Les six enfants d’une mère québécoise sont rapatriés d’un camp de détention en Syrie

Les six enfants d’une mère québécoise sont rapatriés d’un camp de détention en Syrie
Les six enfants d’une mère québécoise sont rapatriés d’un camp de détention en Syrie

(Ottawa) Six enfants canadiens ont été rapatriés récemment après avoir été détenus dans le nord-est de la Syrie, mais on ignorait encore mardi où se trouvait leur mère, d’origine québécoise.


Publié à 13h25

Mis à jour à 17h43

Affaires mondiales Canada a déclaré dans un communiqué que l’accent est désormais mis sur la protection de la vie privée de ces enfants et sur la garantie qu’ils recevront le soutien et les soins nécessaires pour commencer leur nouvelle vie dans le pays.

L’avocat Lawrence Greenspon, qui a assisté la famille dans ses démarches, a reçu mardi matin un message d’Affaires mondiales indiquant que les enfants étaient arrivés sains et saufs à Montréal, où une clinique spécialisée aide à leur installation au pays.

Il a récemment déclaré que la mère des enfants, originaire du Québec, s’était vu refuser l’aide d’Ottawa pour revenir au Canada pour des raisons de sécurité. M.e Greenspon a déclaré que la femme avait réussi à quitter le camp de détention d’Al-Roj, mais on ne savait pas où elle se trouvait actuellement.

Les Canadiens faisaient partie des nombreux ressortissants étrangers détenus dans des centres créés après la reprise de la région déchirée par le conflit au groupe armé État islamique.

Dans son communiqué, Affaires mondiales remercie l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie pour sa coopération « dans des conditions de sécurité extrêmement difficiles ».

« Nous remercions également les États-Unis pour leur aide au rapatriement des Canadiens et pour leur précieux soutien tout au long de ce processus. »

« Séparés de leur mère »

Ottawa a déjà organisé dans le passé le rapatriement d’autres femmes et enfants canadiens détenus en Syrie. Mais de nombreux enfants canadiens et leurs mères non canadiennes continuent de vivre dans des conditions désespérées. Un certain nombre d’hommes canadiens sont également détenus.

Une délégation de la société civile qui a visité les camps de prisonniers syriens en août dernier a appelé Ottawa à fournir une assistance consulaire immédiate aux détenus canadiens et à rapatrier rapidement tous les citoyens souhaitant revenir au Canada.

Les membres de la délégation, dont la sénatrice Kim Pate et l’ancien directeur d’Amnesty International Canada Alex Neve, ont également exhorté le gouvernement à délivrer des permis temporaires pour garantir que les mères non canadiennes et les frères et sœurs d’enfants canadiens puissent venir au Canada.

M. Neve a déclaré mardi que même si les six enfants récemment rapatriés sont désormais en sécurité au Canada, il est honteux qu’ils aient été « séparés de leur mère ».

« L’affirmation du gouvernement selon laquelle les opinions [de la mère] serait trop extrême pour lui permettre de rentrer chez elle est profondément troublant et n’est pas du tout fondé sur la loi ni conforme aux normes en matière de droits de l’homme », a déclaré M. Neve, aujourd’hui chercheur principal à l’École des affaires publiques et internationales de l’Université de Ottawa.

Il a déclaré que la délégation humanitaire a rencontré cette famille en Syrie « et il était clair qu’ils sont tous très proches – les enfants avec leur mère et entre eux – et qu’ils comptent vraiment les uns sur les autres ». les autres pour se soutenir mutuellement. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV “Nous avons des soucis concernant l’eau potable dans une cinquantaine de communes, cela représente 35 000 habitants”, mobilise le ministre Christophe Béchu
NEXT La haine des Algériens envers le Maroc, ancrée dans la mémoire collective