à La Crèche, ils se reconvertissent pour devenir moniteur d’auto-école

à La Crèche, ils se reconvertissent pour devenir moniteur d’auto-école
Descriptive text here

«C’est un métier où il faut apprécier l’enseignement en présentiel», résume Cédric Le Breton, 38 ans. Cet ancien instructeur de l’armée suit une reconversion professionnelle pour devenir moniteur d’auto-école. « J’adore enseigner et je suis passionné de conduite : combiner les deux est une aubaine ! » Il prépare son titre professionnel au centre ECF-Cerca centre Atlantique à La Crèche, dans le cadre d’une formation financée par la Région.

A ses côtés, Noémie Pintault, ancienne institutrice qui a quitté son poste après un an de mandat : « Ce n’est pas le même public mais il y a toujours du contenu à proposer et transmettre des connaissances me passionne », confie la jeune femme, en contrat de professionnalisation à l’ECF. Comme Julie Godard, 29 ans : après plusieurs emplois dans la vente et la relation client, elle a trouvé une auto-école qui l’a aidée « donné une chance » de s’épanouir dans le métier qu’elle visait depuis des années.

Un métier sous tension

En neuf ou dix-huit mois, à raison de 910 heures de formation et 240 heures de stage, ECF-Cerca, centre de formation professionnelle et CFA, délivre un diplôme de niveau 5 (équivalent BTS) de professeur de conduite et de sécurité routière. Les profils des apprenants sont variés : pas de prérequis pour intégrer la formation, hormis l’obligation d’avoir un casier judiciaire vierge et deux ans de permis de conduire.

Dans le programme ? Savoir construire et animer le scénario d’une séance individuelle ou collective, évaluer les acquis, mener des actions de sensibilisation à la sécurité routière auprès de différents publics, etc. « On réapprend à conduire et on apprend à apprendre, en trouvant la bonne posture de professeur »résume Julie.

Les postes vacants dans le secteur sont nombreux : le moniteur d’auto-école est un métier en tension, d’autant que le CPF (compte personnel de formation) permet de financer les permis auto et moto. Un métier exigeant aussi, où l’on travaille les mercredis, samedis et pendant les vacances scolaires, avec de longues journées où la vigilance doit être constante. « S’ils réussissent leur examen, nos apprenants trouveront facilement un emploi »assure Rodrigue Sivaujon, entraîneur.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le parc départemental de la Fosse Maussoin, 14 hectares de verdure au coeur de la Seine-Saint-Denis
NEXT Un suspect interpellé après le double homicide de Sevran