Lucas Dubois, l’ailier de l’USAP, revient sur son retour en fanfare

Lucas Dubois, l’ailier de l’USAP, revient sur son retour en fanfare
Lucas Dubois, l’ailier de l’USAP, revient sur son retour en fanfare

Très peu utilisé à l’aller, Lucas Dubois revient en grande forme en cette fin de saison. Aussi bien utilisé sur l’aile gauche qu’en défense, le Villeneuvois de 25 ans a gagné sa place dans le XV de départ catalan. Samedi dernier à Montpellier (victoire 20-25), il a inscrit 1 essai, tout en terminant meilleur défenseur du match côté USAP.

Quelques jours après la belle victoire à Montpellier (20-25), l’euphorie est-elle retombée ?

Nous avons commencé à analyser le match mardi et avons terminé ce jeudi. L’euphorie est retombée, c’est sûr. Mais quand on rencontre du monde en ville, tout le monde nous en parle ! Et on s’y replonge forcément un petit peu. Mais on bascule à Clermont et on commence à étudier leur jeu.

Comment avez-vous vécu ce match ?

Déjà quand le bus est arrivé, quand on a vu tous les supporters avec les fumigènes, les chants… Ils heurtaient le bus ! Honnêtement, ça sentait la fin du jeu. Cela m’a rappelé un peu le match de l’année dernière à Grenoble. Cela vous met dans le bon ton et dans le bon rythme. Et ça donne envie de se dépasser et de se donner à fond sur le terrain. Même en entrant sur le terrain avant le coup d’envoi, on avait l’impression d’être à Aimé-Giral et qu’on jouait à domicile ! Forcément, quand on est joueur, cela vous transcende. Nous ne voulons décevoir personne.

Lire aussi :
Top 14 : Jake Gordon, un front polyvalent, un dernier gros coup… A quoi ressemblera la fin du mercato de l’USAP ?

La maintenance est désormais quasiment assurée. Le groupe peut-il se permettre de rêver ?

Je pense que nous le voulons tous. Mais nous sommes également conscients du chemin parcouru. Et nous ne voulons pas nous enthousiasmer et nous fixer des objectifs. Nous verrons où cela nous mènera ! Sans vouloir passer pour une formule un peu ironique, nous avons depuis plusieurs mois cette stratégie d’enchaîner les matchs les uns après les autres, et ça marche plutôt bien pour nous. C’est un peu la « stratégie » que nous avons adoptée dans le groupe. Nous allons avancer et voir ce qui se passe. Si nous optons pour quelque chose à la fin de la saison, nous serons les plus heureux. Mais il y a des matchs cruciaux qui s’annoncent donc ça ne sert à rien de projeter un potentiel Top 6 ou autre. On va bien préparer Clermont et on verra plus tard. Tout le monde le veut, oui. Mais nous avons cette philosophie et nous voulons y rester.

Personnellement, comment vous sentez-vous ?

Très bon. Je joue plus de matches… C’est quelque chose que j’avais un peu moins en début de saison et que j’ai réussi à retrouver grâce à quelques bons matches. Je suis content qu’on ait pu gagner à Montpellier parce que c’était vraiment un match charnière qu’on avait coché avec tout ce qu’il y avait autour, l’enthousiasme des supporters… Puis on a su que Montpellier nous attendait avec les crocs. Je suis donc très heureux d’avoir gagné ce match, surtout avec une belle prestation et 1 essai. Je me sens bien et en confiance comme toute l’équipe. Il faut en profiter et se poser le moins de questions possible.

J’ai eu des échanges avec Franck (Azéma, le manager) sur ce qu’il me reprochait et les axes que je devais travailler.

Vous aviez passé presque trois mois sans jouer en Top 14 (de novembre à février). Comment l’avez-vous vécu ?

C’était une période difficile. Le but de s’entraîner en semaine est de pouvoir quand même jouer le week-end. En plus, le groupe commençait à gagner, donc j’avais évidemment envie d’approfondir ça. Je n’avais pas trop été confronté à ça ces dernières saisons car j’ai joué presque tous les matches (24 en moyenne par saison, NDLR). Donc ça m’a permis de travailler. J’ai eu des discussions avec Franck (Azéma, le gérant) sur ce qu’il m’a reproché et sur les domaines sur lesquels je devais travailler. J’ai donc beaucoup travaillé ma défense avec Gérald (Bastide, coach défense et technique individuelle). Et quand Franck et tout le staff m’ont fait appel, j’ai essayé de répondre avec ce que je sais faire depuis des années, en essayant d’améliorer ce qu’on m’accusait. Oui, ce n’était pas une période facile. Mais chaque joueur passe par là. Et je suis content aujourd’hui de pouvoir enchaîner les matches.

Lire aussi :
Top 14 – « Je ne pense pas être un rêveur » : fin de saison avec l’USAP, management, engagement personnel, les secrets de Franck Azéma

En fait, vous parliez de votre défense. Vous avez terminé meilleur plaqueur catalan à Montpellier, vous avez réalisé un scratch salvateur juste avant la pause sur Carbonel… Peut-on vous imaginer satisfait ?

Je me sens mieux depuis plusieurs matches, et c’est aussi grâce à cette période. Je me suis entraîné pour être beaucoup plus complet. Il y a des actions comme celle-là qui sont significatives et qui permettent à l’équipe de rester dans le match. Quand on peut aider l’équipe sur des domaines qui sont travaillés depuis un moment, c’est toujours sympa. C’est plutôt positif. Il faut maintenant continuer sur cette voie et continuer à travailler.

Il paraît que vous vous êtes aussi entraîné aux penaltys*…

(Des rires) Eh bien, c’était un peu moins de travail ! La première, j’ai dû ajuster mes pas de course. Mais le deuxième s’est bien passé et j’étais content ! Pour mémoire, c’était sympa, car cela nous a aussi permis de dépasser la barre des 50 points.

Pour terminer ce mois en beauté, vous avez été nommé joueur du mois d’avril aux côtés de Damian Penaud et de votre coéquipier Posolo Tuilagi. Qu’est-ce que cela signifie pour toi?

C’est toujours sympa. Cela dépend aussi de ma performance. C’est toujours un petit signe qui fait toujours plaisir. Mais sans le travail de l’équipe et le fait que nous ayons enchaîné les victoires, cela n’aurait peut-être pas été le cas. Le fait qu’il y ait « Poso » prouve aussi la dynamique de l’équipe et que nous sommes plus regardés. Il y a quelque chose qui se crée autour de l’USAP. C’est une combinaison qui a amené le club à franchir une nouvelle étape. Nous devons y parvenir.

* Contre Lyon, en remplacement de Jake McIntyre, Lucas Dubois a tenté ses premiers tirs au but en professionnel. Il a réussi un sur deux.
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le PSG regarde la nouvelle génération dorée de Valence
NEXT La RD Congo affrontera le Sénégal et le Togo en juin pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2026