Margo Nirod, artiste ukrainienne en exil avec sa deuxième famille

Margo Nirod, artiste ukrainienne en exil avec sa deuxième famille
Descriptive text here

Sa gorge se serre instantanément. Lorsqu’elle parle de son pays, l’Ukraine, Margo Nirod est prise par l’émotion. Un mois après le début de la guerre déclenchée par la Russie, elle quitte Kiev pour rejoindre la Touraine en mars 2022. «C’est ici que vivent nos amis. Ils nous attendaient. Je suis venue avec mon mari, ma sœur et ma nièce. Depuis, ma nièce est retournée à Kiev », précise-t-elle.

La moitié de sa famille vit toujours en Ukraine. Elle n’a pu revenir que deux fois en deux ans. La dernière fois, en décembre 2023, pour accompagner son père dans ses derniers instants. « Ma fille est là, ainsi que mes petits-enfants. J’ai mon frère là-bas aussi. J’ai des nouvelles tous les jours. Des amis artistes me tiennent également au courant de ce qui se passe. »elle se confie encore.

Une vieille histoire avec la Touraine

Alors que « les agressions et les attaques se multiplient »elle formule un souhait simple : «Je veux retourner à Kyiv. » Avant de disparaître un instant, submergé par l’émotion. A ses côtés se tient Jean-Marie Sirgue. L’acteur et auteur, installé à Chédigny, connaît la famille de Margo Nirod depuis plus de trente ans.

« J’ai rencontré sa mère, Olga, en Ukraine, au début des années 1990. Avec Serge Rigolet, on avait vu un spectacle qu’on avait envie d’adapter pour le public françaisil se souvient. Nous sommes restés plusieurs semaines pour cela, puis le spectacle a tourné ici pendant des années. » Une amitié naît et se renforce entre les familles d’artistes, au rythme des spectacles régulièrement donnés dans les pays des uns et des autres.

Margo Nirod aux côtés de Jean-Marie Sirgue.
© (Photo NR, Alexandre Métivier)

«Ma mère était actrice, réalisatrice, interprète et danseuse. Elle était d’origine belge et parlait très bien français”, poursuit Margo Nirod, elle aussi avec un français impeccable. Il y a deux ans, lorsqu’elle est arrivée avec trois membres de sa famille en France, elle a trouvé refuge à Joué-lès-Tours. Dans la maison de Denise Schotte, Allée du Verger. « Elle était très investie dans l’alphabétisation. Elle est décédée l’année dernière. »indique Jean-Marie Sirgue.

Un artiste aux multiples facettes

C’est dans cette maison que Margo Nirod exerce son talent. « Je suis scénographe, costumière et metteur en scène mais aussi plasticienne. Je travaille avec plusieurs matières, je suis un peu old school”, elle a souri. Au cours de sa carrière, elle a travaillé dans le cinéma et la publicité en Ukraine. “J’ai réalisé quelques centaines de costumes”elle croit.

Depuis plusieurs mois, elle se consacre à un projet de broderie monumentale sur Aliénor d’Aquitaine. « C’est l’idée de Marie Sirgue (fille de Jean-Marie). Lorsqu’elle m’a demandé si je voulais participer, j’ai immédiatement répondu oui.» s’enthousiasme-t-elle. C’est une belle occasion de partager ce travail à plusieurs. »

Depuis le 11 avril et pour quelques jours encore, elle a élu domicile à Chédigny, tout près de la broderie. « C’est un peu une résidence d’artiste. Nous mangeons ensemble et nous pouvons nous voir plus souvent. Même si on se voit aussi très souvent quand elle est à Joué ! »sourit Jean-Marie Sirgue.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ottawa délivrera 25 permis de pêche au homard sur la Côte-Nord
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités