La mise en place du bac brun entre dans sa deuxième phase

La mise en place du bac brun entre dans sa deuxième phase
Descriptive text here

La distribution de bacs et conteneurs a déjà commencé dans les zones et bâtiments ciblés dans le déploiement de cette deuxième phase par Énercycle. D’ici la fin de l’année, près de 28 000 résidences supplémentaires pourront bénéficier de la collecte des déchets verts parmi les 37 communes de la région desservie par l’organisme.

«Cela se fait présentement sur le terrain», explique Sylvie Gamache, conseillère en communications chez Énercycle. «Nous compléterons la distribution auprès des ménages qui doivent être servis avec des conteneurs à chargement frontal en mai dans les MRC et à Shawinigan, puis nous débuterons l’implantation en juin pour les immeubles du côté de Trois-Rivières.»

>>>>>>

Sylvie Gamache, conseillère en communications chez Énercycle. (Sylvain Mayer/Archives Le Nouvelliste)

La collecte de matières compostables peut toutefois rencontrer certaines difficultés en milieu industriel, commercial ou institutionnel. C’est notamment le cas au centre-ville de Trois-Rivières où certains commerces manquent parfois d’espace pour trier leurs déchets.

« Tous les commerces et institutions pour lesquels il est possible d’avoir recours à la collecte en porte-à-porte avec bac roulant, il est facile de les intégrer au service de collecte tel qu’on le connaît. Pour les personnes ayant des besoins particuliers, c’est au cas par cas. On voit ce qu’on peut faire et si nécessaire, on peut se référer à l’entreprise privée qui a une offre de service pour ça», poursuit Mme Gamache.

Aide de 2,7 millions du Québec

Le gouvernement du Québec a récemment annoncé le versement de 2 761 134 $ à Énercycle pour l’achat d’équipements de collecte. « Ce projet est un autre bel exemple de l’engagement des gens d’ici à protéger l’environnement et à participer activement à la lutte contre les changements climatiques au Québec », a déclaré le ministre responsable de la Mauricie, Jean Boulet. .

« Cela nous a permis d’acquérir les bacs roulants en une seule fois, ce qui est vraiment compétitif. Le fait qu’Énercycle ait effectué un achat groupé pour le compte des 37 municipalités membres nous a permis de réaliser des économies d’échelle puisque nous achetions une grande quantité de bacs», explique le porte-parole de la direction de la gestion des matières résiduelles de la Mauricie.

« Associé à la subvention, […] les bacs nous coûtent l’équivalent de 49 $ l’unité, incluant le mini bac de cuisine et incluant la distribution jusqu’aux portes.

— Sylvie Gamache, conseillère en communications chez Énercycle

«On sait que le coût unitaire d’un bac roulant quand on va à la quincaillerie est bien plus que ça», poursuit-elle. Il faut savoir que l’argent versé par l’État a servi au déploiement de la première phase de distribution, en 2023, même si l’annonce n’a été faite que récemment par le gouvernement.

Adhésion et redistribution

Énercycle avait déjà annoncé avoir connu une récolte supérieure à ses prévisions l’an dernier. L’entreprise espère évidemment qu’avec la mise en œuvre de sa deuxième phase, les résultats continueront de s’améliorer en 2024.

>>>>>>

Énercycle avait déjà annoncé avoir connu une récolte supérieure à ses prévisions l’an dernier. (Stéphane Lessard/Le Nouvelliste)

« Nous sommes très satisfaits des résultats de la première année. On a hâte de voir dans les prochains mois, quand l’été s’installera, août, septembre, pour pouvoir comparer avec l’année dernière. Nous sommes confiants parce que, vraiment, nous avons une bonne participation», explique la conseillère en communication.

« Ce qui est intéressant de constater, c’est que le matériel qui est récupéré et que nous recevons dans nos installations est de très bonne qualité. C’est à dire que ce sont des matériaux véritablement compostables, il y a très peu de contaminants, comme les sacs plastiques.»

— Sylvie Gamache, conseillère en communications chez Énercycle

Parmi les développements ultérieurs à suivre chez Énercycle, on note également la mise en service du centre de biométhanisation de Saint-Étienne-des-Grès prévue pour 2026. « Ce projet est en bonne voie », assure le porte-parole. “Les travaux ont commencé.”

L’organisme distribuera également du compost dans les prochaines semaines, sur tout le territoire. Il sera notamment possible, en apportant des contenants et des pelles, de s’approvisionner en libre-service dans les locaux de la direction, à Saint-Étienne-des-Grès, le 11 mai entre 9h et 16h.

Des activités similaires sont également prévues au cours du mois de mai à Shawinigan, Trois-Rivières, Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Champlain, Saint-Narcisse et plusieurs autres municipalités.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Belgique est l’un des pays où se lancer en tant qu’indépendant coûte le plus cher
NEXT « Aujourd’hui, on lève les yeux au ciel et on dit ‘Oh non, encore un’ »… En entreprise, la résurgence des discours LGBTphobes