la Costa Verde veut diversifier son futur tissu économique

la Costa Verde veut diversifier son futur tissu économique
la Costa Verde veut diversifier son futur tissu économique

Poursuivre le développement de l’activité économique de la Costa Verte en créant des zones d’activités accueillant des secteurs diversifiés et prometteurs : c’est tout l’enjeu que le communauté de communesen étroite collaboration avec leAgence de développement économique de la Corse (Adec). «Nous avons deux objectifsexplique Marilyne Frati Renosi, directrice adjointe au centre de développement territorial. La première est bien sûr de continuer à structurer notre secteur du tourisme ce qui est essentiel à notre territoire. Cependant, nous ne voulons pas en dépendre. Il faut donc développer d’autres filières qui ne sont pas forcément implantées sur l’île et qui nous apporteraient une valeur ajoutée. En ce sens, leLe soutien de l’Adec est essentiel et indispensable au développement de la Costa Verde. Son expertise nous apporte une valeur ajoutée certaine en termes de légitimité, d’ingénierie et de soutien financier.r pour permettre à notre territoire de se démarquer dans les années à venir viens.”

Un terrain qui ne demande qu’à être exploité

Et pour ce faire, la Costa Verde dispose d’un atout majeur : un terrain disponibleactuellement inutilisé, et ne demande qu’à être à nouveau exploité. « Ce sont des bâtiments qui doivent être réhabilités normes écologiques, rapporte le co-responsable du pôle développement territorial. En plus du potentiel nouvelles entreprisescontreCes structures peuvent également nous permettre d’accueillir des médecins et ded’autres professionnelsante.

Mais avant d’aborder l’avenir du tissu économique du territoire, le moment était venu de bilan, il y a quelques jours, pour les deux partenaires. En 2022, cent soixante entreprises ont été développées sur le territoire de la Costa Verde. En comparaison, cent dix-neuf structures ont été créées en 2013, soit une augmentation de près de 35 % en un peu plus de dix ans.

Investir dans d’autres secteurs

Les données ont été collectées par l’Adec via son service d’observation économique, Corse Statistica. Si nombre de ces entreprises ont été créées dans le secteur du commerce, de l’hébergement et de la restauration (près de 23%), les responsables de la communauté de communes souhaitent désormais investir dans d’autres secteurs. “Nos jeunes ont tendance à poursuivre études dans le secteurs techniques, technologiques et du développement durablepoursuit Marilyne Frati Renosi. Dans quelques années, ils arriveront sur le marché du travail avec un savoir-faire qu’ils ne pourront pas mettre en pratique si nous ne leur en donnons pas l’opportunité. Investir dans ce secteur, voire dans celui de intelligence artificielle par exemple, et ainsi organiser incubateurs d’entreprises. C’est une de nos ambitionss. »

Trouver des alternatives au tourisme

Quant à l’agence de développement économique corse et son président, nous sommes également sur la même longueur d’onde. « Développer une activité qui n’est pas liée à la saison estivale est essentielestime Alexandre Vinciguerra. L’idée n’est pas de mettre ça de côté industrie en croissancemais de trouver des alternatives qui puissent être complémentaires et permettre au territoire de la Costa Verde de créer des emplois ou de soutenir le développement d’entreprises existantes

C’est pour cette raison que l’organisme a récemment soutenu une entreprise connue et reconnue dans la région. Depuis plus de vingt ans, Casart propose à ses clients la création de cheminées sur mesure et une prestation en marbre.

Objectif « zéro chômage de longue durée »

Dans le cadre de son Projet de développementl’entreprise agrandit son site de fabrication et achète de nouvelles machines. « Ce soutien nous permettra de répondre à une demande de plus en plus croissanteestime Olivier Franchi, son manager. Il a également contribué au recrutement de deux personnes au chômage et formées à deux emplois qualifiés.c’est à dire. De quoi donner des idées aux responsables de la communauté de communes. Car l’autre projet phare sur lequel s’engage l’intercommunalité porte sur le développement économique et nécessite le soutien de l’institution contrôlée par la Communauté de Corse. Le projet en question est un programme expérimental, soutenu par l’étatnommé « Territoire du chômage de longue durée zéro » et visant, comme son nom l’indique, à lutter contre l’exclusion à l’échelle territoriale. Nous avons demandé à détenir l’autorisation qui pourrait nous permettre d’investir dans ce projetraconte Marilyn Frati Renosi. Nous devrions avoir un retour d’ici juillet. Nous aimerions créer une cinquantaine d’emplois, et pourquoi pas en l’économie circulaire. L’enjeu est de montrer qu’avec la mobilisation de tout un territoire, il est possible d’offrir un emploi durable à toutes les personnes qui ont été privé.”

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV SÉNÉGAL-ECONOMIE / Le navire Djilor à Ziguinchor avec 300 conteneurs pour commencer l’évacuation de la production de noix de cajou – Agence de presse sénégalaise – .
NEXT Carlucet. Le championnat Chess Lot rend son verdict