Le Cnoss sous « forme olympique » ! – Le Quotidien – .

Le Cnoss sous « forme olympique » ! – Le Quotidien – .
Le Cnoss sous « forme olympique » ! – Le Quotidien – .

Le Comité directeur du Cnoss s’est réuni samedi à Terrou Bi. Entre autres sujets abordés, la préparation des Jeux Olympiques de Paris 2024 et Dakar 2026 était au centre de l’ordre du jour de cette réunion statutaire.

Par Hyacinthe DIANDY – Nous sommes à deux mois des Jeux Olympiques de Paris 2024 et à moins de deux ans des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Dakar 2026. De quoi que le Cnoss se penche sur les préparatifs de ces deux événements majeurs du mouvement olympique.

La réunion de son Comité de Pilotage était donc idéale pour en débattre et souligner les avancées significatives constatées.

Justement, concernant le rendez-vous de Paris en juillet prochain, l’état des lieux a été fait concernant les premiers qualifiés pour le moment. A savoir : Combé Seck et Yves Bourhis (canoë), Mbagnick Ndiaye (judo), Louis François Mendy (athlétisme), Ndèye Bineta Diongue (escrime), Bocar Diop (taekwondo) plus Idrissa Keïta (en taekwondo para-olympique). D’ailleurs, immédiatement, un chèque a été remis, via leur représentant, à chaque personne. A savoir 1000 dollars, représentant trois mois du Cap 2024. La bourse olympique étant de 4000 dollars par trimestre. A noter que d’autres potentiels qualifiés sont à l’attaque, en espérant décrocher le ticket qui leur ouvre les portes de Paris.

« Pour le Joj, trois enjeux : organisation, image et participation »
Pour les Jeux Olympiques de Dakar 2026, les choses avancent également. Dans une brillante présentation, le directeur des opérations du comité d’organisation (Cojoj) a fait le point sur la situation. Pour Abdou Diaw, trois défis doivent être relevés. « Le défi de l’organisation, le défi de l’image et de la réputation, et enfin le défi de la participation. »

Du côté des infrastructures qui doivent subir un lifting, M. Diaw confirme le Stade Iba Mar Diop et la Tour de l’oeuf. Avant d’annoncer le début des travaux de réhabilitation « dans un mois » et qui devraient s’achever « fin 2025 ». Avant d’annoncer quelques chiffres, comme celui du nombre de disciplines porté à 35, avec 4000 jeunes athlètes dans une tranche d’âge comprise entre 15 et 18 ans.

Après la présentation des rapports d’activité et financiers, sous les yeux du vice-président du Cnoss, Ibrahima Wade, qui a dirigé les travaux, le président du Cnoss, Diagna Ndiaye, absent du territoire national, est intervenu, depuis Lausanne, pour féliciter aux membres du Comité directeur et demandons à chacun de se concentrer sur Paris 2024 et Dakar 2026.

L’Etat prêt à soutenir le Cnoss
Dans son discours, El Hadji Tanor Gning, représentant le ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, a assuré l’assistance de l’Etat aux Jeux de Paris et à ceux de Dakar 2026. Le directeur de cabinet du nouveau patron du sport sénégalais a également informé une prochaine rencontre entre Mme Khady Diène Gaye et le bureau du Cnoss.

Enfin, deux informations majeures ont été annoncées à la fin des travaux. Concernant d’abord la Fédération sénégalaise de badminton qui a été distinguée en Chine par l’instance mondiale, comme la meilleure fédération africaine pour la promotion de ladite discipline. En natation, le Sénégalais Mohamed Diop a été élu président de la Confédération africaine.

Joj 2026 : 200 jeunes de Matam bénéficieront d’un accompagnement à l’insertion

Deux cents jeunes de la région de Matam bénéficieront d’un accompagnement à l’intégration, dans le cadre des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) prévus en 2026, à Dakar, a annoncé Moustapha Diop, chef de projet de l’initiative Fit Sénégal à l’ONG Partenariat.

Selon lui, cet accompagnement sera assuré avec les acteurs territoriaux qui seront accompagnés dans le cadre du projet d’insertion des jeunes, à travers « un parcours d’insertion qui sera structuré en fonction d’un certain nombre de métiers qui ont été cités comme ayant un lien avec l’événement.

Dans cette perspective, a-t-il précisé, « les jeunes seront orientés en fonction de la situation et du contexte socio-économique de chacun », en relation avec « la réalité de l’environnement de chaque zone géographique ».
Avec Aps
[email protected]

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Dans le Lot-et-Garonne, les fraises ont du mal à rougir
NEXT qui sont les lauréats 2024 en Loire-Atlantique ? – .