quel avenir pour l’atelier des produits résineux ? – .

quel avenir pour l’atelier des produits résineux ? – .
Descriptive text here

Fondé en 1859, ancienne propriété de la famille Vidal-Bordes, l’atelier de produits résineux Luxey est un témoignage de l’époque où « l’Arbre d’Or » faisait vivre une main d’œuvre…

Fondé en 1859, ancienne propriété de la famille Vidal-Bordes, l’atelier de produits résineux Luxey est un témoignage de l’époque où « l’Arbre d’Or » faisait vivre une nombreuse main d’œuvre dans chaque village des Landes de Gascogne. Le site, à deux pas de l’église et de la mairie de Luxey, fut de 1976 à 2010 un site musée lié au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne.

Son ancien directeur, Jean-Claude Ollagnier, récemment décédé, a vu l’intérêt de montrer et d’expliquer ce qu’était ce type d’activité productive. Le site avait cependant été fermé aux visiteurs et des voleurs l’avaient même dépouillé de son alambic servant à produire de la colophane et de la térébenthine.

Cependant, la propriétaire, la commune de Sore, présidée par Serge Sore depuis 2014, a tenu à entretenir le site et cherche aujourd’hui à le faire revivre. D’où, confiée à Cassandra Sansoucy, cette mission de réflexion qui aborde d’une part le positionnement du lieu sur le territoire de la Grande Lande.

Emblématique et pédagogique

Cette activité industrielle est représentative de l’histoire des « pinhadars », du gemmage, des chemins de fer dits économiques et renvoie même à l’évolution des relations sociales. D’un autre côté, le chef de projet a pensé à monter et à exploiter une exposition. Elle est soutenue par un conseil scientifique dans lequel on retrouve notamment des passionnés du patrimoine et de l’histoire des Landes ou encore l’association Gemme la forêt, convaincue des possibilités de relancer la production de résine (une production éminemment locale mais aujourd’hui très largement importée : 50 000 tonnes par an, provenant principalement… de Chine).

Vendredi 26 avril, ce conseil scientifique s’est rendu sur place, apportant d’utiles réflexions et commentaires sur ces perspectives de rénovation de ce futur centre d’interprétation dont le budget estimé s’élève encore à 175 000 euros. À l’été 2025, la vie sur le site devrait normalement reprendre.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Mort suspecte dans un appartement du quartier Saint-Michel
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités