A Rennes, la start-up familiale Guillemot n’est pas encore sortie de l’ornière

A Rennes, la start-up familiale Guillemot n’est pas encore sortie de l’ornière
A Rennes, la start-up familiale Guillemot n’est pas encore sortie de l’ornière

Pour la start-up rennaise AMA, l’année 2023 n’aura pas été plus rose que 2022. Spécialisée dans les lunettes connectées pour l’industrie et les services, l’entreprise de la famille bretonne Guillemot, connue pour avoir créé l’éditeur de jeux vidéo Ubisoft, traverse une période difficile. fois. La faute à un marché qui se développe moins vite que prévu et au ralentissement des investissements des entreprises, freinés par l’inflation et les tensions géopolitiques.

En 2022, le chiffre d’affaires de la start-up a chuté de près de 35 % alors que sa perte nette dépassait les 21 millions d’euros. Une situation qui a contraint la famille Guillemot à réinjecter des fonds et a conduit à 97 suppressions de postes dans le cadre d’un plan d’économies.

Sur l’année 2023, le chiffre d’affaires a encore baissé de 30% pour s’établir à 3 millions d’euros, selon les données publiées fin avril 2024. La perte nette a en revanche été réduite à -8,1 millions d’euros, notamment grâce à la suppression de 11 postes supplémentaires. L’effectif s’élève désormais à 76 salariés, en grande majorité basés à Rennes.

Dans un communiqué, AMA explique que son plan de réduction des coûts, mis en œuvre à partir de mi-2022, « a permis d’adapter la structure du groupe au rythme difficilement prévisible d’adoption de la réalité assistée, phénomène similaire à celui observé avec d’autres technologies avancées.

Pas de défrichement début 2024

Après ces deux exercices compliqués, l’AMA espérait sortir la tête de l’eau en 2024. En vain. Sur les trois premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires s’élève à 0,7 M€, en baisse de 14% par rapport à la même période un an plus tôt. De nouvelles réductions de coûts « significatives » sont donc à l’ordre du jour, afin d’adapter la structure de l’entreprise à la situation actuelle du marché et lui permettre de renouer avec la rentabilité.

Pour rebondir, AMA mise aussi sur l’intégration de l’intelligence artificielle dans ses lunettes connectées, baptisées XpertEye. Un partenariat sur le sujet a également été noué avec Sopra Steria. « En associant l’intelligence artificielle aux solutions de réalité assistée de XpertEye, AMA est bien positionné pour apporter une réponse innovante aux enjeux de digitalisation pour les professionnels de terrain des secteurs techniques et médicaux, créant ainsi de nouveaux usages et une valeur ajoutée considérable pour nos clients », assure le le PDG de la société, Christian Guillemot.

#Maroc

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Loterie Romande redistribue 17 millions à Neuchâtel
NEXT La Chambre haute du Canada adopte de nouvelles règles qui pourraient renforcer davantage son indépendance