Vendre destination Sénégal – .

Vendre destination Sénégal – .
Vendre destination Sénégal – .

La NBA est une entreprise de plus de 10 milliards de dollars. Il s’agit de la première vitrine sportive internationale aux USA derrière le football américain.

Depuis des années, la Basketball Africa League (BAL) se déroule en Afrique dans deux pays, principalement le Sénégal et le Rwanda. Elle a été initiée par Monsieur Amadpu Gallo Fall, un Sénégalais qui a fait sa carrière en NBA et que je félicite également pour sa vision économique du sport.

J’ai eu le plaisir de me rendre à la Dakar Arena pour suivre le match de l’AS Douane. Ce qui m’a frappé, c’est l’absence totale des entreprises sénégalaises qui devaient sponsoriser l’événement.

Une destination se vend. Au lieu d’Air Sénégal, nous avons vu des publicités pour Rwanda Air ou « Visit Rwanda ».

Nous avons le don de rater de grandes opportunités marketing. Sonatel, La LONASE, Air Sénégal, SENICO, SECAA SENEGAL, SETER, entre autres, se devaient d’être au premier plan pour soutenir cet événement retransmis dans le monde entier.

C’est aussi l’occasion pour le nouveau gouvernement de vendre son « PROJET » en faisant du sport un levier interne de mobilisation des ressources, d’autant plus que le Sénégal accueillera les JOJ en 2026.

Le BAL doit être préparé un an à l’avance dans tous les districts avec une série de mini tournois pour mobiliser les jeunes. Ce sera l’occasion pour l’industrie créative sénégalaise de s’ouvrir au marché NBA.

En l’absence de la présence du Président de la République, qui est jeune, le Premier ministre doit être présent à la finale pour dynamiser cet événement.

Le BAL constitue une excellente opportunité pour attirer les investisseurs au Sénégal et rentabiliser la Dakar Arena en faisant du Sénégal une destination privilégiée de la NBA en Afrique de l’Ouest.

Cheikhou Oumar Sy
Ancien parlementaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Saint-Sylvestre-sur-Lot. Des écoliers découvrant les abeilles et le miel
NEXT 10 millions d’euros pour soutenir l’économie verte au Maroc