En Deux-Sèvres, cohabitation entre mineurs non accompagnés et personnes âgées : « C’est comme mes grands-parents »

En Deux-Sèvres, cohabitation entre mineurs non accompagnés et personnes âgées : « C’est comme mes grands-parents »
Descriptive text here

« 4 et 3, 7… Au total, 23 pour Kouassi (les prénoms des mineurs ont été modifiés). C’est beaucoup ! », se réjouit Roseline Clochard, qui remporte, une nouvelle fois, la partie de cartes. C’est la nonagénaire qui a enseigné les règles du Skyjo à sa voisine de table, une jeune Côte d’Ivoire de 15 ans. Lassée de perdre, l’adolescente triche discrètement, elle se laisse faire. Depuis l’arrivée d’une quinzaine de mineurs non accompagnés à la résidence pour personnes âgées Aux Vignes, Roseline Clochard a enfin trouvé des partenaires de jeu “qui entend et voit”plaisante-t-elle.

C’est une forme de cohabitation unique en , née dans le village de Sciecq, près de Niort (Deux-Sèvres). Depuis janvier, cette structure accueille également, dans ses appartements, un groupe de mineurs âgés de 14 à 16 ans, venus, sans leurs parents, d’Afrique subsaharienne, d’Egypte, du Bangladesh et du Pakistan.

Des personnes âgées et des mineurs non accompagnés jouent aux cartes dans le salon de la résidence Les Vignes à Sciecq (Deux-Sèvres), le 16 avril 2024. BRUNO FERT POUR « LE MONDE »
Originaire d’Egypte, Akil ne maîtrise pas encore le français. Il utilise une application de traduction pour communiquer avec des personnes âgées à la résidence Les Vignes à Sciecq (Deux-Sèvres), le 16 avril 2024. BRUNO FERT POUR « LE MONDE »

Une solution originale, pour éviter la fermeture de cette « résidence d’autonomie ». Avec ses logements privés, l’établissement Les Vignes s’adresse aux personnes indépendantes – un modèle qui n’a plus d’attrait, à l’heure où les personnes âgées sont maintenues à domicile jusqu’à ce qu’elles aient besoin d’aide. aide médicale.

Sauver la résidence

“Quand on a su qu’on avait du mal à remplir cette structure près de Niort, on s’est tout de suite dit qu’il y avait quelque chose à faire”, se souvient Béatrice Largeau, vice-présidente du conseil départemental des Deux-Sèvres (divers droite) chargée de la protection de l’enfance. Pour l’élu, la priorité est alors de « trouver des solutions pour répondre la loi « Taquet » de 2022 », qui interdit, à partir de 2024, le placement en hôtel des mineurs confiés à l’aide à l’enfance. Mais le département manque de places dans les structures éducatives, puisqu’il est passé de 800 à plus de 1.000 enfants placés en cinq ans. Et c’est sans compter les mineurs non accompagnés – environ 180 jeunes.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Mineurs étrangers isolés, si loin de leurs parents : « Je ne peux pas tout dire à ma mère. Cela la tuerait.

Ajouter à vos sélections

Seize places vacantes dans la résidence Les Vignes, pour quinze mineurs étrangers en attente d’hébergement : la solution est prête. Dès janvier, les jeunes emménagent par deux dans les huit studios réaménagés. Avec leurs quelques affaires, ces appartements spacieux n’ont pas encore l’étoffe des chambres d’adolescents – peu importe, aujourd’hui, ils disent tous s’y sentir ” chez eux “. Pour les accueillir, la baie vitrée de la salle commune s’est transformée en trombinoscope : chacun y a collé sa photo, le visage souriant, avec son prénom et quelques dessins. A côté du drapeau bangladais, Fahim a griffonné les couleurs de la France, sous lesquelles on peut lire ces mots : « Terre d’amour ».

Il vous reste 63,67% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 9 magasins du groupe Cassis-Paprika fermeront leurs portes en Belgique, 67 personnes licenciées
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités