Les filles HCG au sommet

Les filles HCG au sommet
Descriptive text here

Première de son groupe de National 2 (troisième niveau français en hockey sur gazon), l’équipe féminine du Hockey Club de Grenoble ne pourra certainement pas monter en N1… la faute à des problèmes d’infrastructures, récurrents depuis quinze ans.

« Nous avons bien recruté cette année. Cela a créé une belle dynamique, qui pourrait aussi attirer de nouveaux acteurs dans le futur et nous donner un peu de visibilité au niveau national. » Pour Jérémy Lepecq, une des figures du Grenoble Hockey Club (joueur et manager de l’équipe masculine, responsable des infrastructures et des créneaux horaires, et chargé de la communication), les résultats de l’équipe féminine sont évidemment la grande satisfaction de l’exercice en cours. .

2e au pire

Avec près de six buts marqués par match et toujours aucun encaissé en huit matches, les Grenobloises dominent la Nationale 2, avant les trois derniers matches de la saison, les 25 et 26 mai à Paris. « Le titre de N2 se jouera certainement lors du dernier match contre Amiens, actuel deuxième. Mais les filles sont presque assurées de finir parmi les deux premières, sachant que 1euh monte directement, et le deuxième joue un match de barrage contre l’avant-dernier de N1″, précise Jérémy Lepecq. Autant dire qu’ils sont des candidats très sérieux à la N1 l’année prochaine… sauf qu’ils n’ont pas de terrain homologué pour ce niveau. « Nous jouons sur un terrain synthétique conçu pour le rugby et le football à 7. Le tapis est plus haut, plus lent et la balle rebondit plus que sur un terrain de hockey sur gazon spécifique. Nous avons une dérogation pour le N2, mais nous ne l’aurions pas pour le N1. »

Problème de terrain

Cependant, HCG négocie depuis quinze ans avec la Ville de Grenoble pour obtenir un foncier agréé, « quitte à le partager avec d’autres sports. Notre demande a même été retenue pour récupérer l’un des trois tapis agréés qui serviront au tournoi des JO de Paris, mais la mairie a refusé. Nous sommes également allés voir La Tronche, qui a étudié le projet mais a dû abandonner en raison de questions de montage financier et de planning de travail compliqué. » L’obtention de créneaux de formation supplémentaires, depuis cette année, et l’installation d’un conteneur pour stocker le matériel font néanmoins partie des quelques avancées obtenues par le HCG de la Ville de Grenoble.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV De mystérieux signes apparaissent à Rivière-du-Moulin
NEXT Dans le Morbihan, la Ferme de Demain mise sur l’agroécologie