Depuis Quimper, la société Caillarec veut conquérir tout le Finistère

Depuis Quimper, la société Caillarec veut conquérir tout le Finistère
Depuis Quimper, la société Caillarec veut conquérir tout le Finistère

« Devenir leader sur tout le Finistère » : tel est désormais l’objectif de Gilbert Provost et Francis Millet. Il y a six mois, les deux hommes ont racheté l’entreprise créée il y a près de 80 ans par la famille Caillarec, et spécialisée dans la distribution, l’installation et la maintenance de matériel de cuisine professionnel. Une entreprise sortie du four à Quimper, et qui s’est progressivement imposée sur le marché cornique. Avant de s’étendre vers le nord du département.

Des parts de marché « à gagner » dans le nord

Aujourd’hui, l’entreprise Caillarec approvisionne la restauration commerciale, les collectivités, les maisons de retraite, les hôpitaux, les cuisines centrales, les boucheries charcuteries, les traiteurs de grande distribution, la Marine… 95 % des clients sont originaires du Finistère. Un pourcentage important. Mais pas assez donc pour entendre les deux hommes. « Notre volonté est de nous développer davantage dans ce secteur », confirme Francis Millet, directeur général de l’entreprise depuis près de dix ans.

type="image/jpeg">>
Les nouveaux locaux de l’entreprise sont situés dans le quartier de Cuzon, à Quimper. (Le Télégramme/Sophie Benoit)

Et plus que jamais, c’est au-delà de l’Aulne qu’ils regardent. Car c’est là que les parts de marché sont surtout « à gagner », estime Gilbert Provost. Pour ce faire, les deux partenaires savent qu’ils ont besoin de plus de visibilité. D’ici quelques mois, le dépôt technique Léon devrait donc céder la place à « un site plus vivant à Brest », entre bureaux, petit showroom et espace de stockage.

Un déménagement qui coûte 1,60 M€

Un projet immobilier qui en cache un autre. Dans la place forte de Quimper, cette fois. Depuis lundi 6 mai, les 35 salariés ont définitivement fermé la porte des locaux historiques de la rue Charles-Le Goffic, pour poser leurs cartons rue Etienne-Perchec, à Cuzon. Le bâtiment construit en 2011 par la société Ambalia, puis loué par Krampouz, fait environ 2 000 m². Et cela a immédiatement séduit les deux associés, désireux, dès leur arrivée à la tête, d’offrir « une nouvelle dynamique » à l’entreprise. Un objectif qui passait d’abord par l’achat de nouveaux locaux « plus adaptés à l’activité et à l’accueil des salariés et des clients ». Le site a été entièrement restauré avant le déménagement. Tout le mobilier, tout le système informatique de l’entreprise, a été changé en même temps.Montant de l’opération : 1,60 M€.

type="image/jpeg">>
La vente de matériel aux particuliers représente 5% du chiffre d’affaires. (Le Télégramme/Sophie Benoit)

Objectif de recrutement

La stratégie de Francis Millet et Gilbert Provost ne s’arrête pas là. Cela passe aussi forcément par la case recrutement. Notamment des « profils techniques », indispensables à l’entreprise : des techniciens en électricité et en froid. Ils sont actuellement une quinzaine, mobilisés entre le sud et le nord du Finistère. Certains d’entre eux sont également positionnés dans l’atelier de réparation situé au sein même du siège. « On a toujours des besoins », souligne le directeur général. Mais ce sont des profils difficiles à trouver.» A ce jour, quatre professionnels sont recherchés. Deux seraient basées sur le secteur de Quimper ; deux autres, dans celui de Brest.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 8 séminaristes en Martinique et 4 en Guadeloupe
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités