Julie Castaing, la pop mélodique comme thérapie

Julie Castaing, la pop mélodique comme thérapie
Julie Castaing, la pop mélodique comme thérapie

Une voix claire et douce, une harmonie piano-violoncelle bienvenue et un univers introspectif et naturel. Voilà en quelques mots l’univers artistique créé par Julie Castaing, entre musique et photographie. L’artiste, accompagnée de son amie Anaïs Bodart, est venue nous présenter deux de ses chansons sur la scène du #studio3.

Tout m’arrive, c’est la rate« . Lorsqu’elle chante, sa voix douce semble bouger sur un fil, tissé par la mélodie de son piano et le son grave du violoncelle de son amie. Il s’agit de Julie Castaing, artiste pontissalienne basée à Besançon (Doubs), qui joue depuis deux ans en duo avec Anaïs Bodard, violoncelliste de talent.

A eux deux, ils mettent en musique l’univers intime de Julie. Intime, et aussi personnel. Car dans ses chansons, Julie Castaing raconte son histoire. Si la musique l’a toujours accompagné, c’est un “des moyens d’expression“pour la jeune femme, depuis qu’elle est petite.”Depuis que je suis enfant, c’est quelque chose de très important pour moi. elle explique. « J’ai commencé à jouer du violon avant de me tourner vers le piano« .

Aujourd’hui, cet instrument m’est indispensable. C’est l’endroit où je me suis le plus retrouvé. Il y avait de la douceur, c’était un instrument qui se mariait parfaitement avec le chant.

>>

Anaïs Bodart dans ses œuvres.

© France Télévisions

Tout cela, travaillé pendant plusieurs années, a donné naissance à un style que Julie elle-même qualifie de « pop mélodique ».Ou de la pop mélancolique” elle explique. “J’ai toujours essayé d’exprimer ce que je ressentais dans mes textes» poursuit l’artiste. “Ce que je gardais au plus profond de moi, je l’ai libéré, et cela m’a aidé à avancer. Ma musique est en fait très introspective, intimiste. Oui, c’est un peu une thérapie qui m’a permis de franchir un cap dans ma vie« .

Et le concept prend tout son sens sur le premier morceau que Julie Castaing a interprété sur le tournage du #studio 3, le bien nommé « Spleen ». “Ce titre représente les deux faces de ma musique, sombre et claire à la fois.» explique le chanteur. “Je pars de sentiments difficiles, pour, une fois en musique, adoucir le tout. Je voulais dire que le rate n’est pas forcément négatif, qu’il peut apporter de l’inspiration« .

>
>

Julie Castaing, à l’aise derrière le micro comme au piano.

© France Télévisions

Et cela a été vérifié par Julie Castaing, une artiste aux multiples facettes. Car en plus de son travail musical, l’artiste est aussi photographe. “Là aussi, c’est un moyen d’expression incontournable» avoue-t-elle. “J’ai rapidement lié les deux, à travers mes clips, mais aussi avec la création d’un « concert-projection ». Cela permet d’entrer encore plus dans mon univers, d’y amener le spectateur.« .

Parlons du spectateur. Si aujourd’hui, Julie Castaing a déjà un album derrière elle, (Délivrance, sorti en 2021), plusieurs concerts à son actif et « se sent chez elle sur scène », cela n’a pas toujours été le cas.

Je suis naturellement timide et réservé. J’ai dû forcer ma nature pour faire entendre ma musique, pour jouer en live. C’était très difficile, mais grâce à la musique, j’ai réussi à franchir cette étape. Maintenant, pouvoir partager mes créations avec les gens, échanger implicitement avec eux, c’est incroyable.

LE en direct, en effet, Julie Castaing le cherche désormais. “Le but maintenant est de trouver de plus en plus de dates» admet-elle. “J’aimerais sortir un EP prochainement, et pourquoi pas signer avec un label pour me permettre de faire un pas en avant« . Histoire de franchir une nouvelle étape dans une vie marquée par la création artistique. Mais attention, tout en douceur.

Découvrez d’autres artistes sur le plateau #studio3

#studio3 a été réalisé par les équipes de France 3 Franche-Comté :

Images : Jean-Philippe Perret

Technicien vidéo : Dominique Perron

Son : Pierre Mayayo

Lumières : Azouz Chaa

Cadreurs : Jean-Michel Bohé et Romuald Piniac

Assemblée : Pierre Corne

Mixage : Pierre Mayayo

Infographies : Bertrand Poirier et Dominique Perron

Encadrement : Clémence Baverel

Journaliste : Antoine Comte

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Connaissez-vous OpéRap ? – .
NEXT Nouvelle édition des « Creative Days » organisées par ADC Suisse