blocages à Lille et Saint-Etienne

blocages à Lille et Saint-Etienne
blocages à Lille et Saint-Etienne

Une mobilisation d’étudiants pro-palestiniens a provoqué ce jeudi 2 mai la fermeture de Sciences Po Lille ainsi que celle de l’École supérieure de journalisme, dont l’accès a été bloqué par les manifestants. A Saint-Etienne, des poubelles s’entassaient devant les entrées de l’université Jean-Monnet.

L’Institut d’études politiques de Lille est resté fermé jeudi matin, et l’accès à l’Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille a été bloqué en raison de la mobilisation en soutien aux Palestiniens.

La direction de Sciences Po Lille a décidé de fermer l’établissement, dans un premier temps jusqu’à midi, après une « tentative de blocage » par des étudiants « en partie extérieurs » à Sciences Po, a indiqué la direction dans un communiqué. Les cours sont finalement annulés pour toute la journée.

Les étudiants qui s’étaient mobilisés dès l’aube pour ce blocus se sont ensuite rendus à l’ESJ voisin, dont ils ont bloqué l’accès, aux cris de « Enfants de Gaza, enfants de Palestine, c’est l’humanité que ‘nous assassinons’.

Il n’y a eu “aucune casse”, selon le directeur de l’ESJ

« Plus d’éthique sur nos plateaux », « Plus de 100 journalistes morts à Gaza », pouvait-on lire sur des pancartes placées devant l’établissement, tandis qu’une cinquantaine de manifestants se tenaient devant les portes verrouillées par de lourdes chaînes.

“Il n’y a aucune intrusion à l’intérieur de l’école, aucune casse à l’extérieur”, a déclaré à l’AFP le directeur de l’ESJ, Pierre Savary, soulignant que ce type d’action est “très rare à l’ESJ”.

Un master entre l’IEP de Lille et l’Université de Tel Aviv critiqué

Parmi les revendications des étudiants, l’annulation d’un master commun à Sciences Po Lille avec l’Université de Tel Aviv. « Notre conseil d’administration s’est clairement prononcé contre le boycott des universités israéliennes », a indiqué la direction de Science Po, tout en jugeant « légitime que notre communauté puisse exprimer sa solidarité avec les populations victimes de la guerre ».

Une réunion est prévue vendredi pour réfléchir «aux actions à mener au sein de l’école et en lien avec nos partenaires».

Un site universitaire à Saint-Etienne bloqué

Une mobilisation pro-palestinienne a également eu lieu à Saint-Etienne ce jeudi. Une poignée d’étudiants réclamant un cessez-le-feu à Gaza ont bloqué l’accès à un site universitaire de Saint-Etienne, où la police était déjà intervenue mardi, a constaté un correspondant de l’AFP.

Comme lundi matin, une quinzaine d’étudiants ont entassé des poubelles devant les entrées du bâtiment de l’Université Jean Monnet qui abrite le département d’études politiques et territoriales, l’antenne IEP de Lyon et l’École d’économie de Saint-Etienne.

La police est intervenue mardi pour les déloger et une délégation a été aussitôt reçue par le président de l’université, Florent Pigeon, à qui elle a demandé de pouvoir organiser une conférence sur la Palestine.

Les blocages universitaires vont-ils augmenter ?

Lors de cette réunion, “nous n’avons pas réussi à trouver un accord”, a déclaré à l’AFP un de leurs représentants pour expliquer la reprise du blocus au lendemain du 1er mai.

La mobilisation sur les campus français, qui a véritablement démarré la semaine dernière, fait écho aux protestations qui agitent les prestigieuses universités américaines. La ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, a demandé jeudi aux présidents d’université d’assurer le « maintien de l’ordre public », en utilisant « toute l’étendue des pouvoirs » dont ils disposent.

Meilleurs articles

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’armée française accusée d’avoir entraîné des néo-nazis ukrainiens en Creuse
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités