« Quand l’éthique se perd »

Jean-Pierre Charbonneau, qui fut président de l’Assemblée nationale du Québec de 1996 à 2002, tire la sonnette d’alarme sur les dérives du discours et met en garde les politiciens : ce jeu peut se retourner contre eux et contre l’institution qu’ils représentent.

Les gens ne réalisent pas jusqu’où cela peut menerdit Jean-Pierre Charbonneau en entrevue à l’émission Dans les coulisses du pouvoir en référence aux échanges musclés entre le premier ministre Justin Trudeau et le chef conservateur Pierre Poilievre mardi dernier à la Chambre des communes.

À un moment donné, les gens poussent les choses trop loin. […] Quand vous n’avez pas trop d’éthique ou quand l’éthique n’est pas si importante par rapport à votre objectif de prendre le pouvoir puis de le conserver […]on se retrouve dans des situations assez dramatiques.

Une citation de Jean-Pierre Charbonneau, ancien président de l’Assemblée nationale du Québec

Jean-Pierre Charbonneau est l’invité de Daniel Thibeault à l’émission « Les glaces du verre ».

Photo : Radio-Canada

Un système de combats civilisés Et un l’arme utlime

Le système parlementaire constitue un ensemble de combats civilisés, affirme M. Charbonneau, qui a présidé l’Assemblée nationale sous Lucien Bouchard puis sous Bernard Landry. Il se déroule une compétition politique dans laquelle le président de la Chambre est le maître et dans laquelle il existe des règles.

L’expulsion d’un parlementaire est l’arme ultime, appuie Jean-Pierre Charbonneau. Il faut l’utiliser avec parcimonie, lorsque les choses vont trop loin et lorsque l’autorité de la présidence n’est pas respectée.

Mardi, le président de la Chambre des communes, Greg Fergus, a utilisé ce pouvoir.

Lors d’un échange avec le premier ministre, Pierre Poilievre a qualifié la politique de décriminalisation des drogues dures du gouvernement puis du premier ministre de cinglés (farfelu“,”texte”:”farfelu”}}”>farfeluEn anglais).

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Pierre Poilievre a été invité à plusieurs reprises à retirer ses propos par le président de la Chambre des communes, avant d’être expulsé le 30 avril 2024.

Photo : La Presse Canadienne / Adrian Wyld

Greg Fergus lui a demandé de retirer ses propos, mais le chef conservateur a plutôt tenté de remplacer le terme. Après plusieurs rappels à l’ordre, le président a finalement expulsé le leader conservateur. Son caucus tout entier a emboîté le pas.

Quelques minutes plus tôt, la députée conservatrice Rachael Thomas avait également été expulsée pour avoir bafoué les instructions du président, qu’elle qualifiait de honteux.

Jean-Pierre Charbonneau estime que le maintien de l’ordre dans un Parlement est une question de dosage et d’équilibre entre autorité et neutralité. Chaque intervention du président doit être mesurée, sans invoquer son autorité à chaque instant, pour ne pas contrarier les parlementaires.

Remède contre la partisanerie

Après son expulsion, Pierre Poilievre a déclaré sur le réseau social X avoir été censuré par le président de la Chambre des communes. Les conservateurs accusent Greg Fergus d’être partisan et demandent sa démission (Nouvelle fenetre).

Quel est le remède à ces accusations ? La confiance dans les décisions du président se construit avec le temps, répond Jean-Pierre Charbonneau. Lorsqu’ils déplaisent aux deux côtés de la Chambre, un certain l’équilibre est établiil ajoute.

Selon M. Charbonneau, le gouvernement ainsi que les partis d’opposition ont la responsabilité de respecter les règles qui interdisent de ridiculiser l’opposant ou de réagir de manière exagérée.

Jean-Pierre Charbonneau attribue également une partie du blâme à spin doctors“, “texte”: “docteurs d’image”}}”>spin doctors partis politiques, qu’il appelle également ingénieurs du chaosqui sont les auteurs des réponses acerbes utilisées par les politiques pour déstabiliser l’adversaire.

Greg Fergus a été élu président de la Chambre des communes le 3 octobre 2023, à la suite de la démission d’Anthony Rota. Ce dernier a dû quitter ses fonctions pour avoir invité l’assemblée à applaudir Yaroslav Hunka, 98 ans, habitant de sa circonscription et membre de la Division SS Galicia, une unité de volontaires sous le commandement nazi de la Waffen-SS pendant la Seconde Guerre mondiale, lors de la visite au Canada du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

>>Greg Fergus à la Chambre.>>

Ouvrir en mode plein écran

Président de la Chambre des communes, Greg Fergus

Photo : La Presse Canadienne / Adrian Wyld

Effet d’entraînement et perte de confiance

Ce phénomène de surenchère dans le discours politique n’est pas propre au Canada. Charbonneau. Nous l’avons vu au Brésil, en Hongrie, aux Philippines.[…] Les gens voient ce qui se passe ailleurs et ont l’impression que c’est la nouvelle façon de faire. », « texte » : « Il y a une sorte d’effet d’entraînement, dit M. Charbonneau. Nous l’avons vu au Brésil, en Hongrie, aux Philippines.[…] Les gens voient ce qui se passe ailleurs et ont l’impression que c’est la nouvelle façon de procéder. »}} »>Il y a une sorte d’effet d’entraînement, dit M. Charbonneau. Nous l’avons vu au Brésil, en Hongrie, aux Philippines. […] Les gens voient ce qui se passe ailleurs et ont le sentiment que c’est la nouvelle façon de faire les choses.

Il estime que le discours politique de Donald Trump aux Etats-Unis a exacerbé ce phénomène ces dernières années.

A ce moment-là, l’éthique passe par la fenêtre, c’est-à-dire à partir du moment où, dans un Parlement, il n’y a plus d’éthique […] [et qu’on] peut dire n’importe quoi, de quelque manière que ce soit, nous avons des ennuis.

Une citation de Jean-Pierre Charbonneau, ancien président de l’Assemblée nationale du Québec

Ces comportements provocateurs, selon l’ancien président de l’Assemblée nationale, minent la confiance des citoyens, portent atteinte à la crédibilité des institutions et alimentent la colère de certains électeurs, qui commencent à encourager des attaques effrénées en prenant exemple sur les attitudes les plus provocatrices.

Une chose est sûre pour Jean-Pierre Charbonneau : Il n’y a rien de plus fort mais de plus fragile qu’une démocratie.

L’épisode de Dans les coulisses du pouvoir qui comprend l’entrevue avec Jean-Pierre Charbonneau sera visible dimanche à 11 h (HAE) sur ICI Télé et sur ICI RDI, ou encore retrouvez-vous sur le site de l’émission ainsi que sur ICI TOU.TV.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV VIDEO A bord du sous-marin Spluj, il propose des sorties sous-marines dans le Finistère Nord
NEXT Les radars du Gers se sont à nouveau couverts avant le passage de la flamme olympique