Jésus et saint Paul étaient asexuels et tout le monde au paradis n’est pas non binaire

Jésus et saint Paul étaient asexuels et tout le monde au paradis n’est pas non binaire
Jésus et saint Paul étaient asexuels et tout le monde au paradis n’est pas non binaire

La majeure partie de l’opposition aux droits LGBTQ+ aux États-Unis – historiquement et contemporainement – ​​émane des chaires chrétiennes. D’un océan à l’autre, de nombreux pasteurs et prêtres prêchent encore des paroles dures contre ceux qui ne sont ni hétérosexuels ni cisgenres. Ces prédicateurs utilisent la Bible chrétienne comme un marteau et, sans la moindre réserve ni ombre de doute, déclarent que « le Dieu de la Bible » a émis un édit éternel contre la diversité sexuelle et de genre. L’homosexualité, la bisexualité, l’asexualité et la non-conformité de genre sont condamnées. Il en va de même pour les êtres humains non binaires et transgenres.

Tenez-vous au courant des dernières nouvelles LGBTQ+ actualités et politique. Abonnez-vous à la newsletter électronique Mes Gay Prides.

Ces pasteurs ont raison de dire que certains passages de la Bible ne sont ni amicaux envers les homosexuels (« si un homme couche avec un homme… »), ni agréables aux asexuels (« soyez féconds et multipliez-vous »), et pas tendres envers les non-sexuels. -conformistes de genre (« soyez féconds et multipliez-vous »). si un homme porte ce qui appartient à une femme… »). Bien sûr, les Écritures peuvent être terriblement dures pour de nombreuses personnes : les femmes en général (« les femmes ne sont pas autorisées à parler à l’église ») ; les garçons qui se moquent des prophètes (il suffit de demander aux 42 garçons qui se sont moqués de la racine des cheveux dégarnie au sommet de la tête du prophète Élisée) ; les épouses non vierges (« elle sera lapidée à la porte de la maison de son père ») ; ceux qui commettent l’adultère (« ils seront mis à mort ») ; les esclaves (« esclaves, obéissez à vos maîtres ») ; et les habitants indigènes de la Terre Promise lorsque Moïse et Josué ont amené leur peuple d’Égypte à Canaan (« ils ont tué tout le monde, jeunes et vieux, femmes et enfants »).

À l’inverse, la Bible conseille également la gentillesse et encourage les lecteurs à pratiquer la paix et l’harmonie tout en s’aimant les uns les autres, même au mépris des pratiques d’exclusion enracinées dans le statut social, la classe sociale, l’origine ethnique ou le genre et l’identité sexuelle. Saint Paul, par exemple, a écrit que « dans le Christ nous ne sommes ni homme ni femme ». Le personnage central du Nouveau Testament, Jésus, a toujours accueilli les exclus dans son cercle d’amitié – et ces individus marginalisés sont nombreux parmi les près de 2 000 personnages nommés dans la Bible.

Jésus lui-même, par exemple, était une personne asexuelle. Même s’il permettait à une femme de se laver les pieds, avait de nombreuses amies et était soigné par des femmes jusqu’à sa mort, il n’y a aucune référence dans les quatre évangiles à une quelconque relation au cours de ses trente-trois ans. Il n’a jamais courtisé, été épris, embrassé ou épousé une femme. Si le portrait de Jésus qui se dégage des évangiles est celui d’un révolutionnaire voué à la diversité radicale – voir la Parabole du Bon Samaritain – à l’équité radicale (« celui qui le veut, viens à moi ») et à l’inclusion radicale (« les prostituées doivent entrez dans le royaume des cieux »), de nombreux chrétiens conservateurs américains blancs rejettent ces tendances inclusives et s’opposent ouvertement à ce qu’ils appellent péjorativement « l’éveil ». Malgré cela, le Jésus des Évangiles, selon les normes de son époque, était plutôt « réveillé ». Libéral, même. Il était aussi un As (asexuel).

