L’Argovie cherche un moyen de protéger les eaux suisses des gobies de la mer Noire – rts.ch

L’Argovie cherche un moyen de protéger les eaux suisses des gobies de la mer Noire – rts.ch
L’Argovie cherche un moyen de protéger les eaux suisses des gobies de la mer Noire – rts.ch

Afin d’éviter une invasion des gobies de la mer Noire dans les cours d’eau du Plateau et de Suisse romande, le passage en escalier permettant le passage des poissons entre le Rhin et l’Aar sur le site de la centrale électrique de Klingnau (AG) a été fermé vendredi matin.

Les gobies sont des poissons envahissants et carnivores, de la taille d’un pouce et à tête ronde. Ils constituent une menace pour la biodiversité car ils se nourrissent des œufs d’espèces indigènes, notamment l’ombre et la truite. Cette espèce se multiplie si rapidement qu’elle est déjà devenue l’espèce la plus répandue à Bâle.

Venu du bassin du Danube via les canaux et les bateaux, le gobie remonte le Rhin à la vitesse de 5 km par an. Lui fermer les portes de l’Aar est une décision stratégique pour protéger l’ensemble du Plateau, comme l’explique Florian Randegger de l’Office de la chasse et de la pêche du canton d’Argovie.

«La centrale électrique de Klingnau est située à l’embouchure de l’Aar. C’est donc la porte d’entrée vers l’ensemble du système de l’Aar. Cela nous donne l’occasion de tout mettre en œuvre pour empêcher la propagation de cette espèce envahissante qu’est le gobie de la mer Noire vers une très grande partie du territoire suisse.»

Mauvais nageurs

Les gobies sont de mauvais nageurs : ils ont besoin de pierres pour se déplacer. C’est donc sur ce point faible que les autorités argoviennes tentent d’agir en développant des barrières anti-gobies.

«Une équipe de recherche de l’Université de Bâle développe un système permettant de bloquer les gobies», explique Florian Randegger. « Il s’agit de modifier la vitesse d’écoulement de l’eau dans les escaliers à poissons pour que le gobie ne puisse plus monter. Et dans le meilleur des cas, ne pas empêcher les espèces indigènes de migrer.

L’idée est donc de rouvrir l’escalier à poissons de Klingnau une fois équipé de barrières à gobies, peut-être en 2026. Le défi est immense : protéger l’Aar, ses affluents, ainsi que les lacs de Bienne, Morat et Neuchâtel, de cet envahisseur agressif.

Sujet radio : Stéphane Deleury

Adaptation web : juma

#Suisse

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un documentaire rend hommage à Anne et Marcel Baudot, figures de la résistance dans l’Eure
NEXT Les matières textiles représentent près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre liées à l’habillement