Un projet pour aider les agriculteurs à prendre soin de leurs sols

Un projet pour aider les agriculteurs à prendre soin de leurs sols
Un projet pour aider les agriculteurs à prendre soin de leurs sols

Le canton de Genève a lancé mardi le programme «Résulterre». Ce projet vise à améliorer la qualité des sols cultivés. Il présente également l’avantage de permettre la séquestration d’une plus grande quantité de CO2 dans la terre. À ce jour, 43 agriculteurs y participent.

L’agriculture intensive, avec l’utilisation de puissantes labours et d’intrants de toutes sortes, a transformé les terres. Au fil des années, il est devenu compact et pauvre en matière organique. Cette boue est un obstacle pour les racines. C’est aussi l’ennemi des vers de terre. L’eau ne peut pas y pénétrer.

Le projet « Résulterre » apporte une aide financière aux agriculteurs qui prennent des mesures pour régénérer leurs sols, pour rendre la terre plus granuleuse. Le budget du programme s’élève à près de 6 millions de francs, dont 80% sont financés par l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG).

Les agriculteurs seront payés pour leurs résultats. Des échantillons serviront à déterminer la quantité de matière organique dans le sol ou la quantité d’engrais agricole utilisée.

Plus besoin de labourer

L’essentiel est de ne jamais laisser les terres nues, a expliqué au média Patricia Bidaux, présidente de la Chambre d’agriculture de Genève (AgriGenève). On peut par exemple réaliser des semis sous couvert végétal, valoriser le terrain avec du fumier, ou encore planter des graines sans labourer.

L’objectif est d’apporter de la biomasse sur terre. En plus d’enrichir le sol, cette technique séquestre également le carbone organique du sol. En effet, lors de la dégradation d’une plante morte, une partie du CO2 qu’elle contient est rejetée dans l’atmosphère, une autre est piégée dans le sol sous forme de matière organique.

En améliorant ainsi la qualité des sols, il sera possible, d’ici 2030, de séquestrer 15 000 tonnes de CO2 par an d’ici 2030, a relevé le conseiller d’Etat Antonio Hodgers. Cette politique est donc un moyen de lutter contre le changement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre, dont le CO2.

Améliorer la qualité des sols prend du temps. Certains agriculteurs genevois ont adopté il y a quelques années les préceptes d’une agriculture conservatrice. Après une décennie de ce régime, la terre redevient plus aérée et retient mieux l’eau, mais elle n’a pas encore complètement retrouvé son aspect naturel.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 15 gilets jaunes jugés pour le pillage d’une bijouterie des Champs-Élysées
NEXT Gabriel Attal au Maroc, début juillet ! – .