comment l’État a boosté la création d’équipements sportifs pour 2024

comment l’État a boosté la création d’équipements sportifs pour 2024
comment l’État a boosté la création d’équipements sportifs pour 2024

Dans la perspective des Jeux Olympiques, l’État encourage la pratique du sport en versant, via l’Agence nationale du sport (ANS), des subventions substantielles aux communes ou aux clubs qui ont demandé à élargir leur offre sportive. En Seine-et-Marne, dans le cadre du plan « 5 000 équipements – Génération 2024 », 2,6 millions d’euros ont été alloués en 2022, par exemple pour dix-huit équipements construits dans dix-sept communes. . Une aubaine dans une période de difficultés financières pour les collectivités locales. En contrepartie de ces fonds publics, il est demandé d’offrir des créneaux gratuits accessibles afin d’encourager la pratique du sport.

Avec 600 adhérents, le tennis club de Melun est le mieux loti avec 483 600 euros de subvention pour la création de quatre « pistes » de padel indoor, ouvertes le 2 avril 2024. Pour ce sport très en vogue, hybride du tennis et du squash, un tournoi a déjà réuni une quarantaine de joueurs le 19 avril, ravis de jouer sur ces courts en sol bleu entourés de hautes fenêtres. Des groupes WhatsApp sont même créés pour trouver des partenaires du même niveau. Cette aide est conséquente puisque le montant total était de 810 000 euros. Le club a pris en charge le reste des frais, voire davantage.

“Une bonne opportunité”, selon le maire de Presles-en-Brie

Toujours côté padel, d’autres villes sont concernées. C’est le cas de Roissy-en-Brie, où le club de tennis doit percevoir 350 000 euros pour deux courts début 2025 (la convention de subvention a été prolongée d’un an suite au retard), ou de Noisiel 69 150 euros pour un seul. .

A noter que Roissy a également reçu 112 740 euros de subventions pour six terrains de basket 3 x 3 déjà ouverts au grand public ! “Ils connaissent beaucoup de succès et n’attirent pas que les jeunes”, selon le maire de Roissy, François Bouchart (SE).

Melun, le 19 avril. Un tournoi de padel a déjà réuni une quarantaine de joueurs, LP/SB

Les communes plus petites ne sont pas oubliées par l’ANS si elles en ont fait la demande. Les terrains multisports fleurissent ici et là, comme à Rupéreux (98 âmes) qui a reçu 47 020 euros pour cela. Presles-en-Brie (2.400 habitants) s’est vu attribuer 33.600 euros pour un city stade inauguré en 2023.

« C’est une bonne opportunité. La communauté a participé. Mais si on s’était attribué du crédit pour tout, c’est autant qu’on n’aurait pas pu le mettre ailleurs”, salue Dominique Rodriguez (SE), maire de Presles. Ce city stade est « ouvert à tous, aux jeunes du village et à leurs amis des alentours. C’est très populaire! »

Un élu de Melun plaide pour un accès gratuit deux heures par jour

A Châtelet-en-Brie, 4 250 habitants, la commune a été subventionnée à hauteur de 230 800 euros pour un skatepark – soit 70 % de la facture totale – accessible aux amateurs de skate, roller, trottinette… « Ouvert en 2023, il est accessible gratuitement. accessible pendant les horaires d’ouverture du complexe sportif”, précise-t-on à la mairie.

Dans les clubs, l’accès gratuit au grand public est plus limité. Le tennis club de Melun souhaite « prioriser » le public qui joue déjà au tennis gratuitement : les scolaires (300 par an), les amateurs de multisports et le programme santé tennis de la ville qui disposera donc d’un programme santé padel, mais aussi les 13-17 ans. de Sport Passion (été) sur le territoire Melun Val de Seine. Pour le padel gratuit, le club ajoutera des habitants des quartiers prioritaires de la ville. « Des conventions avec les centres sociaux sont en attente de signature », assure Hervé Brisset, le directeur.

Ce sport est pratiqué par quatre personnes. Les non-membres du club paieront 9,50 euros par personne pour une heure en heures pleines et 7,50 euros en heures creuses (et moins avec un carnet de quinze séances). Les membres du Club bénéficieront d’un tarif préférentiel. Le conseiller municipal d’opposition, Michaël Guion, du groupe Réinventons Melun, s’étonne que le citoyen lambda ne puisse pas découvrir cette discipline gratuitement, compte tenu de la généreuse subvention « provenant de fonds publics, donc de l’argent des contribuables ». Il suggère que « l’ouverture quotidienne de deux heures de créneaux gratuits au grand public, en heures creuses, hors vacances scolaires et week-end, inciterait un grand nombre à découvrir ce sport ».

« Nous souhaitons offrir un accès gratuit à tous, mais qui remboursera le crédit du club de plus de 3 000 euros par mois ? » rétorque Hervé Brisset. « La facture totale s’élève en réalité à 960 000 euros ! Outre le prix du matériel qui a augmenté entre temps, les terrains de padel ont engendré d’autres coûts. Le club a dû retirer un mur d’entraînement et un court de tennis en terre battue, recréer ce mur et construire un nouveau court en béton poreux. » Il cite également une équipe d’une dizaine d’enseignants…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Savoir imposer ses thématiques actuelles… (Par Sadikh Diop) – .
NEXT L’horaire CFF 2025 devrait améliorer la ponctualité en Suisse romande