En Haute-Vienne, l’hippodrome de Texonniéras a brisé, ce dimanche, son image élitiste

En Haute-Vienne, l’hippodrome de Texonniéras a brisé, ce dimanche, son image élitiste
En Haute-Vienne, l’hippodrome de Texonniéras a brisé, ce dimanche, son image élitiste

Le public était au rendez-vous ce dimanche 5 mai, à l’hippodrome de Texonniéras. Outre les courses, de nouvelles activités ont été proposées pour attirer un public plus large.

Il y avait de l’ambiance ce dimanche à l’hippodrome de Texonniéras. Malgré les épisodes pluvieux, les activités proposées aux enfants ont été couronnées de succès.

De quoi faire sourire Pierre Pouret, président de la Société des courses de Limoges.

« C’est à nous de faire des efforts pour accueillir plus facilement le grand public. L’hippodrome conserve encore l’image d’un milieu élitiste. Il faut vulgariser notre activité, faire découvrir les courses hippiques à ceux qui ne les connaissent pas. »

Pierre Pouret (Président de la Société des courses de Limoges)

L’idée de proposer des animations avec entrée gratuite fonctionne.

Yohana, 46 ans, maman de deux filles de 10 et 3 ans, découvre l’hippodrome. « Je ne serais jamais venu ici sans les structures gonflables qui amusaient les plus petits. J’ai trouvé les courses intéressantes. Je ne savais pas du tout… Les chevaux sont très beaux. Nous reviendrons. »

Des chevaux mieux respectés

Aujourd’hui, l’enjeu des hippodromes est de trouver les foules qui viennent aux courses et spectacles hippiques. Le goût des courses en dehors des paris s’est progressivement perdu.

« Paradoxalement, les gens aiment les chevaux, mais ne viennent pas forcément les voir courir à l’hippodrome. Cela s’explique par l’entraînement imposé à l’animal pour la course, avec cette image du jockey qui donne un fouet à son cheval pour aller plus vite, analyse Pierre Pouret. Il faut savoir que les pratiques ont beaucoup évolué. Le bien-être animal est au cœur de notre activité. »

Depuis le 1er septembre 2023, les jockeys qui abusent du recadrage (plus de neuf coups par course) sont sanctionnés. Le cheval est laissé sur place, le jockey paie une amende de 150 euros avec suspension (interdiction de participer aux courses pendant au moins quinze jours) pour l’obliger à respecter l’animal.

Recevez notre newsletter loisirs par email et trouvez des idées de sorties et d’activités dans votre région.

Ce dimanche, le lancement de la saison hippique en Limousin s’est déroulé sans incident. Six courses de plat ont retenu l’attention d’un public nombreux, dans lesquelles on retrouvait les parieurs, le nez collé à la feuille de programme, amusés à parier sur un beau cheval au nom fantaisiste, ou à choisir l’étalon habitué aux belles performances remportées dans d’autres les courses.

Prochain rendez-vous donné le 9 juin, même endroit, même heure.

Aline Combrouze

Photos : Thierry Sallaud

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un homme condamné à 30 ans de réclusion criminelle après le meurtre de son ex-compagne
NEXT Le Soleil de Châteauguay | Pour une cohabitation plus saine en zone agricole