A Douarnenez, Julia Lemonnier met des paysages au fond des cartons

A Douarnenez, Julia Lemonnier met des paysages au fond des cartons
A Douarnenez, Julia Lemonnier met des paysages au fond des cartons

Originaire de Marseille, Julia Lemonnier peint depuis toute petite. « J’ai toujours fait ça, étant enfant, je passais des heures à peindre, à sculpter » elle explique. Dès l’âge de 10 ans, elle intègre les ateliers des Beaux-Arts de Marseille, avant de s’y former durant ses années d’études. C’est à Douarnenez qu’elle venait chaque année en vacances. Les petites sardines de Douarnenez, dit-elle, faisaient écho, pour la petite fille qu’elle était, à la sardine légendaire qui bloquait un jour le port de Marseille… A 37 ans, elle “J’ai entendu le chant des (penn) sardins” et a décidé de faire de ce lieu de vacances sa maison. Le passionné de couleurs a alors troqué le bleu de la Méditerranée contre l’émail de Douarnenez, il y a 5 ans. Aujourd’hui, elle exerce son travail d’artiste plasticienne en parallèle d’un métier d’éducatrice.


Peinture et céramique

L’exposition présente d’abord des peintures. Un grand paysage marin aux eaux turbulentes, des scènes aquatiques où personnages, sirènes et poissons ondulent et se mêlent. Des scènes évoquent la légende de la ville d’Ys. L’artiste crée elle-même les cadres des tableaux, avec des bordures métalliques rappelant les boîtes de sardines.
A proximité des tableaux sont proposées des œuvres de plus petite taille. Au fond des boîtes de sardines se détachent des paysages en céramique avec au premier plan un bateau naviguant dans la houle. Petites scènes inspirées du port du Rosmeur, mises dans un coffret. «C’est une fenêtre ouverte sur Douarnenez, qu’on peut emmener partout»elle dit.

Sculptures et forêt

Dans d’autres œuvres, le processus est inversé : le cadre est un poisson, dans lequel apparaît le paysage, onirique certes, mais résolument breton. L’artiste propose encore une autre série de sculptures, cette fois inspirées de la forêt. Des figures en céramique émergent d’une forêt mystérieuse. Ils sortent de terre, accompagnés d’animaux, chacun avec sa propre personnalité et sa propre histoire.

Les œuvres sont en vente à l’escale Échoppe Quai 23. La boutique, lieu de découverte de produits artisanaux, est aussi un salon de thé et un bar qui propose des snacks. « Accueillir des expositions d’artistes nous permet de changer de cadre » explique Nathalie Aigu, gérante des lieux. « C’est toujours l’histoire d’une rencontre. »

Jusqu’au 12 mai Boutique étape Quai 23, 23, quai du Port-Rhu, à Douarnenez,
Du jeudi au vendredi, de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 20h30

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV des collégiens se plongent dans l’histoire de la Haute-Vienne
NEXT A 4 jours de Dunkerque. Nantes en difficulté dans le Nord