Le racisme en Suisse se manifeste le plus souvent au travail

Le racisme en Suisse se manifeste le plus souvent au travail
Le racisme en Suisse se manifeste le plus souvent au travail

L’Office fédéral de la statistique a publié ce vendredi de nouveaux indicateurs sur la manière dont les personnes vivent le racisme et la discrimination en Suisse, à partir de données collectées entre 2016 et 2022.

Durant cette période, le nombre de personnes victimes de discrimination en Suisse est passé de 21,5% à environ 27%. L’Office fédéral de la statistique, s’appuyant notamment sur les données du Service de lutte contre le racisme, décortique quatre domaines d’observation : les raisons, les situations, les formes et les réactions face aux discriminations.

Concernant les motifs, la nationalité vient en premier (39,6%), la langue (25,5%) et le sexe (22,9%). Viennent ensuite l’origine ethnique, le nom, le poids ou l’éducation. L’orientation sexuelle n’est citée que par 5,4% des personnes.

C’est au travail (47%) que les situations de discrimination se font le plus sentir. Puis dans l’espace public (31,4%), dans la recherche d’un emploi (23,1%), dans le cadre d’études ou de formation (22,4%), face à l’administration (14,2%) ou dans un logement (13,6%).

Concernant les formes que prennent les discriminations, l’exclusion ou le manque de considération arrivent en tête (41,8%), suivis par les moqueries (41,4%), les violences verbales (36,3%) ou le harcèlement moral (34,9%). Les violences physiques apparaissent dans 6% des cas.

Les gens réagissent différemment face à des situations de discrimination. 44% cherchent à résoudre ce problème par la discussion, 28,7% recherchent la confrontation, 14% se tournent vers la hiérarchie. Seuls 6,7% font appel à un service officiel et 4,8% portent l’affaire devant les tribunaux.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’Est de Montréal, le grand secteur négligé de la mobilité durable
NEXT en mai, Fontainebleau surfe sur le Hallyu, la vague culturelle sud-coréenne