Bientôt un nouveau propriétaire au Bal du Lézard

Bientôt un nouveau propriétaire au Bal du Lézard
Bientôt un nouveau propriétaire au Bal du Lézard

Dès le mois de juin, Alain Slythe, propriétaire du Bal du Lézard depuis 1985, s’associera à Eric Vallières, ancien client des années 90. Cette institution du Vieux-Limoilou entend demeurer un bar de quartier.

Hier après-midi, c’est sur sa page Facebook que Le Bal du Lézard a annoncé la nouvelle concernant le changement de propriétaire.

« Cela fait quand même 40 ans que je n’ai pas eu le Ballon. Avoir des responsabilités ne m’attirait plus. C’est l’heure de prendre sa retraite, comme on dit », confie Alain Slythe, actuel propriétaire du Bal du Lézard.

Eric Vallières, le nouveau propriétaire est un ancien client des années 90

« Cette personne est arrivée par pur hasard. C’est un ancien client venu au bal dans les années 90. Je l’ai connu parce que c’est un mélomane », explique M. Slythe.

« En janvier, il est venu à une soirée d’amis au Bal du Lézard. Puis je lui ai dit que j’allais vendre le Ballon et il était intéressé. Depuis, nous travaillons ensemble sur le projet. »

La transition se fera donc petit à petit.

« Cela va se produire aux alentours du 20 juin. D’ici là, j’aiderai aussi Éric Vallières à lui montrer comment ça marche», explique-t-il.

« À partir du mois de juin, je travaillerai encore avec lui pendant environ 2-3 mois », assure-t-il.

« Restez dans la même veine que le Bal Lézard »

Le nouvel repreneur sera donc Eric Vallières, ancien client dans les années 90 du Bal du Lézard.

« J’ai eu de la chance, car j’ai trouvé le candidat qui veut continuer dans la même veine que le Bal du Lézard et dans ce que je fais depuis 40 ans. C’est-à-dire cette volonté de présenter des spectacles de musique alternative, de mettre les murs à la disposition des artistes émergents pour y faire des expositions, de lancer des livres et des disques », précise M. Slythe.

« J’ose espérer que cette personne mettra aussi sa propre couleur. Il doit continuer à sa manière. Ce sera un peu un renouveau pour le bar. »

Pour lui, cela lui permettra de retrouver la clientèle actuelle, mais avec une touche nouvelle apportée par M. Vallières.

« L’orientation restera toujours la même », affirme-t-il.

40 ans de vie

A ses yeux, Le Bal du Lézard représente 40 ans de vie.

« Je me suis beaucoup impliqué dans le quartier de diverses manières. Lorsque j’ai ouvert le bar en 1985, j’étais membre de l’association des commerçants. Avec les clients du bar, nous avons célébré la Saint-Jean-Baptiste», raconte Alain Slythe.

Selon lui, plusieurs souvenirs me viennent à l’esprit.

« De nombreux couples se sont formés au Bal, qui sont toujours ensemble et qui ont eu des enfants. Je me suis fait beaucoup d’amis que je vois encore régulièrement aujourd’hui. Mon réseau d’amis fait partie du Bal», se souvient-il.

« La première fois que les Cowboys fringants sont venus au Québec, c’était au Bal du Lézard. »

Selon lui, cela a aussi permis de créer un réseau.

« J’avais le Ballon mais j’ai fait tout un réseau autour de lui. Limoilou en Vrac, Limoilou en musique, ça est parti dès le Bal», estime-t-il.

« Il y a plein de petites choses qui se sont développées à Limoilou. Cela me fait quelque chose de quitter un écosystème que j’ai créé, même si je ne le quitte pas vraiment. Ceux qui ont participé à cela sont mes amis. Je vais quand même prendre ma bière au Bal », dit-il.

« Eric, c’est un gars bien. Il va bien le faire. Il est venu au bar pour l’ambiance. Lorsqu’on s’entoure bien, les affaires se passent souvent bien. Concernant la clientèle, continuez à venir au Bal. », résume Alain Slythe.

Cet article a été produit par Anne Charlotte Gillain, journaliste à la Local Journalism Initiative.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Comment pouvez-vous être élu si vous ne dites pas… » – .
NEXT Isère. Une bagarre fait un blessé lors d’une fête de village