« Sur la route, on a toujours 15 ans »

« Sur la route, on a toujours 15 ans »
« Sur la route, on a toujours 15 ans »

l’essentiel
Cali est déjà de retour dans le Tarn. Après avoir électrisé la dernière édition de Pause Guitare, il participera au festival Marée haute à Murat-sur-Vèbre le 17 mai.

On l’a laissé en surmenage lors de la dernière soirée de l’édition 2023 de Pause Guitare, en première partie d’Indochine. Il nous revient le 17 mai, dans le cadre plus confidentiel du festival Marée haute qui se déroule du vendredi 17 mai au lundi 21 mai, dans les montagnes de Lacaune et du Haut Languedoc. Rencontrez cet éternel amoureux de la musique, de la scène et des gens.

Lors du dernier festival Pause Guitare, on vous a vu courir, sauter et vous laisser porter par le public. Une énergie débordante qui vous laisse à plat ventre, épuisé à la fin du spectacle.

Quand je joue sur scène, je dois tout donner, jusqu’à l’épuisement. Cela me vient de mes années de rugby, où je devais n’avoir aucune énergie en entrant dans les vestiaires. J’ai gardé ça en moi. Je voulais également remercier Indochine qui nous a permis d’utiliser leur plateforme. Ils ne le font pas souvent.

En parlant de rugby, il faut être content de la performance de Perpignan, en Top 14. (NDLR, Cali est catalan).

Oh ouais. Cette année, nous n’allons pas baisser. Nous pouvons même faire quelque chose pour les phases finales. Vous savez, à Perpignan, quand l’Usap va bien, tout le monde va bien.

Parlons musique. Vous revenez dans le Tarn, à Murat-sur-Vèbre pour votre tournée « 20 ans de parfait amour », une ode à cet album qui vous a révélé au grand public. Nous pensons à « Quand est le bonheur » ou « Elle me l’a dit ». » L’occasion de réaliser un album en duo avec Cabrel, Calogero, Stéphan Eicher, OliviaRuiz, Lavillier, Opispo pour ne citer qu’eux.

C’était un vrai régal. C’est vrai que c’est « l’amour parfait » qui m’a fait connaître et m’a permis de percer. Je suis éternellement reconnaissant au public que cela dure.

Vous partez pour une cinquantaine de dates. Avec le temps et le nombre de concerts que vous avez accumulés au fil des années, la fatigue n’est pas présente ?

Physiquement non. C’est super, une tournée. Sur la route, on a encore 15 ans. Cela fait gagner du temps sur la vie. Nous avons constamment l’impression d’être dans un camp d’été. Nous sommes fatigués quand nous ne faisons pas de musique.

N’est-il pas facile de durer dans ce métier ?

C’est vrai. En 2004, Jean-Marie Perrier réunit une soixantaine d’artistes pour une version moderne de « Salut les amis ». Aujourd’hui, nous ne sommes plus que 5 ou 6 encore sur la route. C’est pourquoi je savoure chaque instant. Je suis très admiratif de la jeune génération qui doit gérer une carrière, avec la multiplication et la force des réseaux sociaux qui ne pardonnent pas. A vingt balais, c’est compliqué. Je n’ai pas eu ce problème. Je suis arrivé en retard.

Quel style de concert allez-vous proposer à Murat-sur-Vèbre ?

J’ai deux programmes différents. Le premier en piano-voix. La seconde avec mon groupe de musiciens. Le thème reste le même qu’il y a vingt ans. (NDLR, il viendra dans le Tarn avec son groupe.)

Dans la famille de Cali, fait-on beaucoup de musique ?

Déjà, j’ai la chance d’avoir quatre enfants, même si je ne les vois pas trop, à cause des tournées. Ils font tous de la musique, du métal au classique. J’en ai même un qui m’accompagne. Pourquoi ont-ils commencé à jouer de la musique ? Il est possible que le jour où j’ai jeté la télé par la fenêtre ait changé la donne pour leur éducation (rires).

Heureux ?

Oui. Franchement.

Programmation et réservations sur festivalmareehaute.net
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Beaucaire et Fourques, de belles adresses au bord du Rhône dans le Gard
NEXT Loire/Haute-Loire. Alerte orage ce dimanche, prévisions pessimistes pour la semaine