Nemo, l’étonnant standard non binaire de la Suisse à l’Eurovision – rts.ch

Nemo, l’étonnant standard non binaire de la Suisse à l’Eurovision – rts.ch
Nemo, l’étonnant standard non binaire de la Suisse à l’Eurovision – rts.ch

Le 68e Concours Eurovision de la chanson se déroule du 7 au 11 mai à Malmö, en Suède. La Suisse fait partie des favoris grâce à Nemo et son titre « The Code ». Le Biennois entre en lice le 9 mai lors de la deuxième demi-finale. Itinéraire d’une jeune chanteuse non binaire à l’extravagance authentique.

Depuis des semaines, Nemo figure en tête des noms évoqués par les parieurs, qui voient en lui un vainqueur potentiel du 68ème concours de l’Eurovision. Sa chanson « The Code » a même dépassé les quatre millions d’écoutes sur la plateforme Spotify. Avec ce titre qu’il a composé, l’artiste non binaire de 24 ans parle de se sentir ni homme ni femme et du chemin parcouru pour trouver son identité. Musicalement, la chanson écrite en anglais est également très variée rythmiquement avec des éléments de rap, de drum and bass et d’opéra sur lesquels Nemo pose alternativement une voix haute et basse.

>> A lire aussi : : Et si la Suisse gagnait la prochaine édition de l’Eurovision ?

Contenu externe

Ce contenu externe ne peut pas être affiché car il est susceptible de collecter des données personnelles. Pour voir ce contenu vous devez autoriser la catégorie Réseaux sociaux.

Accepter Plus d’information

Opéra et comédie musicale

Nemo Mettler, de son vrai nom, est né à Bienne et vit aujourd’hui à Berlin. Si ses parents lui ont choisi un prénom à l’étymologie contradictoire (« némô » signifie partager en grec, tandis que dans sa contraction latine « ne hemo », cela signifie personne), Nemo finira par se considérer ni clairement comme un homme, ni clairement comme une femme. Ni lui ni elle, mais eux.

Mais avant cela, c’est dans sa ville natale durant son enfance et son adolescence que la musique entre dans sa vie, très tôt grâce aux cours de violon et de batterie. C’est aussi à Bienne qu’il fait ses débuts sur scène en chantant des airs d’opéra, avant de participer à des comédies musicales puis de se lancer dans le rap à 15 ans et de l’associer à la pop, raconte-t-il à la RTS.

Premiers talents

Au même âge, il est repéré dans l’émission télévisée de la SRF «Die grössten Schweizer Talente», avant de se distinguer en 2016 à l’âge de 16 ans en improvisant avec brio un rap dans l’émission de radio de la SRF «Bounce Cypher». Virus. Sa technique, son imagination et son authenticité sont saluées. Tout s’accélère dès lors pour la talentueuse adolescente.

Contenu externe

Ce contenu externe ne peut pas être affiché car il est susceptible de collecter des données personnelles. Pour voir ce contenu vous devez autoriser la catégorie Réseaux sociaux.

Accepter Plus d’information

Il a enregistré quelques succès records en dialecte bernois («Ke Bock», «Du» et «Himalaya») et remporté de nombreux prix, dont quatre Swiss Music Awards en 2018. Deux ans plus tard, Nemo entame une phase de transition en commençant par écrire et produire pour d’autres artistes et publie désormais des chansons en anglais. « Le Code » s’inscrit dans ce renouveau artistique.

« Engagement envers toute la communauté LGBTQIA+ »

Très enthousiaste et honoré aujourd’hui à l’idée de participer à l’Eurovision en représentant la Suisse, Nemo estime que cela constitue « une immense opportunité de bâtir des ponts entre les cultures et les générations. C’est pourquoi il est très important pour moi de m’y engager en tant que personne queer pour l’ensemble de la communauté LGBTQIA+. Il se dit également très surpris de voir les réactions des gens et à quel point le message de sa chanson « The Code » est apprécié par le public.

Et ce d’autant plus que cela prend à ses yeux une dimension très intime. « Je pense que c’est une chanson très extravertie et en même temps pour moi, elle est très introspective et très personnelle. Quand j’interprète cette chanson, je peux y mettre toute mon énergie. Et quand je chante en live, je suis en lien intime avec mes blessures intérieures”, explique Nemo dans le 19h30 du 5 mai.

L’authenticité qui peut faire la différence à l’Eurovision

La sincérité et la personnalité très entière et unique de Nemo sont également saluées par de nombreux observateurs. Pour Jean-Marc Richard, commentateur de l’Eurovision pour la RTS depuis 1992, cela “fait toute la différence” et s’ajoute à “son incroyable capacité vocale, ses performances scéniques toujours au rendez-vous et l’intéressant message universel qu’il véhicule dans sa chanson”. .

Avec « The Code », Nemo pourrait désormais inclure son histoire personnelle dans une histoire plus universelle, où son standard non binaire pourrait aider la Suisse à remporter l’Eurovision. Une histoire d’adulte cette fois, en somme.

Propos recueillis par Marie Clapasson et Jean-Marc Richard

Adaptation web : Olivier Horner

Les demi-finales de l’Eurovision, à voir sur la RTS les 7 et 9 mai 2024 à 21h Finale le 11 mai 2024 à 21h

Pour consulter, le dossier Chanson européenne 2024 de la RTS.

«La folie du Concours Eurovision de la chanson» est à voir sur Play Suisse, à partir du 8 mai à 12h. Cette collection spéciale comprend des showcases et des documentaires des éditions actuelles et précédentes.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Ce serait bien pour la démocratie », estime Emmanuel Macron
NEXT Vendre destination Sénégal – .