Une bouche saine pour un cerveau sain

Une bouche saine pour un cerveau sain
Descriptive text here

« En général, tant au Canada qu’aux États-Unis, les gens ont des difficultés en matière de santé bucco-dentaire. Si les patients avaient une meilleure hygiène dentaire, il y aurait beaucoup moins de caries et de maladies des gencives », a déclaré le Dr Thomas Nguyen, parodontiste, chercheur et enseignant à la Faculté de médecine dentaire de l’Université McGill, en entrevue.

Cette réalité découle en grande partie d’un manque d’éducation et de sensibilisation. « Les gens sont occupés et n’ont pas beaucoup de temps. Souvent, ils pensent que les problèmes de gencives ne sont pas si graves, fait valoir le spécialiste. Or, la bouche fait partie de notre corps et affecte directement notre système immunitaire.

Fait inhabituel, le Dr Nguyen souligne que le Québec est l’un des endroits au monde où l’on retrouve le plus grand nombre d’édentés.

« Par tradition, les dents étaient souvent retirées, surtout chez les jeunes femmes qui avaient des caries. Avant de se marier, il était d’usage que les parents payent pour l’extraction complète des dents afin de les remplacer par des prothèses dentaires. Cela a traversé des générations.

>>>>>>

Dr Thomas Nguyen, parodontiste, chercheur et enseignant à la Faculté de médecine dentaire de l’Université McGill. (Fourni par le Dr Nguyen)

De plus en plus d’études montrent également une corrélation entre les maladies des gencives puis le diabète, la maladie d’Alzheimer et les maladies cardiovasculaires. « Tout est interconnecté », a résumé le Dr Nguyen. « Avec la maladie d’Alzheimer, nous avons découvert lors des autopsies une bactérie dans le cerveau des patients, appelée Porphyromonas gingivalis, que l’on ne voit que dans les gencives », explique le parodontiste.

Le Dr Nguyen fait partie des chercheurs qui tentent de déterminer comment cette bactérie se retrouve dans le cerveau. “La théorie actuelle est que lorsqu’il y a une infection dans la bouche, le système immunitaire réagit”, a-t-il déclaré. Il envoie des molécules qui activent certaines parties du corps via le flux sanguin. On peut donc le retrouver dans plusieurs organes.

Heureusement, le travail en amont semble porter ses fruits. « Nous voyons de moins en moins de caries chez les enfants et les jeunes adultes. Notamment parce qu’il y a plus de fluor dans le dentifrice. Alors que chez les adultes, les maladies des gencives sont plus fréquentes », précise le Dr Nguyen.

Parmi les conseils pour prévenir les problèmes bucco-dentaires, nous recommandons au moins deux visites chez le dentiste par an. Vous devez également avoir une bonne technique de brossage des dents, d’une durée d’au moins deux minutes. Passer la soie dentaire et utiliser des produits antibactériens sont également une bonne idée. Ne pas fumer puis réduire au maximum le stress a également un impact positif.

Accessibilité

L’une des clés de l’amélioration de la santé bucco-dentaire consiste à promouvoir une meilleure accessibilité aux soins, a déclaré le Dr Nguyen. Le Régime canadien de soins dentaires (PCDS), dévoilé par le gouvernement fédéral à la fin de 2023, doit faire partie des solutions en réduisant « les barrières financières pour près de neuf millions de Canadiens dont le revenu annuel est inférieur à 90 000 $ », mentionne Ottawa.

“Nous sommes très optimistes quant au nouveau régime qui se met en place”, a déclaré le spécialiste. Et nous espérons que cela contribuera réellement à améliorer l’accessibilité.

La mise en œuvre du régime génère cependant beaucoup de turbulences dans de nombreux cabinets dentaires, car les lignes directrices du RSCD ne sont pas encore claires. On assiste donc à plusieurs annulations de rendez-vous puisque les patients veulent s’assurer qu’une partie de leur facture dentaire soit remboursée. «C’est vrai que le processus a été très critiqué», a reconnu le Dr Nguyen. Cela a été fait très rapidement par le gouvernement fédéral, sans avoir consulté le gouvernement du Québec et les dentistes.

Le parodontiste affirme que près de 5 000 professionnels de la santé sont inscrits au régime. « Le gouvernement est donc en phase de négociation pour revoir les freins à l’adoption du programme. Cela crée de nombreux problèmes de gestion au niveau clinique. Le processus bureaucratique est très lourd », a-t-il résumé.

À l’heure actuelle, les délais pour obtenir un rendez-vous en clinique sont souvent très longs. Par ailleurs, tous les cabinets dentaires de la région contactés par La voix de l’Orient dans le cadre de cet article a décliné nos demandes, se disant dépassé.

Comment pourrons-nous gérer une augmentation marquée de la fréquentation si le RSCD est déployé ? Selon le Dr Nguyen, ce n’est pas le nombre de dentistes qui est en cause, mais leur répartition. «C’est un vrai problème en ce moment. Nous avons une forte concentration dans les grandes villes, alors que c’est l’inverse dans les régions. À Sept-Îles, les dentistes ne prennent plus de patients, a-t-il cité en exemple le spécialiste. Ils doivent donc prendre l’avion pour se rendre à Montréal ou à Québec pour se faire soigner.

Le nouveau régime pourrait donc causer bien des maux de tête à certains dentistes… et à leurs patients, a concédé le Dr Nguyen. Un dossier à suivre.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Des restaurants top au décor spectaculaire qui vous feront voyager
NEXT plus de 300 jeunes intégrés dans le secteur privé local à Diourbel – Agence de presse sénégalaise – .