Entre EPFL et Unil, deux réponses opposées au conflit

Entre EPFL et Unil, deux réponses opposées au conflit
Entre EPFL et Unil, deux réponses opposées au conflit

Publié le 3 mai 2024 à 21h28 / Modifié le 4 mai 2024 à 14h49

Voisins du campus du sud de Lausanne, l’EPFL et l’Unil ont, tour à tour cette semaine, traité la réponse de leurs étudiants au conflit israélo-palestinien d’une manière diamétralement opposée. L’un en suspendant un collectif étudiant, l’autre en autorisant des militants à occuper sa salle.

Dans un bâtiment de l’EPFL, on retrouve assises autour d’une table meublée d’ordinateurs portables personnalisés avec des autocollants, des dépliants divers, des biscuits faits maison et des jus de fruits, dix membres de l’association féministe Polyquity. Bien que concernés par la cause palestinienne, ils ne sont pas allés soutenir leurs voisins étudiants de l’Unil occupant le hall d’un immeuble à quelques mètres de là. Ils sont en « gestion de crise ». La direction de l’EPFL vient de suspendre son collectif pour une durée de six mois.

Intéressé par cet article ?

Pour profiter pleinement de notre contenu, abonnez-vous ! Jusqu’au 31 mai, profitez de près de 15 % de réduction sur l’offre annuelle !

CONSULTER LES OFFRES

Bonnes raisons de s’abonner au Temps :
  • Accès illimité à tout le contenu disponible sur le site.
  • Accès illimité à tous les contenus disponibles sur l’application mobile
  • Plan de partage de 5 articles par mois
  • Consultation de la version numérique du journal à partir de 22h la veille
  • Accès aux suppléments et à T, le magazine Temps, au format e-paper
  • Accès à un ensemble d’avantages exclusifs réservés aux abonnés

Déjà abonné ?
Ouvrir une session

#Suisse

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Dans les Hauts-de-Seine, cette startup proposera des consultations gratuites avec un psychologue
NEXT incendies criminels et fuite de gaz, des pyromanes arrêtés