Des commerçants des bidonvilles ont terrorisé tout un quartier de l’Oise, condamnés à de la prison

Des commerçants des bidonvilles ont terrorisé tout un quartier de l’Oise, condamnés à de la prison
Des commerçants des bidonvilles ont terrorisé tout un quartier de l’Oise, condamnés à de la prison

Par Nicolas Giorgi
Publié le

3 et 24 mai à 19h02

Voir mon actualité
Suivre Actualités Oise

Quand l’exploitation de la misère humaine prend place devant les tribunaux… Dans le box des accusés, se tiennent deux hommes de 42 ans.

L’un est surnommé « Tony », le « deuxième « Snoop », sans doute en référence au rappeur Snoop Dogg, avec qui la ressemblance est assez frappante.

Tous deux sont soupçonnés d’être à la tête d’une activité de « marchands de sommeil », profitant d’appartements dignes des bidonvilles qu’ils louaient à des sans-papiers dans le quartier des Rochers. Nogent-sur-Oise (plus connu sous son ancien nom, celui de « quartier de la Commanderie »).

Hier, devant le Tribunal correctionnel de Senlisils étaient jugés pour extorsion violente.

“Vous nous avez jetés comme des lâches”

Le plus grand de ces deux hommes, coiffé d’abondantes dreadlocks sur la tête, adopte une attitude faussement détachée, tout en tentant d’intimider la seule victime présente à l’audience.

« Vous nous avez jetées comme des lâches », lui dit-il avec un regard sombre.

Il est soupçonné d’avoir été l’« homme de main » de son complice, « Tony », dans l’appartement duquel se trouvaient un trousseau de 15 clés, des listes de noms et de montants inscrites sur un bloc-notes et des sommations d’expulsion. Mais aussi et surtout des armes et des munitions, ainsi que des documents permettant de détourner l’électricité de ces bâtiments. « Le parfait petit manuel de l’électricien ».

Vidéos : actuellement sur -

Des logements en théorie inhabitables, puisque initialement condamnés par des parpaings.

« Tony », soupçonné d’être le cerveau de ces opérations de racket, allait aussi s’assurer que ses « locataires » d’un type particulier, car très précaires, avaient payé leur loyer.

« Si vous voulez rester, vous devez payer. Sinon, tu es un homme mort ! »

Dans cette affaire, une victime a témoigné. Cet homme, certificat médical à l’appui, affirme que « Snoop » a enfoncé sa porte en pleine nuit du 10 avril, avant de se cogner le dessus de la tête avec la crosse d’un pistolet.

Non sans lui demander au préalable la somme de 1 000 euros pour occuper ce logement insalubre. Le ton ne souffrait alors d’aucune ambiguïté : « Si tu veux rester, tu dois payer. Sinon, tu es un homme mort ! »

Des méthodes qui ont indigné l’avocat de la partie civile, Me Fontaine-Tardu.

Ce quartier est compliqué. Ici vivent des gens qui n’ont pas toujours de papiers et qui sont prêts à accepter n’importe quel logement et n’importe quel loyer pour peu qu’ils aient un toit au-dessus de leur tête. Des logements d’une qualité si médiocre que la mairie a voulu les raser.

Me Fontaine TarduAvocat de la partie civile

“Traite d’êtres humains”

Pour le procureur adjoint, nous sommes ni plus ni moins sur une affaire de « traite des êtres humains ».

“Ils sont venus exploiter la misère humaine, soutirer de l’argent à ceux qui n’ont déjà rien”, a accusé le représentant du ministère public, avant de réclamer un an de prison pour les deux prévenus. “Ces gens ont besoin d’un avertissement.”

Le 12 avril, vers 18 heures, les deux hommes ont été arrêtés à l’intérieur d’un des appartements où ils semaient la terreur.

L’un des deux a été aperçu en bas de l’immeuble montant les escaliers avec un tournevis à la main, ce qui a effrayé ses occupants.

A entendre Tony, déjà condamné à sept reprises par la justice, tous ces éléments sont le pur fruit de l’imagination des magistrats qui enquêtent sur le parquet.

Je n’ai jamais demandé un centime à personne ni agressé qui que ce soit.

“Tony”L’un des deux prévenus

Ce père de famille, ancien médiateur de la Ville de Nogent, a réponse à tout. Les armes retrouvées dans son appartement ? “Les choses auraient pu être laissées là par l’un ou l’autre.”

Cette histoire de loyer qu’il allait exiger ? Il ne faisait que « rendre service ». Et de se lancer dans une explication particulièrement floue : “C’est la sœur d’un des locataires qui m’a donné le loyer pour son frère, et j’ai dû le donner au propriétaire”.

Interdit de paraître à Nogent pendant 3 ans

Tony n’a visiblement pas convaincu le tribunal, même si son avocat a évoqué « une absence d’éléments objectifs dans cette affaire ». Il a été condamné à six mois de prison avec maintien en détention et Interdit de paraître à Nogent-sur-Oise pendant trois ans. Même peine pour son ami, à la différence qu’il bénéficiera d’une réduction de peine sous bracelet électronique.

Tous deux devront également payer solidairement 1000 euros à la partie civile.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ousmane Dieng et Romane Bernies présélectionnés pour les Jeux
NEXT Reconnu coupable d’avoir étranglé son ex-partenaire devant des enfants