Casamance, en pays Diola

Village de Casamance © Sergey – stock.adobe.com

Située au sud du Sénégal, la Casamance attire autant pour ses plages fouettées par l’océan Atlantique que pour la douceur de ses balades en pirogue. Cette bande de terre limitrophe de la Gambie au nord et de la Guinée-Bissau au sud, isolée du reste du Sénégal, permet de découvrir l’incroyable richesse de la culture des Diola, peuple qui constitue 60% de la population de Casamance. . Un autre Sénégal à explorer.

Préparez votre voyage avec nos partenaires

Casamance, le grenier du Sénégal

Fleuve Casamance – Ziguinchor © Sergey – stock.adobe.com

Survolé par la rivière éponyme, le Casamance est la région la plus luxuriante du Sénégal. LE Delta du Saloumformé d’une concentration d’îlots entourés de canaux (les bolongs), mangroves et bancs de sable, est une réserve de biosphère de l’UNESCO.

A l’ouest, la basse Casamance concentre une belle palette de paysages couverts de colonies d’oiseaux migrateurs. Entre forêts intenses et plages bordées de cocotiers, ses villages sont une plongée au cœur de traditions séculaires.

La population, profondément animiste même si elle reste très attachée aux religions traditionnelles, continue de danser au rythme de la guitare calebasse à trois cordes et de raconter des histoires autour du feu.

La Casamance a fait un atout de cet esprit d’indépendance, et le redémarrage du Ligne maritime Dakar-Ziguinchorsymbole d’un lien économique fondamental pour la Casamance, annonce l’ouverture touristique de la région.


LE + sur routard.com :

Profitez d’un arrêt à Dakar pour visiter l’île de Gorée et sa maison d’esclaves avec sa « porte du voyage sans retour » mouvante. Avec ses maisons de toutes les couleurs, ses places et ses palais laissés à l’abandon, la nostalgie s’invite dans les entrailles de cette île, site mémoriel inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ziguinchor et Cap Skirring : deux facettes de la Casamance

Cap Skirring © Barbara Divry

Porte d’entrée de la Casamance A 500 km au sud de Dakar, le développement touristique de Cap Skirting a longtemps été associé au Club Med construit dans les années 1970. Les images de bungalows au bord d’une plage de sable blanc à perte de vue ont fait le tour du monde. Depuis, l’ancien village de pêcheurs s’est agrandi et des hôtels ont fleuri un peu partout sur la côte.

Sous des rouleaux impressionnants, surfeurs et kitesurfeurs sillonnent la mer azurée. Les sports nautiques sont populaires ici et la température de l’eau est agréable toute l’année. Sur la plage, des oiseaux de fer imaginés par des artistes locaux côtoient un troupeau de vaches. L’image ne manque pas de fantaisie, surtout lorsqu’un veau vient brouter les serviettes de plage !

Îles Karabane © Sergey – stock.adobe.com

Poursuivant à soixante-dix kilomètres au sud de Cap Skirring, sur la rive gauche du fleuve Casamance, Ziguinchor est l’autre visage de la Casamance. C’est la ville économique par excellence avec ses étals en bord de route, son ambiance animée, ses marchés regorgeant de fruits et légumes, ses artisans formés à l’école de la débrouillardise.

Depuis Ziguinchor, escapades dans le bolongs (les bras environnants) sont faciles. LE Îles Karabane situé à trente minutes en canot du village de Élinkine sont l’un des premiers comptoirs français au Sénégal marqué par l’histoire de l’esclavage. Ils abritent une architecture coloniale au milieu d’une végétation luxuriante.

En Casamance, l’intérieur est parsemé de goyaviers et de vergers ponctués ici et là de rizières et de mangroves. C’est au pied des mangroves que les femmes récoltent les huîtres. Séchées et fumées, elles sont vendues sur les marchés de Ziguinchor.


LE + sur routard.com :

En vous rendant au village artisanal de Cap Skirring, n’oubliez pas d’apporter des idées de kits, de sacs informatiques et de vêtements, car plusieurs ateliers de couture proposent de créer vos modèles dans du joli wax local. Ils vous livrent à l’hôtel ou en dernière minute à l’aéroport. Les délais sont courts et les prix très raisonnables.

Rencontre avec l’ethnie Diola

Rencontre avec l'ethnie Diola

Ecomusée de Kadioute © Barbara Divry

Dominée par les Diola, peuple d’éleveurs et d’agriculteurs, la Casamance se distingue du reste du Sénégal par des coutumes et un folklore uniques. Dans cette société matrilinéaire, l’ascendance et l’héritage sont transmis par les femmes, la spiritualité occupe une place importante.

