une foule de griefs soumis aux autorités

une foule de griefs soumis aux autorités
une foule de griefs soumis aux autorités

Les centrales syndicales du Sénégal (CNTS, UNSAS, CSA, UDTS et CNTS-FC) ont dénoncé ouvertement les maux qui touchent les travailleurs de la région. Sacrifiant la remise du cahier de doléances au préfet du département de Matam, la Coalition des centrales syndicales (CCSS) a exhorté « aux nouvelles autorités de s’engager résolument et en priorité à répondre aux revendications essentielles du monde du travail, tous secteurs confondus ».

De la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS) à l’Union Nationale des Syndicats Autonomes du Sénégal (UNSAS) en passant par la Confédération des Syndicats Autonomes du Sénégal (CSA) ainsi que l’Union Démocratique des Travailleurs du Sénégal (UDTS) et La Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS-FC), travailleurs affiliés à la Coalition des centrales syndicales du Sénégal, a défilé le 1er mai dans les rues de la commune de Matam, avant de remettre son cahier de doléances au préfet de la département, Souleymane Ndiaye.

Devant l’instance, Mamadou Demba Sy, le secrétaire général de l’Union régionale de la CNTS a appelé à la mise en place d’un « des réformes innovantes des relations professionnelles à travers un nouveau contrat social basé sur un partenariat responsable visant à renforcer le pouvoir d’achat des travailleurs, le dialogue social et le pouvoir de négociation des organisations syndicales« .

Pour un front social apaisé, les membres de la Coalition ont, par la voix de leur porte-parole, exigé de l’Etat «l’application de tous les accords signés avec les syndicats des secteurs de l’éducation, de la santé, de la justice, des collectivités locales et des transports, ainsi que l’application de toutes les décisions de justice« .

Avant d’appeler les nouvelles autorités à s’engager résolument et en priorité « la baisse des prix des denrées alimentaires de base, des taxes sur les salaires, les frais d’électricité, d’eau et de téléphone ainsi que l’harmonisation des augmentations de salaire des agents de l’État, y compris les agents des collectivités locales ».

En plus de “la généralisation de l’allocation logement dans le secteur de la santé, la refonte du statut des décideurs par la révision du décret 74-347“, ceux-ci sont : “la finalisation des décrets concernant le statut des chercheurs de l’ISRA, celui des projets de code du travail et de code unique de la sécurité sociale et celui de la réforme hospitalière et de la nouvelle politique de santé qui sont attendus« . Comme notamment «la révision de conventions obsolètes (industries alimentaires et secteur minier qui datent toutes de 1958) ainsi que la ratification des conventions 590 sur le harcèlement au travail »…

Les syndicalistes réclament également le “le renforcement du système éducatif, l’accélération de la formalisation de l’économie informelle et l’adoption du RSPC, la réforme du FNR avec l’intégration des travailleurs des collectivités territoriales et des non fonctionnaires de l’Etat, la réforme des entreprises en difficulté (ex. La Poste, la SONACOS et les Chemins de fer)« .

ENJEUX RÉGIONAUX

Sur le registre des doléances, les syndicalistes ont relevé la grande nébuleuse qui est liée à l’exploitation des phosphates de Matam, situés dans le département de Kanel, les difficultés subies par les structures hospitalières de la région, la situation des agents des autorités locales ainsi que ainsi que celui des enseignants décideurs.

« C’est avec un cri sincère que nous soulevons les doléances des travailleurs communautaires locaux. A la retraite, ces travailleurs n’ont aucun statut, après de nombreuses années de service, ils se retrouvent dans un dénuement total, car ils n’ont pas de revenus substantiels. Une situation qui les pousse à devenir chauffeurs de moto à Jakarta pour faire face aux responsabilités familiales”déclare Mamadou Demba Sy.

Avant d’ajouter : « L’État du Sénégal a fait beaucoup. Mais on constate qu’en 2022, il existe une mesure permettant aux travailleurs des collectivités locales de bénéficier d’augmentations de salaire au même titre que tous les travailleurs du Sénégal, mais les maires et les élus locaux tardent à appliquer cette mesure. . La fonction publique locale n’est qu’un chant des anciens dirigeants, aujourd’hui notre pays se dirige vers un autre tournant, avec les nouvelles autorités, nous espérons que ce problème sera résolu.

exhortant les nouvelles autorités à accorder également une attention soutenue à l’exploitation des phosphates où « les populations des zones impactées vivent aux prises avec une arnaque qui ne dit pas son nom, notamment sur le montant de l’indemnisation fixé à 90 000 francs CFA par propriétaire de champ », les syndicalistes attendent que des solutions soient trouvées pour les conditions des enseignants décideurs. “Nous avons observé qu’une fois à la retraite, les enseignants décideurs vivent des conditions dramatiques. Après plusieurs années de service, les décideurs qui recevaient entre 300 000 francs et 600 000 francs se retrouvaient avec des sommes dérisoires une fois à la retraite (…)», ont-ils déclaré.

Pape Moctar NDIAYE

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Visites très instructives pour l’association Partage Handicaps09 – Le Petit Journal – .
NEXT Tout savoir sur le centre de santé SOS Médecins qui vient d’ouvrir à Nice