Femmes préhistoriques, thème 2024 du Lake Village

Femmes préhistoriques, thème 2024 du Lake Village
Descriptive text here

C’est un site qui propose aux visiteurs une plongée au cœur de la Préhistoire, entre ses reconstitutions de maisons néolithiques, ses séances de lancer de sagaies à l’aide d’un propulseur, ses démonstrations de taille de silex ou d’allumage du feu. incendies, et scientifiques vulgarisées par des passionnés.

Le village lacustre de Gletterens, dans la Broye, lance sa saison dimanche. Pour l’occasion, diverses animations sont prévues entre 13h et 16h30 autour de ce thème : les femmes à travers la Préhistoire.

De cueilleur à chasseur

Le public est notamment invité à participer à un atelier pour réfléchir aux clichés que l’on a sur les femmes préhistoriques, et à l’évolution des représentations au fil des différentes périodes de la Préhistoire.

« Au XIXe siècle, les femmes préhistoriques étaient absentes, invisibles dans les représentations », explique François Rossel, ethnologue et animateur de préhistoire. Puis progressivement, on est passé de la femme tapie au fond de la grotte, craintive, restant près des enfants, à une femme cueilleuse et chargée de ramasser la nourriture, dès la seconde moitié du XXème siècle, avant d’arriver aujourd’hui à la femme chasseuse, égal à l’homme.

Des représentations qui évoluent donc en fonction des évolutions des mentalités et de la vision des femmes de chaque époque et qui « parlent plus de la période de la locutrice que de la femme préhistorique en elle-même », selon l’animatrice.

Comment pouvons-nous découvrir comment vivaient les femmes il y a des milliers d’années ? «Déjà, les archéologues peuvent déterminer le sexe d’un personnage préhistorique lorsqu’ils ont devant eux les os bien conservés du bassin ou de l’oreille interne», répond François Rossel.

Il est alors possible de savoir, ou plutôt d’essayer d’imaginer comment cette personne pensait, comment elle s’habillait, quelles étaient ses activités, en observant de près l’usure des ossements ou du matériel retrouvé dans les tombes.

Mais attention, prévient l’ethnologue : « On marche sur des œufs. Il y a beaucoup d’hypothèses, d’interprétations, de spéculations, car en réalité nous en savons très peu. »

Activités manuelles

Ce dimanche, en plus de cette discussion sur les clichés qui collent à la peau de la femme préhistorique, le public sera également invité à réaliser des statuettes en argile, en écorce de peuplier ou en stéatite. Statuettes de représentations féminines de différentes périodes de la Préhistoire, comme Vénus.

Il pourra également participer à la fabrication d’une stèle mi-masculine mi-féminine. Travaux qui se poursuivront cet été. Le Lakeside Village accueille 14 000 visiteurs chaque année

RadioFr. – Maëlle Robert

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Suisse vainqueur de la 68e édition de l’Eurovision
NEXT Rafael Nadal sévèrement battu à Rome