Laurence chuchote aux oreilles des chevaux depuis près de 15 ans

Laurence chuchote aux oreilles des chevaux depuis près de 15 ans
Laurence chuchote aux oreilles des chevaux depuis près de 15 ans

Par Clara Bonnell
Publié le

4 et 24 mai à 18h30

Voir mon actualité
Suivre Le Journal d’Abbeville

Enseignante à Flixecourt, l’économie et la gestion ne sont pas les seules choses qu’elle maîtrise Laurence Leclercq.

Formée à distance par l’un des plus grands maîtres chuchoteurs, Laurence a murmuré aux oreilles des chevaux pendant presque 15 ans.

Un cowboy américain comme mentor

Amoureuse des chevaux depuis toujours, Laurence a découvert équitation éthologique dans les magazines et sur internet, grâce à une personnalité très connue dans ce domaine : Pat Parelli.

Ce sont les exploits de ce cow-boy américainoriginaire du Colorado, qui l’a poussée à suivre une formation et, à son tour, à obtenir le diplôme de chuchoteur.

“On cherche à comprendre l’animal, pas à le contraindre”

Laurence Leclercq

Sur les quatre niveaux qu’il est possible d’acquérir, Laurence en a acquis trois, soit assez pour faire de l’exercice.

Après avoir obtenu son diplôme, Laurence se lance officiellement dans l’aventure en 2004 et propose ses services dans le Somme.

Laurence a été formée à distance par Pat Parelli, un célèbre chuchoteur américain. ©Laurence Leclercq

Un métier de passion

Cette activité que pratiquait Laurence Leclercq consiste à interagir avec un cheval tout en prenant en compte les particularités psychologiques de l’animal.

Vidéos : actuellement sur -

La chose la plus importante dans cette pratique est d’établir un relation de confiance entre l’homme et l’animal.

« Les chevaux aiment leur confort, donc l’apprentissage se fait inconfort, explique l’ex-chuchoteur. Lorsque le cheval aura réussi à faire ce qui lui est demandé, nous cesserons de ressentir l’inconfort et il comprendra. Il faut avant tout laisse le cheval réfléchir et sois patient. Pas question d’utiliser un fouet, explique Laurence. Nous cherchons à comprendre l’animal, pas à le contraindre.

« Les chevaux sont claustrophobes »

Laurence Leclercq

A l’époque, Laurence travaillait avec personnes et professionnels.

Elle était souvent sollicitée lorsqu’il était question de transporter un cheval. « Les chevaux sont claustrophobes, donc monter dans une caravane est stressant pour eux. Et dans ce cas, ils peuvent être très imprévisibles», souligne l’ancien chuchoteur. Là vigilance est donc approprié.

Enseignant depuis 1997

En plus des services qu’elle offrait, Laurence a longtemps occupé une sellerie en ligne.

Aujourd’hui à 51 anselle a fait le choix de se consacrer son travail d’enseignantequ’elle exerce depuis 1997.

Mais pas question pour elle de dire au revoir au monde des équidés. Laurence est l’heureuse propriétaire de Roméoun cheval qu’elle aide encore au quotidien.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ingérence étrangère | Ottawa crée un registre des agents étrangers et accorde plus de pouvoirs au SCRS
NEXT Cette étonnante histoire qui lie le Cantal à la principauté de Monaco