En Suisse, les arnaques basées sur l’IA arrivent en force

En Suisse, les arnaques basées sur l’IA arrivent en force
En Suisse, les arnaques basées sur l’IA arrivent en force

Le dernier rapport semestriel de l’Office fédéral de la cybersécurité révèle une escalade des fraudes utilisant l’IA, avec une augmentation notable des cas de sextorsion et d’imitations de voix.

Les tentatives de fraude utilisant l’IA se multiplient en Suisse. C’est l’une des conclusions du rapport semestriel de l’Office fédéral de la cybersécurité (OFCS, qui a succédé au NSCS).

Selon le rapport, la Suisse a enregistré un doublement des signalements d’escroqueries en ligne au cours du second semestre 2023 par rapport à la même période en 2022, avec plus de 30 000 cas signalés. Dans ce contexte, l’utilisation de l’IA à des fins malveillantes s’est développée, même si ces technologies ne sont pas encore systématiquement utilisées par les cybercriminels.

Différents modes de fonctionnement sont signalés à l’office fédéral. Par exemple, les cas de sextorsion utilisant des images générées par l’IA sont en augmentation. Dans ces cas-là, les escrocs utilisent des images et des vidéos altérées pour faire chanter leurs victimes en menaçant de diffuser des documents compromettants sur des plateformes publiques. Outre la sextorsion, des techniques sophistiquées impliquant des imitations de voix ont également été signalées. Ces imitations de voix sont si convaincantes qu’elles peuvent laisser croire qu’elles parlent à des proches ou à des collègues de travail, notent les auteurs du rapport. L’IA est également utilisée pour créer des e-mails qui imitent le style linguistique et visuel d’entités légitimes avec une grande précision, compliquant ainsi la détection des fraudes. En outre, la diversité des approches est également visible dans les fraudes à l’investissement en ligne utilisant des deepfakes de célébrités.

« Les auteurs d’arnaques sont toujours très créatifs et imaginent de nouveaux scénarios pour inciter les victimes à réagir sans réfléchir. Le contenu généré par l’IA accentue cette tendance. « Ne vous laissez pas déborder et déborder, mais prenez le temps de réfléchir et, en cas de doute, contactez d’autres personnes ou l’OFCS pour avoir leur avis sur le sujet », recommande l’office. fédéral.

#Suisse

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV tempêtes, inondations, avalanches… 27 ​​départements en alerte jaune, ce dimanche 26 mai
NEXT un programme ASAPT pour chasser en toute sécurité