L’Inde attend les détails de son arrestation au Canada

L’Inde attend les détails de son arrestation au Canada
L’Inde attend les détails de son arrestation au Canada

BHIBANESWAR, Inde4 mai (Reuters) Inde attendra que la police canadienne partage des informations sur les trois Inden hommes qu’il a arrêtés et accusés du meurtre d’un leader séparatiste sikh l’année dernière, a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar.

La police canadienne a inculpé les trois hommes vendredi pour le meurtre du chef séparatiste sikh Hardeep Singh Nijjar et a déclaré qu’elle cherchait à savoir si les suspects avaient des liens avec le groupe. Inden gouvernement.

Jaishankar a déclaré qu’il avait eu connaissance des nouvelles des arrestations et a déclaré que les suspects “apparemment sont IndeNous avons une sorte d’antécédents de gang… nous devrons attendre que la police nous le dise.

“Mais, comme je l’ai dit, l’une de nos préoccupations dont nous leur avons fait part est que, vous savez, ils ont permis au crime organisé de Indespécifiquement du Pendjab, pour opérer au Canada », a déclaré Jaishankar.

Sanjay Verma, IndeLe haut-commissaire du Canada au Canada a déclaré qu’il espérait obtenir des mises à jour régulières des autorités canadiennes concernant les trois personnes arrêtées. Indens.

«Je comprends que les arrestations ont été effectuées à la suite d’enquêtes menées par les organismes d’application de la loi canadiens compétents. Ce problème est interne au Canada et nous n’avons donc aucun commentaire à offrir à cet égard », a ajouté Verma.

Le trio, tout Inden ressortissants, ont été arrêtés vendredi dans la ville d’Edmonton, en Alberta, a indiqué la police.

Nijjar, 45 ans, a été abattu en juin devant un temple sikh à Surrey, une banlieue de Vancouver à forte population sikh. Quelques mois plus tard, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a cité des allégations crédibles de Inden l’implication du gouvernement, provoquant une crise diplomatique avec New Delhi.

Nijjar était un citoyen canadien qui faisait campagne pour la création du Khalistan, une patrie sikh indépendante creusée dans le Inde. La présence de groupes séparatistes sikhs au Canada a longtemps frustré New Delhi, qui avait qualifié Nijjar de « terroriste ».

La police canadienne a déclaré avoir travaillé avec les forces de l’ordre américaines, sans donner plus de détails, et a suggéré que d’autres détentions pourraient avoir lieu.

(Reportage de Jatindra Dash et de Promit Mukherjee à Ottawa ; reportage supplémentaire de Rishabh Jaiswal ; rédaction d’Arpan Chaturvedi édité par Ros Russell et Diane Craft)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Dans le Lot-et-Garonne, l’excès d’eau asphyxie les arbres fruitiers et les céréales
NEXT où et quand voir la flamme en Charente et à Angoulême, le parcours du 24 mai