Le train infernal de Ducrocq Ingénierie Process à Montreuil-sur-Mer

Le train infernal de Ducrocq Ingénierie Process à Montreuil-sur-Mer
Descriptive text here

Montreuil-sur-Mer, rue du Tortillard. L’emplacement ne pourrait pas être mieux choisi pour développer une entreprise opérant sur les lignes ferroviaires. C’est ici qu’André Ducrocq, dont l’entreprise avait été fondée trois ans plus tôt dans le garage de la maison familiale, ouvre en 1979 une fenêtre sur le monde. Ou plutôt outre-Manche dans un premier temps ! Exit l’entreprise de mécanique générale et chaudronnerie, bientôt Ducrocq pèsera à la hauteur de ses réalisations. L’Angleterre en lice En 1985, les appels d’offres pour le tunnel sous la Manche furent nombreux et l’entreprise qui produit des équipements spéciaux pour les projets d’infrastructures souhaitait en faire partie. Elle crée alors son bureau d’études avec des ingénieurs et des chefs de projets pour assurer l’interface avec le client, et commence à concevoir des machines pour faciliter la construction de ses équipements souterrains. Il s’agit d’un tournant majeur dans l’histoire de l’entreprise. ” À partir de ce moment, nous n’avons plus besoin de sous-traiter et nous pouvons développer des produits directement avec nos clients. » Pierre Ducrocq, le fils, prend la présidence de l’entreprise en 2015. Et même s’il a longtemps travaillé à l’étranger, le développement de Ducrocq Ingénierie lui a toujours tenu à cœur. Ce lien avec l’Angleterre sera encore renforcé en 2021. Trois ans plus tôt, l’entreprise montreuilloise s’est positionnée pour remporter un marché sur la ligne TGV en Angleterre entre Londres et Birmingham. Une attente qui aura payé puisque le pont en béton, long de 80 mètres et autant de tonnes, sera destiné à l’Angleterre, en plusieurs morceaux et sera remonté sur place.

Car maîtriser toutes les étapes : étude, fabrication, montage et mise en service, c’est aussi la force de Ducrocq Ingénierie. ” Nous savons tout faire, des pièces détachées de quelques centaines d’euros jusqu’aux projets de 5 millions d’euros. » résume le président de l’entreprise.

Une niche mondiale

Ce n’est donc pas un hasard si Ducrocq Engineering est aujourd’hui l’interlocuteur privilégié des grands groupes spécialisés dans la construction. L’entreprise a su se démarquer en pénétrant un créneau où la concurrence directe est quasi inexistante. Mais aussi en développant de nouveaux secteurs d’activité comme l’énergie avec l’hydroélectricité et la construction de pipelines offshore. C’est ainsi que son évolution s’est faite naturellement à l’étranger. Il y a tous ces tunnels à Santiago du Chili, en Afrique du Sud pendant la Coupe du monde, à Hong Kong ; lignes ferroviaires en Uruguay, en Égypte et à Vancouver. ” Concernant le marché africain, nous avons eu une mission avec le Président de la République au Kenya et en Ethiopie. Mais cela ne nous a ouvert aucune porte. Nous sommes néanmoins présents en Algérie, au Maroc, en Mauritanie, en Côte d’Ivoire et en Angola pour le développement d’une machine et nous avons deux personnes qui travaillent jusqu’en juillet puisque le client recherchait une aide à la production. »

Un pont en béton entièrement développé par Ducrocq Ingénierie.

Grand Paris, Lyon-Turin, Montréal…

Sur le territoire national, Ducrocq parvient également à se faire une place dans le déploiement de l’offshore, apporte son savoir-faire dans la rénovation de l’écluse du bassin Loubet du port de Boulogne-sur-Mer ou livre un pont en bétonnage pour le grand Projet du Grand Paris. ” Nous sommes actuellement également présents sur le projet Lyon-Turin avec deux fois 50 kilomètres de tunnels ferroviaires. Nous sommes également sur deux programmes importants : un en Inde et un sur le prolongement de la ligne bleue du métro à Montréal. » A côté de ces succès, Pierre Ducrocq ne cache pas son ambition de croissance externe. ” Nous avons une forte envie sur le marché nord-américain qui présente un réel déficit d’infrastructures. » L’entreprise souhaite donc acquérir une société outre-atlantique et se fait, pour cela, appuyée par un cabinet new-yorkais.

Esprit de famille

Évidemment, cette croissance ne peut se produire sans la participation des hommes et des femmes à tous les niveaux. ” Aujourd’hui, Ducrocq, avec notre site de Lyon, compte 70 salariés. Nous avons des profils différents puisque nous touchons à des savoir-faire particuliers. Cela va du bureau d’études composé d’ingénieurs, de techniciens et de dessinateurs, à la conception avec les ateliers de mécano-soudure et d’usinage et les assembleurs et automatistes. » Mais c’est aussi un vivier de formation. ” Nous avons beaucoup de jeunes en apprentissage que nous espérons garder par la suite. Nous avons beaucoup grandi, mais l’esprit reste le même. Nous essayons de redonner à nos employés tout l’investissement qu’ils mettent dans leur travail. Et nous avons très peu de chiffre d’affaires ! »

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV détails du partenariat Maroc-Banque mondiale
NEXT fêtes gastronomiques et Coursayre dans la capitale de l’alose