« Il y a un écart avec l’Ontario que nous devons combler »

« Il y a un écart avec l’Ontario que nous devons combler »
Descriptive text here

Alors que les municipalités tentent de trouver des solutions pour résorber les déficits des différentes entreprises de transport, le président-directeur général de l’Urban Innovation Resilience Institute rappelle que le « rôle premier » du gouvernement provincial est « d’investir dans les infrastructures », notamment dans le développement. des infrastructures de transports publics.

• Lire aussi : Taxe d’immatriculation: Québec avance avec une hausse «provisoire» de 10$

• Lire aussi : Transports collectifs: Guilbault veut régler la question des déficits d’ici l’été

Sans vouloir se mêler du bras de fer politique entre les municipalités et le gouvernement québécois, François Croteau précise en entrevue à LCN Maintenant que « le Québec investit environ 29 % de tous les investissements en infrastructures dans les transports collectifs »

« En Ontario, 72 % de ces sommes vont au transport en commun », note M. Croteau. Il y a une lacune majeure à combler.»

L’ancien maire de l’arrondissement Rosemont à Montréal soutient que plus l’offre de transport collectif dans la province est importante, plus l’achalandage augmentera et moins les entreprises de transport seront en déficit.

Selon lui, «on a besoin de transports en commun, c’est essentiel si on veut décarboner le Québec».

***Regardez l’entrevue complète avec François Croteau dans la vidéo ci-dessus***

#Canada

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV espoir en heptathlon, Maëva Foret portera la flamme olympique
NEXT La société TES Canada réduit le nombre d’éoliennes à 130