« Je ne suis pas en colère contre ce qui s’est passé à l’UDAF avec le plat de lasagnes », le sans-abri sera jugé seulement un mois après sa libération

« Je ne suis pas en colère contre ce qui s’est passé à l’UDAF avec le plat de lasagnes », le sans-abri sera jugé seulement un mois après sa libération
« Je ne suis pas en colère contre ce qui s’est passé à l’UDAF avec le plat de lasagnes », le sans-abri sera jugé seulement un mois après sa libération

l’essentiel
Sorti de sa cellule de la maison d’arrêt de Beausoleil, un Montalbanais de 39 ans, poursuivi pour dégradations et menaces de mort commises à Montech, sera jugé, une nouvelle fois, en comparution immédiate, ce vendredi 3 mai 2024. Ce sans-abri L’homme a été condamné à six mois de prison avec incarcération immédiate pour avoir menacé d’incendier le domicile de Montauriol en octobre 2023.

Sorti de sa cellule pour être jugé en comparution immédiate le 26 avril 2024, Youssef B., 39 ans, a vu son procès reporté une seconde fois.

En cause, l’absence de rapport de l’expert psychiatre qui n’est toujours pas parvenu au tribunal judiciaire de Montauban depuis le 22 mars 2024, date de la première saisine.

Entre-temps, le trentenaire qui est poursuivi pour dégradations et menaces de mort commises le 20 mars 2024 à Montech, a endommagé sa cellule. Il a fallu une tondeuse pour ouvrir la porte.

«Je n’avais plus de somnifères», se défend le détenu, revenant sur la dernière affaire qui lui a valu la prison.

“Honnêtement, je ne suis pas contrarié par ce qui s’est passé à l’UDAF avec le plat de lasagnes”, déclare Youssef. jugé en octobre 2023 en comparution immédiate pour avoir dégradé et commis des menaces au domicile de Montauriol, à Montauban.

Bénéficiaire d’une chambre dans ce refuge accueillant des sans-abri, Youssef a dénoncé avoir eu le visage « brûlé » par un résident qui lui avait jeté « une assiette de lasagnes au visage ».

Une histoire qui date de septembre 2023. Il avait alors menacé de mettre le feu à l’établissement. Il a été condamné à six mois de prison à purger immédiatement et à six mois supplémentaires avec sursis probatoire.

Sorti de détention le 16 mars 2024, cet ex-toxicomane condamné à 26 reprises a récidivé. Le procès est ajourné jusqu’au 3 mai 2024 et sa détention est maintenue d’ici là.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le Jardin de Chine reste une valeur sûre
NEXT Au Nord, des enfants illégalement placés dans des hôtels minables