les bandas, le facteur X du chaudron survitaminé de Basket Landes

les bandas, le facteur X du chaudron survitaminé de Basket Landes
Descriptive text here
L

Le premier ballon est envoyé en l’air et des notes éclatent dans les tribunes de l’Espace François-Mitterrand. Ceux de la bande Lous Faïences de Samadet, un des habitués de ce chaudron du Basket Landais, présents pour le quart de finale retour du championnat de France que les protégés de la présidente Marie-Laure Laffargue ont remporté face à l’Asvel.

Ce soir-là, ils étaient près d’une quarantaine. « On commence par « L’Encatada » », raconte Paul Dutoya, l’un des jeunes animateurs de la banda landaise. « Nous sommes à Mont-de-Marsan. Cette pièce est ici incontournable», poursuit l’un de ses confrères, Valentin Darthos. Debout sur les sièges, les musiciens communiquent leur bonne humeur dans les allées de François-Mitterrand. Les bandas sont le facteur X de Basket Landes. « C’est aussi pour ça qu’on vient », confie un supporter. Il y a toujours une ambiance folle.

” Des frissons “

A chaque meeting, un groupe prend place dans les tribunes pour animer la rencontre. Les Gênets d’or du Haut-Mauco, Los Divinos de Grenade-sur-l’Adour… la liste est longue. Chacun sa stratégie pour enflammer les supporters.

« Mais il ne faut pas trop insister, le public est très réactif », sourit Paul, du groupe Lous Faïences. « Ce public de Basket Landes est incroyable, ça peut donner des frissons tellement ils réagissent bien. »


La banda Lous Faïences de Samadet

Ch.C.

Ils ne manquent pas de souffle pour enchaîner les morceaux les uns après les autres. Presque aucun temps d’arrêt. « Il faut être motivant. C’est aussi un peu pour donner de la force dans les moments où ça risque de ne pas se passer très bien sur le terrain. Comme ça, le public crie, chante encore plus fort et donne de la force aux joueurs », souligne Valentin Lageyre.

Pour Lous Faïences, ce rendez-vous est « incontournable » depuis une dizaine d’années. Cette saison – comme la précédente – la bande de Samadet était chargée d’accueillir les matchs de Coupe d’Europe. « Ce n’est pas difficile de mobiliser les musiciens pour ce type de rendez-vous, même si les rendez-vous sont prévus à 19 heures », savoure le président Aurélien Darrieutort.

Chaque match a sa propre playlist

Enfin, chaque groupe a son propre choix d’animation. « On a une idée de la playlist que l’on va jouer pendant la réunion, mais on peut aussi improviser en fonction de la réunion ou de son déroulement », note Paul Dutoya.

Ce soir-là, le suspense a quitté le tribunal de François-Mitterrand depuis longtemps. Le public est en transe. Chaque chanson dynamise un peu plus ces supporters qui réalisent une saison fabuleuse. Les musiciens emboîtent le pas.

« Vous voyez, cette salle est folle de ça », glisse un musicien qui prend une petite pause pour savourer encore un peu. Aucun match n’est pareil. « C’est aussi un peu un sentiment en ce moment, constate Valentin. Cela dépend de la façon dont ça se passe, si le match est tendu ou non. » Heureusement, cette saison, le chaudron de François-Mitterrand est resté imprenable. Les filles de Julie Barennes sont invaincues dans leur salle en championnat.

A l’issue de la rencontre, la belle communion continue entre les bleu et blanc et leurs supporters. L’ambiance remonte à nouveau. « Et ce genre de scène nous motive encore plus », avoue le directeur musical des Faïences.

Ce dimanche 5 mai, l’antre accueillera la demi-finale retour du championnat de France contre Tarbes (14h30), avec la volonté de prolonger encore cette douce euphorie. Et pour orchestrer tout cela en musique, le groupe Los Divinos de Granade-sur-l’Adour donnera le tempo. Espérons que ce soit celui qui mène sur le chemin du sacre !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Rubik’s Cube a 50 ans
NEXT Quels vide-greniers vous tentent en Loire-Atlantique ? – .