Rien de tel qu’un passage vers l’écomusée de Kadioute à la sortie de Cap Skirring, à Boucotte, pour le voir ! Chez les Diolas, les monde animiste – les croyances aux esprits de la nature – sont très présentes et le culte fétichiste est pratiqué dans les forêts sacrées.

Valère est notre guide au cœur de ce bois peuplé de fromagers centenaires. Au milieu d’une ambiance cosy, tous les outils et instruments de musique du quotidien sont revus. Il suggère de s’entraîner à porter un panier sur la tête. L’exercice est périlleux, sauf pour les femmes africaines qui ont appris à le porter dès l’âge de huit ans !

Au pied d’un fromager sacré, Valère déroule l’histoire des couleurs, le sens des danses et la collection de vanneries utilisées pour la pêche avant d’évoquer l’histoire des croyances. La nuit commence à tomber et la présence d’ossements et d’offrandes au pied d’un fromager rend les pratiques sacrées encore plus mystiques. La vénération des ancêtres et des esprits de la nature font partie de l’univers spirituel de l’ethnie Diola. Réservation +221 783 517 696.


LE + sur routard.com :

Dormir dans le camp de solidarité Seleki permet de découvrir l’architecture en terre surmontée d’un toit de chaume. Ces Impluviums sont liés à la culture de la basse Casamance, ils appartiennent aux villageois. Leur construction en forme de couronne autour d’un patio central permet de récupérer la pluie. Réservez avec Jean Bassene par WhatsApp +221 777 316 830.

Expériences et projets solidaires

Expériences et projets solidaires

Projet solidaire © Jérémie Vaudaux

Dans un immeuble de la banlieue de Ziguinchor, le rendez-vous est pris avec deux représentants de l’association Afrique Atlantique. Le cadre un peu formel est nécessaire pour comprendre le projet de fabrication de fours en terre visant à réduire la consommation de bois.

Chaque année, une partie de la mangrove et de la forêt de Casamance disparaît pour être utilisée comme bois de chauffage. Une famille de douze personnes consomme environ six kilos de bois par jour.

En contribuant à la fabrication des fours, un élément en pisé équipé de deux foyers sur mesure, l’association s’engage avec peu de moyens (un four coûte 25 €) à changer durablement les pratiques quotidiennes pour économiser les ressources naturelles.

Preuve sur place dans le village de Kabiline. Au milieu des danses rituelles, le chef du village ouvre le chemin aux membres de l’association venus superviser la construction du four. Tout est fait sur place.

Le secret ? Un mélange de terre et de bouse de vache laissé au repos pendant plusieurs heures. C’est désormais aux habitants du village de fabriquer d’autres fours qui permettront de réduire de 30% la consommation de charbon et ainsi d’éviter la déforestation.


LE + sur routard.com :

Parmi les projets solidaires promus par l’agence de voyages Vision Éthique figure la visite de la coopérative JIITO dans le village de Mandina Mancagne. Vingt-quatre groupes de femmes travaillent ici, à tour de rôle, pour transformer les fruits en confitures, jus et chips. Les mangues séchées valent à elles seules le détour ! Les produits sont vendus sur place et à Cap Skirring

Fiche descriptive

Consultez notre guide en ligne Sénégal

Comment aller là?

Depuis Paris, 2 vols Air France directs par jour vers Dakar. Comptez un peu moins de 6 heures de vol.

Pour rejoindre Cap Skirring, les compagnies Transair et Air Sénégal assurent plusieurs liaisons par jour. Comptez 50 minutes de vol.

Trouvez votre billet d’avion

Quand doit-on aller?

Plutôt en saison sèche de novembre à juin. Les températures sont comprises entre 25 et 30°C.

Bonnes adresses

– Hôtel Djoloff : 7, rue Nani, Fann Hock. Construit de manière responsable et durable, cet hôtel de trente-trois chambres est centré sur un patio immergé dans la végétation. En plein Dakar, une bouffée d’air frais souffle à l’intérieur. Au dernier étage, la terrasse du restaurant et le bar sont ouverts à tous. Au sous-sol, un club de jazz. Chambre à partir de 100 €.

– Hôtel Kadiandoumagne : Jetée de Boutody, à Ziguinchor. L’établissement est situé face au fleuve Casamance dans un jardin luxuriant. Le nom des quarante-sept chambres correspond à un village voisin. En guise de décoration, la fameuse pagaie que l’on retrouve partout en Casamance. Chambre à partir de 55€.

Pour un tourisme engagé, l’agence de voyages Vision Ethique propose des voyages en Casamance impliquant les voyageurs dans le financement d’associations locales. Des visites sont organisées au sein des collectivités et un bilan carbone est proposé pour chaque déplacement.

Trouvez votre hôtel au Sénégal

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Voici les quatre villes les plus abordables au Québec
NEXT Le bois massif peut-il remplacer le béton dans la construction au Canada ? – .