Le PS propose de plafonner les primes maladie à 10% du revenu disponible – rts.ch

Le PS propose de plafonner les primes maladie à 10% du revenu disponible – rts.ch
Le PS propose de plafonner les primes maladie à 10% du revenu disponible – rts.ch

Le 9 juin, le peuple suisse se prononce sur deux initiatives visant à freiner la hausse des primes maladie. Celui du PS entend plafonner les primes à 10 % du revenu disponible, une proposition qui divise largement la gauche et la droite.

L’initiative PS « Maximum 10 % des revenus pour les primes d’assurance maladie (initiative d’allégement des primes) » vise à plafonner les primes et à garantir qu’elles ne dépassent pas 10 % du revenu disponible.

Si cette limite est dépassée, la Confédération et les cantons devraient intervenir en réduisant les primes. La Confédération couvrirait les deux tiers du montant, les cantons le reste. Le délai de candidature est fixé à trois ans.

Aujourd’hui, la Confédération finance 7,5% des coûts bruts de l’assurance de base en subventions, le reste étant payé par les cantons. En 2022, environ 5,4 milliards de francs de fonds publics ont été consacrés à la réduction des primes. La Confédération en a payé plus de la moitié.

>> Lire : L’initiative de réduction des primes maladie aurait un impact différent selon les cantons

Les supporters veulent « trouver des solutions »

Le PS a déposé son initiative en janvier 2020, affirmant qu’il est urgent de trouver des solutions pour les primes d’assurance maladie. Si elle était acceptée, la pression de la hausse des coûts des soins de santé se déplacerait des payeurs de primes vers la politique. Berne et les cantons seraient incités à agir pour réduire le prix des médicaments et la « pseudo-concurrence coûteuse entre caisses ».

>> Lire aussi : Le camp du « oui » pour des primes santé à 10 % des revenus présente ses arguments

Pour les initiateurs, un oui le 9 juin réduirait le fardeau que représente l’explosion des primes pour les assurés. L’initiative protège non seulement le pouvoir d’achat des personnes à faible revenu, mais aussi celui des familles, des couples de retraités et de la classe moyenne. Selon eux, une famille de quatre personnes avec un revenu net cumulé de 9’000 francs économiserait en moyenne plusieurs centaines de francs par mois.

Même si ce sont principalement les milieux de gauche qui devraient accepter l’initiative, le projet a de réelles chances d’être accepté. Selon un sondage SSR publié début mai, 56% des personnes interrogées soutiennent l’initiative.

>> Les résultats de la première enquête : Oui aux deux initiatives sanitaires, la loi électricité populaire, selon la première enquête SSR

>> Le sujet de 12h30 sur les arguments du PS :

Les arguments du Parti socialiste pour le « oui » à l’initiative du plafonnement des primes à 10 % des revenus / 12h30 / 1 min. / 17 avril 2024

Les opposants dénoncent le coût

Le Conseil fédéral, le Parlement et les cantons rejettent le texte. Les opposants soutiennent que l’initiative ne s’attaquerait qu’aux symptômes de la hausse des coûts des soins de santé et non à ses causes. Ils dénoncent également les coûts liés à l’initiative, soit environ 3,5 à 5 milliards de francs par an pour la Confédération et les cantons. Compte tenu de l’état des finances fédérales, cela ne serait pas viable.

>> Lire aussi : Un comité de droite met en garde contre le danger potentiel des initiatives populaires en matière de santé

Les opposants privilégient le contre-projet indirect adopté par le Parlement, qui entrerait en vigueur en cas de rejet de l’initiative. Celui-ci prévoit que les cantons consacreront à l’avenir au moins 3,5 à 7,5% des coûts de l’assurance de base obligatoire à la réduction des primes. Cela représenterait 356 millions de plus pour les cantons. Les cantons conservent la possibilité de calculer le montant exact de la réduction de prime.

>> L’interview de la conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider dans La Matinale :

L’invitée de La Matinale (vidéo) – Elisabeth Baume-Schneider, conseillère fédérale / L’invitée de La Matinale (vidéo) / 14 min. / Jeudi à 07h35

>> Lire aussi : Initiatives premium : « Une excellente destination, mais le véhicule proposé n’est pas le plus adapté »

jfe

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV quelles communes sont concernées ?
NEXT Le projet CrocoSocios, la vente du club, les supporters, le rôle de Jean-Jacques Bourdin… les précisions de Corentin Carpentier, co-président du collectif Sauvons le Nîmes Olympique