projet final sur le boulevard Saint-Joseph est meilleur que le projet initial sur le site Guertin qu’il avait précédemment défendu. “Je ne regarde pas en arrière”, a-t-il insisté. Nous avons un très bon projet aujourd’hui et je suis satisfait de ce que nous avons.

Opposition surprise

Le conseiller Jocelyn Blondin est le seul élu du conseil à s’être opposé au projet, même s’il a reconnu qu’il s’agissait d’un meilleur projet que celui initialement présenté au conseil. Il était contre le stationnement par paliers qu’il aurait préféré en sous-sol. L’ancien président du comité consultatif d’urbanisme croyait que l’aménagement d’un stationnement souterrain était une exigence de la Ville avant d’être corrigé par le maire Champagne et la haute direction de la Ville. Ce n’est pas une exigence. M. Blondin a toutefois maintenu son opposition en évoquant plutôt la cause environnementale.

>>>Le conseiller municipal, Jocelyn Blondin.>>>

Le conseiller municipal, Jocelyn Blondin. (Etienne Ranger/Etienne Ranger Le Droit)

“J’aurais fait un parking souterrain uniquement pour montrer l’exemple, pour montrer que nous croyons en l’environnement et que nous voulons plus d’espaces verts”, a-t-il expliqué, ajoutant qu’il était prêt à augmenter la facture de plusieurs millions de dollars pour fais-le.

Steven Boivin n’a pas caché sa surprise face aux arguments de M. Blondin. «C’est la première fois qu’on entend M. Blondin parler de cela», a-t-il déclaré. Il n’a pas demandé de passage souterrain pour la station Aylmer et il ne l’a pas demandé non plus pour le complexe sportif de l’Ouest. C’est la première fois que cet aspect est abordé. Là, cela devient une question de coûts. Ce que nous avons fait, c’est que nous avions un parking sur trois étages, nous avons pris les 100 places qui étaient souterraines et nous avons ajouté un quatrième étage au parking extérieur. De cette façon, nous économisons de l’argent pour les citoyens.

Poste d’Aylmer

Des modifications ont également été apportées au projet de construction du nouveau commissariat de police du secteur Aylmer. D’abord estimé à 16 millions de dollars, le projet atteint désormais 25,7 millions de dollars. L’augmentation des coûts de construction et les modifications du projet expliquent cette nouvelle facture.

« Le projet original à Aylmer a été développé à la suite d’une expropriation du poste Carrière. [pour l’hôpital], a expliqué le chef du SPVG, Simon Fournier. Il avait été optimisé pour une expansion et un bloc cellulaire de transition. Avec la centralisation des opérations, cela nous permet de supprimer le bloc cellulaire et d’en faire un entrepôt qui servira à stocker et mieux gérer nos preuves. Certains sont peut-être là depuis plus de dix ans. Nous maximiserons également l’espace pour les bureaux à Aylmer, ce qui nous permettra de moins voir au siège social.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV les parents et les enseignants dénoncent les groupes au niveau de la réforme
NEXT une opération à la gare de Font d’Urle