Saint Paul apparaît également comme un être asexuel dans les Actes des Apôtres et dans ses écrits épistolaires aux communautés du Christ dans le monde gréco-romain. Il a encouragé les chrétiens à « rester célibataires, comme moi ». Il a admis que certaines personnes ne peuvent s’empêcher de s’imprégner de la puissance de leur énergie sexuelle et qu’elles devraient donc se marier. Pourtant, une vie célibataire et asexuelle était la vie de saint Paul, et il prêchait un tel idéal aux autres.

De nombreux aficionados de Saint-Paul aujourd’hui – ceux qui citent « les femmes ne sont pas autorisées à parler » pour renforcer leur argument contre les femmes pasteurs et répètent « les homosexuels n’entreront pas dans le royaume des cieux » pour justifier leurs sermons et leur législation anti-LGBTQ+ – détestent admettre que leur Saint Paul était asexuel et que son asexualité n’est pas le seul exemple de diversité sexuelle dans la Bible ou dans cette vie.

La diversité sexuelle existe aussi dans l’au-delà, selon Jésus. Dans le monde à venir, dit-il, « il n’y aura ni mâle ni femelle ». Tout le monde sera « comme les anges dans le ciel ». Les anges, a enseigné Jésus, sont des êtres asexuels et non binaires qui n’ont pas de partenariats amoureux ou sexuels : ils « ne se marient ni ne sont donnés en mariage ». Le ciel, selon Jésus, est un paradis non binaire. Il n’y a plus d’hommes et de femmes. Fini l’hétérosexualité, l’homosexualité et la bisexualité. La vision de Jésus pour cette vie est celle de bras accueillants qui invitent tout le monde à la table, et sa vision de l’au-delà est quelque chose de plus respectueux de l’arc-en-ciel que celle de ses disciples conservateurs.

Si Jésus, l’homme autour duquel s’est construite la religion chrétienne, était asexuel, et si saint Paul, le fondateur de la religion chrétienne et l’exposant originel des doctrines fondamentales de la foi chrétienne, était également asexuel (homosexuel latent, disent certains) . , mais il est impossible de le savoir), l’Église d’aujourd’hui doit tirer une leçon et offrir au monde un christianisme inclusif sous une grande tente. Si, en Christ, comme l’écrit Paul, masculinité et féminité finissent par se confondre. Si, comme Jésus l’a enseigné, les anges sont asexués et non binaires, il est temps pour ceux qui croient aux anges, au ciel et à Jésus de réinventer leur approche envers ceux qui ne pensent pas, n’agissent pas, ne vivent pas ou ne vivent pas. habillez-vous comme eux. Vue sous cet angle, l’histoire chrétienne peut être un encouragement pour nous tous à aimer notre prochain, indépendamment de la sexualité, des préceptes de genre ou des toilettes dans lesquelles les gens défèquent.

Recentrée, l’histoire chrétienne peut être bien plus que la version étroite, rigide et condamnatoire qui résonne dans trop de chaires et dans trop d’urnes.

Il y a encore beaucoup de place pour Jésus dans la vie moderne – le Jésus qui croyait en la diversité, l’équité et l’inclusion ; le Jésus qui était très bon avec les « pécheurs » ; le Jésus qui a condamné la thésaurisation des richesses, et non les pauvres ; le Jésus qui était asexuel et a enseigné que le paradis n’est pas binaire. Supposons que seuls les chrétiens conservateurs des États-Unis commencent à prêcher ce Jésus au lieu de celui qui apporte la division et la rétribution. Dans ce cas, ils utilisent les armes pour défendre leurs propres programmes sociaux et politiques étouffants et restrictifs. Si seulement.

Seigneur, écoute notre prière.

Rodney Wilson est titulaire de diplômes d’études supérieures en histoire et en religion, enseigne dans un collège communautaire du Missouri et a fondé le Mois de l’histoire LGBTQ+ aux États-Unis en 1994. Il fait l’objet du court métrage de 2019. Enseignement tabou.

Opinions exprimées dans L’avocatLes articles d’opinion sont ceux des auteurs et ne représentent pas nécessairement les opinions de L’avocat ou notre société mère, équivaut à la fierté.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 39 migrants en difficulté secourus au large de Berck
NEXT entrez dans la danse avec Evidanse, un festival accessible à tous