Le Sénégal à un pas d’y arriver, selon l’OMS

Le Sénégal à un pas d’y arriver, selon l’OMS
Le Sénégal à un pas d’y arriver, selon l’OMS

Des experts de l’Organisation Mondiale de la Santé étaient à Dakar pendant trois jours pour évaluer le Sénégal dans sa quête de performance pour atteindre la maturité 3 afin de lui permettre d’être un pays producteur de vaccins et de médicaments. Malgré de bons progrès en matière de réglementation, le pays a pris du retard dans sa conquête à cause de la pharmacovigilance. Les acteurs ont trois semaines pour s’y conformer afin d’obtenir ce brevet. La délibération de l’OMS aura lieu le 21 mai.

Le Sénégal est en bonne voie pour atteindre ce niveau de maturité 3 dans le cadre de la réglementation pharmaceutique. L’Organisation mondiale de la santé, qui a envoyé ses experts pour une mission d’évaluation, a félicité le pays pour les progrès réalisés. Selon les acteurs, en deux ans de mise en place de l’agence de régulation pharmaceutique, le Sénégal a quitté le niveau de maturité 1 et est en passe d’atteindre le niveau 3. Très prochainement, le Sénégal sera en mesure de produire et de commercialiser des vaccins. Selon le Docteur Jean Marie Yadrawego, représentant résident de l’OMS au Sénégal, « nous venons de réaliser un exercice extrêmement important. Ce que nous avons vu en termes de résultats, Le Sénégal a excellé dans tous les indicateurs avec des scores significatifs. L’OMS a mis à la disposition du pays un groupe d’experts de toutes les régions de l’OMS. Ces experts ont travaillé avec l’équipe locale. Le mérite en revient aux autorités du pays », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « dans cet exercice, s’il n’y a pas une équipe forte, nous ne pourrons pas y parvenir. Nous avons pu constater la rapidité d’action des premières recommandations formulées lors des toutes premières visites. Ce que nous avons vu aujourd’hui est un modèle et une école pour tous les pays africains « .

Pour le Dr Yadrawego, jusqu’à présent, l’OMS ne compte que 5 pays qui ont atteint ce niveau de maturité et le Sénégal sera certainement le 6ème pays. ” Il sera le premier pays francophone à atteindre ce niveau qui lui permettra de faire ce que l’OMS recommande à tous les pays. Elle pourra disposer d’un certain niveau d’indépendance en termes de qualité des médicaments et des vaccins pour les populations. Ce pourrait être dans ce schéma, pour pouvoir offrir à la population non seulement sénégalaise mais africaine » a-t-il déclaré.

Au niveau du Sénégal, Dr Oumou Kalsoum Ndao Ndiaye, directrice de l’Agence de régulation pharmaceutique (Arp) a soutenu pour sa part que le Sénégal, afin de relancer son industrie locale, avait besoin d’un système de régulation aux normes. C’est pourquoi, depuis 2021, son équipe fait l’objet d’une évaluation de l’OMS par rapport à l’outil mondial de benchmarking. « Nous avons été évalués en 2021 sur ses 9 fonctions réglementaires, nous avions un niveau de maturité 1 avec plus de 187 recommandations. Depuis, nous avons continué à fournir des preuves et à les exécuter. Après deux ans, l’OMS a revu notre système de réglementation pour toutes ces fonctions. Ce qui en ressort est satisfaisant et il nous est simplement demandé de compléter quelques recommandations pour en finir avec ce plan de développement institutionnel qui nous permettra d’avoir le niveau de maturité 3 ». Et d’ajouter : « Nous avons reçu un délai d’ici le 20 mai pour fournir les preuves finales demandées et espérons achever le processus qui donnera au Sénégal le niveau de maturité 3. Nous ne pouvons pas atteindre 35% de nos besoins en médicaments et produits de santé. d’ici 2035 sans un système de réglementation solide et résilient qui répond aux normes. Nous avons donné des recommandations pour renforcer le personnel de qualité et le recrutement. Notre objectif n’est pas la maturité 3 mais plutôt la maturité 4, qui nous permettra de devenir un pôle régional de régulation de la qualité du contrôle des médicaments et des produits de santé. Rappelons simplement que le Sénégal a été un échec en raison du non-respect de la pharmacovigilance des recommandations de l’OMS.

Denise ZAROUR MEDANG

#Sénégal

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la bataille pour les titres de champion du Lot-et-Garonne, c’est ce week-end en Agenais
NEXT Réunion à Tanger de la commission mixte maroco-espagnole